AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Bottins  Annexes  Animations  Flood  
Membres à l'honneur
Félicitations à Orion et Sjael !

Fermeture du forum
nous vous remercions pour cette
incroyable aventure
Ils sont attendus

-31%
Le deal à ne pas rater :
Scie sauteuse sans fil Ryobi – sans batterie (ODR 20€)
45.55 € 65.55 €
Voir le deal

Partagez
 

 desperate times call for desperate measures ☼ avec Srudhann

Aller en bas 
AuteurMessage

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Ranrek Gil'Darün
Ranrek Gil'Darün

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/12/2019
✧ Orbes : 107
✧ Opales : 135
✧ Faceclaim : Donald Glover
✧ Crédits : lux aeterna (ava) VOCIVUS (icons) ASTRA (signa)
desperate times call for desperate measures ☼ avec Srudhann NAe1fcP
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : (intendant au palais des astres) des antichambres à la salle du trône en passant par les jardins, ses domestiques fourmillent entre les murs de la demeure royale nuit et jour
✧ Idéologie : (pro-couronne) l'éducation qu'on lui a prodigué lui a fait oublier les croyances profondément encrées de son clan. ceux qui refusent de se plier aux lois de la couronne méritent leur sort.

desperate times call for desperate measures ☼ avec Srudhann Empty

Desperate times call fordesperate measures



Les paroles de Valhen lui martelaient le crâne comme le marteau d'un forgeron frappait le fer sur son enclume, tordant ses pensées comme l'artisan façonnait peu à peu son oeuvre. Cinq années avaient passé et les O'Dregi le blâmaient toujours. Pire encore! Ils croyaient qu'il avait eu un rôle à jouer dans le complot qui avait mené à la mort de leur sœur. Ranrek savait que Römhen le tenait responsable de la mort de Ledha, qu'il conservait toujours beaucoup de rancœur à son endroit. Mais lire une telle haine dans le regard de  Valhen ─ alors qu'ils avaient été si proches, presque des frères, à une époque ─, c'était insupportable. Si la mort de la femme qu'il avait aimée l'avait tourmenté durant toutes ces années, ses tentatives d'en savoir plus n'avaient pas porté fruit. Il voulait comprendre, mais la peur de ce qu'il allait découvrir le tailladait. La couronne avait enquêté pendant un moment, mais en vain. Lorsqu'il avait compris que personne ne pousserait ses recherches plus loin, l'intendant s'était plongé dans une lubie intense pour l'occulte, la seule chose qui ne serait pas mal perçue par son entourage... Il avait tenté de faire appel à de puissants elfes de la nuit qui pourraient utiliser leurs pouvoirs pour voir ce qui s'était passé ce jour-là, avant qu'il ne pénètre dans sa demeure pour trouver le corps ensanglanté de sa femme. Il avait scruté chaque page des ouvrages que contenait la bibliothèque et celles de livres qu'il avait dénichés sur le marché noir pour trouver une rune qui pourrait lui ouvrir le regard sur le passé. Après tout, s'il pouvait user des pouvoirs des elfes du jour grâce à Gwyr, il devait bien exister un glyphe qui lui permettrait d'utiliser les dons des elfes de la nuit... Il avait tenté de retracer tous les domestiques qui travaillaient sous son toit au moment du drame pour les interroger, pour savoir qui leur avait donné leur congé ce jour-là, pour comprendre pourquoi Ledha était seule dans leur demeure. Rien n'y faisait.

Bien qu'il sache qu'il ne pourrait jamais oublier Ledha, Ranrek avait besoin de passer à autre chose. Seule la vérité pourrait lui permettre de faire son deuil. Seule la vérité apporterait la paix à la famille de son épouse. Même s'il craignait que cette vérité lui amène plutôt un désir de vengeance, Ranrek était prêt à se rabattre sur des moyens moins conventionnels pour y parvenir. À situations désespérées, mesures désespérées. Aux grands maux, les grands remèdes. C'est auprès d'une elfe de la nuit très familière à la Cour des Astres qu'il s'était recueilli. Fidèle à son habitude, elle lui accorda une question. « Où se trouve la clé qui me rapprochera de la vérité quant à la mort de Ledha O'Dregi ? » Quelques jours plus tard, un billet contenant un message cryptique lui avait été remis : la clé de tes tourments erre dans le port sous la lueur de lunes tel un ardent dans la forêt noire. Ne te laisse pas berner par ses traits juvéniles. Tu la reconnaîtras par sa beauté imparfaite et le feu qui la suit tel la queue d'une comète.

Aussi voilà qu'il écumait chaque recoin du port depuis plusieurs jours, scrutant le visage de chaque personne qui croisait son chemin en répétant intérieurement les paroles inscrites sur le bout de parchemin qu'il avait jeté dans les flammes de l'âtre. L'aube approchait dangereusement et la fatigue s'installait dans son regard lorsqu'il s'affala sur une caisse vide pour reprendre ses esprits. C'est la voix de ce qui ne semblait être qu'une fillette errant seule dans la nuit qui attira son attention...

the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Srudhann Nioffa
Srudhann Nioffa

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/07/2019
✧ Orbes : 220
✧ Opales : 685
✧ Faceclaim : Sadie Sink
✧ Crédits : Royalus Ripierus (vava) ; ASTRA & TWISTY.RAIN (signa)
✧ Peuple : Nymphe
✧ Profession : Voleuse et tueuse une fois les lunes au centre du ciel.
✧ Idéologie : Les races supérieures ne sont pas prêtes pour ce qu'elle leur prépare.

desperate times call for desperate measures ☼ avec Srudhann Empty

« Je n’ai rien volé ! » Son cri de fillette apeurée était peut-être exagéré, mais pour une fois, Srudhann ne mentait pas tout à fait. Elle avait bien passé la nuit entière — entière — à tenter de trouver quelqu’un à tuer, quelqu’un avec qui s’amuser, quelqu’un à voler, mais ses poches étaient restées misérables vides et son poignard pathétiquement propre, ce qui l’avait certes foutue en rogne, mais pas assez pour qu’elle se jette sur le premier venu, encore moins pour qu’elle se jette sur le premier marchand du coin du jour à se balader avec une marchandise visiblement mal fermée dont une partie s’était échouée sur le sol. Et une fois que les produits touchaient le sol universel de la capitale… tout le monde pouvait se servir. Ce que la nymphe n’avait pas hésité une seconde à faire, au grand déplaisir de l’humain qui la fusillait du regard. « Et la pomme que tu tiens dans t’main, vaurien, elle t’appartient p’t-être ? »

Si seulement les lunes avaient pris plus de temps pour disparaître, si seulement le soleil avait tardé son arrivée de quelques heures encore, si seulement les habitants de la capitale avaient décidé de dormir quelques minutes de plus, Sru aurait eu le temps pour se défendre sans attirer les regards, pour abattre cette jolie lame volée à une djinn dans le cou gras et pulsant de celui qui serrait son bras avec une poigne qui lui laisserait fort probablement une marque pour plusieurs jours, mais même si le port n’était clairement pas un endroit où les beaux chevaliers servants habitaient, il était sûr que n’importe quel marchand y réfléchirait à deux fois avant de punir un voleur, surtout quand ce dernier ressemblait à une pauvre petite fille seule.

La nymphe en question eut bien du mal à se retenir de plisser les yeux et de lui cracher à la figure avant de le frapper dans le bas-ventre et s’enfuir en courant — après avoir pris plus de pommes pour lui faire la leçon —, mais elle parvint à se mordre l’intérieur de la joue suffisamment fort pour que les larmes lui montent aux yeux. Au moment où il crachait « Crois pas que d’te voir chialer m’fera quelque chose ! T’vas voir comment j’traite les rapaces dans ton genre ! », elle passait une main dans ses cheveux pour les ébouriffer un peu plus, sachant que son visage sale masquerait aux moins curieux sa cicatrice mais attirerait malgré tout la sympathie de quelques uns des passants. Une unique larme eut même le culot de couler sur son visage au moment où le marchand lui arrachait la pomme des mains, la refourguant avec une rage à peine contenue dans son charriot et essayant de traîner Sru derrière lui — pour une raison qu’elle ignorait, et qu’elle ne comptait pas connaître, aussi freinait-elle des quatre fers en tirant de son propre côté pour tenter de l’en empêcher, se demandant finalement s’il ne lui serait pas plus pratique de sortir son poignard et montrer qu’elle n’était pas sans défense. Ses cris continuaient de percer le silence matinal de la capitale, « Lâchez-moi ! Vous me faîtes mal ! », alors qu’elle plongeait sa main libre dans sa poche, prête à dégainer.

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Ranrek Gil'Darün
Ranrek Gil'Darün

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/12/2019
✧ Orbes : 107
✧ Opales : 135
✧ Faceclaim : Donald Glover
✧ Crédits : lux aeterna (ava) VOCIVUS (icons) ASTRA (signa)
desperate times call for desperate measures ☼ avec Srudhann NAe1fcP
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : (intendant au palais des astres) des antichambres à la salle du trône en passant par les jardins, ses domestiques fourmillent entre les murs de la demeure royale nuit et jour
✧ Idéologie : (pro-couronne) l'éducation qu'on lui a prodigué lui a fait oublier les croyances profondément encrées de son clan. ceux qui refusent de se plier aux lois de la couronne méritent leur sort.

desperate times call for desperate measures ☼ avec Srudhann Empty

Desperate times call fordesperate measures



Il posa alors les yeux sur la silhouette menue d'une adolescente à la crinière rousse et ébouriffée. Sa peau pâle se détachait dans la pénombre, silhouette fantomatique dans le petit matin qui étirait lentement sa lumière sur le port de la capitale. Elle tenait une pomme bien fermement dans sa main et levait le menton face à un marchand bien mécontent de s'être fait chaparder une partie de ses produits. Le vieux bougre l'avait attrapée par le bras pour lui donner une leçon. Bien que sa chevelure dissimulât une partie de son visage, Ranrek put apercevoir une larme cristalline glisser sur sa joue constellée de petites taches de son. La possibilité que ce petit bout de femme soit celle qu'il cherche ne lui effleura même pas l'esprit. Seule l'évidence lui venait en tête : il ne pouvait rester les bras croisés pendant qu'un homme d'âge mûr au physique massif s'en prenait à une fillette sans défense, quelle que soit la faute que celle-ci puisse avec commise.

« Si j'en crois votre tour de taille, vous n'avez pas vraiment besoin de la pièce que rapportera ce fruit, lâcha cyniquement le noble en s'approchant d'eux. Cette fillette n'a que la peau sur les os. Elle a bien plus besoin de cette pomme que vous...
Pour qui est-ce que tu t'prends, toi ? J'gagne mon pain comme tout l'monde. C'pas en donnant ma marchandise gratuitement à chaque p'tit vaurien crasseux que j'vois dans cette ville que j'gagnerai ma vie ! rugit le marchand en pointant son doigt grassouillet vers Ranrek.
Commencez donc par replacer la bâche sur votre chariot pour que vos satanées pommes arrêtent de s'étaler partout dans la rue et par ramasser les fruits qui sont tombés sur la pavé, là-bas ! À moins que vous pencher ne vous demande trop d'efforts... » L'arrogance pointait dans le ton de sa voix alors qu'il plantait ses iris noirs comme la nuit dans ceux de l'homme.
Le noble ne cachait pas l'air de dégoût qui flottait sur ses traits. Il était de ceux qui défendaient ardemment les droits des représentants du petit peuple, de ceux qui étaient fréquemment écœurés de l'attitude d'enfant pourri gâté que prenaient les aristocrates, ces gens privilégiés qui jouissaient de tellement de douceurs comparés aux démunis. Ce marchand n'était probablement pas aussi riche que les Aasimar, les O'Morgon ou les O'Vanda, mais il ne crevait pas de faim.
« Mêle-toi de tes affaires, le ténébreux. J'ai pas d'temps à perdre avec les p'tits cons comme toi qui veulent me faire la morale !
Ranrek soupira, ses yeux roulant dans ses orbites avec ennui.
Roh, mais prenez donc cette pièce, si ça peut vous consoler ! »

Il envoya une pièce argentée valser dans les airs; probablement une compensation bien trop généreuse pour un vulgaire fruit, mais il n'avait rien d'autre dans ses poches. Après tout, il ne serait pas bien avisé pour lui de se balader avec une bourse bien garnie dans les bas fonds d'Eredhel au milieu de la nuit... Le commerçant lâcha le bras de la nymphe et ramassa son butin, grognant et ravalant ses insultes avant de s'éloigner avec son chariot, sans même prendre la peine de ramasser les fruits qui traînaient toujours sur le sol. L'intendant se retourna vers celle qu'il avait crue en détresse, loin d'imaginer qu'elle s'apprêtait à tirer une lame acérée de la poche de ses vêtements, loin d'imaginer ce qu'elle avait pu faire de cette même lame depuis qu'elle s'en était emparé quelques mois plus tôt...

« Ça va ? Vous n'avez rien ? » demanda-t-il, une pointe d'inquiétude perçant dans le ton de sa voix.

the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


desperate times call for desperate measures ☼ avec Srudhann Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
desperate times call for desperate measures ☼ avec Srudhann
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Opal Crown :: Le Port-
Sauter vers: