AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Bottins  Annexes  Animations  Flood  
Membres à l'honneur
Félicitations à Orion et Sjael !

Fermeture du forum
nous vous remercions pour cette
incroyable aventure
Ils sont attendus

Le deal à ne pas rater :
Codes promo Asos Les French Days : jusqu’à 50€ de remise
Voir le deal

Partagez
 

 quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Rodàn Evendìm
Rodàn Evendìm

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 69
✧ Opales : 489
✧ Faceclaim : gal gadot
✧ Crédits : lux aeterna (avatar) astra (code signature)
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : jadis destinée à être (chamane) du clan de la panthère, tu n'es plus qu'une ombre eloignée et arrachée à la jungle, tu es désormais (spécialiste d'astronomie) garant des secrets des étoiles et des mots qu'elles sussurent à tes oreilles
✧ Idéologie : la paix doit se proteger par le bias d'une revolution (anti couronne)
✧ Clan : la (panthère) est ton clan
✧ Guilde : les membres de la (ligue de l'aube) peuvent te compter parmi eux

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty


Agir pour ne plus penser, voila ce qui t’anime cette nuit Rodàn. Parce que tu sais que si tu t’arrêtes quelques minutes pour réaliser ce que tu seras en train de faire, il sera bien trop tard. Tu ne devrais pas te retrouver sur Lizz, dévoilant son corps à tes caresses, faisant que sa robe ne soit qu’un morceau de textile oublié dans cette bataille terrible qui vous oppose. Tu ne devrais pas non plus, apprécier les baisers que vous vous offrez sans cesse et la douceur, la chaleur d’une peau que tu explores pour la première fois. Tu ne devrais pas Rodàn, prendre du plaisir à ces caresses offertes à tes cheveux et à la sensation de son corps sous le tien. Fuis petite Rodàn, fuis tant qu’il est encore temps, tant que l’irréparable n’a pas été commis. (Un baiser l’était déjà pourtant)

Mais non, tu ne fuis pas, et de tes lèvres tu attaques sa nuque avec une douceur qui n’appartient qu’à toi. Une douceur qui ne durera pas. Tes cheveux, ses mouvements, tes lèvres sont appelées à une autre tâche tout aussi délectable, et tu rencontres les siennes dans un fougueux mouvement qui t’échappe un frisson. Tu devrais fuir Rodàn. Il est encore temps. Imagine tout ce que tu pourrais faire si tu partais maintenant, laissant la Tel’Domiel dans ce grand embarras. Tu n’y penses même pas. Ça ne t’effleure pas. Tout ce qui compte désormais c’est ses lèvres contre les tiennes, et la découverte de ce corps que tu n’aurais jamais osé imaginer explorer.

Fais-moi mal, Rodàn Les mots sont susurré à ton oreille provoquant une décharge telle que des millons de galaxies explosent en ton esprit. La demande est la, et qui es-tu si ce n’est cette femme qui cherche à satisfaire. Tu donnes beaucoup Rodàn, et quand tu prends c’est à très bon escient. Alors tandis que ta robe est défaite, libérant un corps bronzé, aux muscles et cicatrices désormais dévoilés, il y’a tes lèvres qui en un souffle délicat viennent aposer à son sein une galaxie de marques. Au cœur de cette chaleur de vos corps qui se dévoilent, tu peux la lui offrir cette douce douleur, cette improbable péché qui vous lie désormais dans les flammes des futurs regrets. Mais regrettera tu Rodàn ? Pourras tu regretter ce que ton corps désires, alors que ton cœur mort depuis si longtemps manque un battement à la chaleur glaciale qui s’abat sur ton corps désormais mis à nu ?

« Tout ce que tu désires. » Au milieu de la nuit ce n’est rien de plus qu’un murmure, et tes dents tracent de nouvelles constellations sur sa peau si pâle qui ce soir t’appartient. Demain, dans quelques jours, aussi regretté soit le moment (le sera-t-il vraiment pour vous deux ?) elle aura de toi des marques que seul le temps ou des baumes curatifs pourront défaires. Et toi, qu’auras tu ? Cette pensée t’effleure alors que c’est sur son ventre désormais que les constellations descendent, en des marques de désir que tu ne controles plus. Tu t’es perdue Rodàn. Tu te damnes ce soir. Mais tu te donnes aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

D’une fille sauvage, Rodàn était devenue professeur d’astronomie, et elle se plaisait à croire que c’était la constellation du jaguar que la noiraude traçait sur son corps à des croisements de chair et de palpitations. C’était la théorie du Big Bang revisitée et Ëlith ne savait guère où s’accrocher, entre les épaules fortes de son amante d’un soir, sa chevelure, ou les malheureux fils du tapis qu'elle attrapait de ses ongles. Ongles qui sillonnaient parfois, grattaient avec une ferveur délicieuses le derme de Rodàn, alors qu'elle s'aventurait toujours plus bas et que la respiration d'Ëlith se gonflait d'une force nouvelle, unique. Chaque mouvement de langue, chaque baiser imposé, chaque incisive glissant sur sa peau enfonçait un peu plus loin cette raison qui avait tenté de poindre, de les secouer dans une réalité qui n’avait rien de plaisant.

La douleur était le parfait véhicule, puisqu’il avait si longtemps guidé leurs échanges, quand c’en était presque naturel pour elles. Elle légitimait l’acte, amenuisait la trahison qui était fait à une morte. La peine n’avait rien de plaisant, n’est-ce pas ? Qui trompes-tu ? Il suffisait qu’elle se trompe elle-même, c’était suffisant. Il n’y avait pas le goût des remords sur les lèvres de Rodàn, que celui de la tentation à laquelle Ëlith succombait finalement. Et s’il fallait qu’elle attende à nouveau dix ans pour retrouver la fièvre de leur échange, elle le ferait. Elle était une femme patiente, et la traitresse en valait largement l’attente.

Et celle-ci s’offrait pleinement à tous les caprices de l’elfe, se pliant à sa volonté, prête à se sacrifier pour la série des autres désirs. Ëlith savait, elle le sentait dans toutes les fibres de son être, que les propos se liaient à la situation. Qu’une fois sorties de cette pièce, il n’y aurait plus rien de leur échange, que les restants vaporeux de ce qui n’aurait jamais dû exister. Mais les propos étaient prononcés, et son cœur les saisissait, un à un, perles précieuses qu’elle garderait en un collier imaginaire et si beau. « Ne me quittes pas… Elle attrapa la main de Rodàn, qu’elle serra tendrement, rappel timide que dans la tempête de la luxure, cette violence était peut-être la pierre angulaire d’un plus gros mensonge encore.
Revenir en haut Aller en bas
Rodàn Evendìm
Rodàn Evendìm

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 69
✧ Opales : 489
✧ Faceclaim : gal gadot
✧ Crédits : lux aeterna (avatar) astra (code signature)
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : jadis destinée à être (chamane) du clan de la panthère, tu n'es plus qu'une ombre eloignée et arrachée à la jungle, tu es désormais (spécialiste d'astronomie) garant des secrets des étoiles et des mots qu'elles sussurent à tes oreilles
✧ Idéologie : la paix doit se proteger par le bias d'une revolution (anti couronne)
✧ Clan : la (panthère) est ton clan
✧ Guilde : les membres de la (ligue de l'aube) peuvent te compter parmi eux

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Tu n’as jamais su faire les choses à moitié Rodàn. Et tu sens les fils du destin qui te guident ce soir encore, alors que corps et ame tu te donnes à la satisfaction d’un corps interdit où tu n’aurais jamais du gouter. Pourquoi Rodàn ? Pourquoi est ce que tu offres ton âme a des démons qui la déchireront ? N’as-tu pas fait assez ? Et qu’en penserait elle ? Son nom ne se prononce néanmoins plus, et même si il y’a le regret qui rode au détour de chacune de tes pensées, tu le nie, aussi fort que tu puisse. (Elle lui ressemble tant) mais son corps est le sien, marqué par des aléas qui ne sont pas les mêmes.  Marqué par ton corps désormais, par tes crocs de jaguar sous cette forme humaine, qui tracent cette possession que tu aimerais vrai. L’aimerais-tu vrai ? Est-ce la réalisation d’une pensée obscure d’un désir étouffant ? Ce corps tu le sais désormais portera des jours durant des marques différentes de la tienne, et si celle que tu porte entre les cuisses t’aliène à être son ennemi, les constellations que tu traces de tes dents sur sa peau blanche l’aliéneront à toi pour au moins quelques jours.  (Demander pour toujours est ce que ça serait trop ?)

Mais tu t’as jamais fais les choses à moitié oui Rodàn, et c’est avec ardeur que tu oublie les voix qui menacent de te faire défaillir à n’importe quel moment, C’est avec sincerité — sur le moment du moins — que tu prononces des mots que tu n’oublieras pas, qu’elle n’oubliera pas non plus (et qu’elle elle jugerait certainement.) Ta traitrise continue néanmoins et malgré les ressemblances c’est une nouvelle carte que tu traces de tes doigts habiles et de tes lèvres ne réclamant que tendresse et passion mélangées. Les baisers s’offrent. Et alors que tu atteins ton but, c’est dans une douceur que se fait une demande qui s’inscrit dans ton cœur, d’une brulure plus douloureuse encore  que la marque de la ligue. Ne me quitte pas. C’est ton esprit qui s’emballe, et au lieu de répondre, tu t’attèles à la tache de la dévorante passion.

Et pourtant Rodàn, le plaisir ne suffit pas peut être, et c’est avec surprise que tu sens une main qui s’accroche à la tienne, avec cette tendresse que jadis, bien des années plus tot, tu aurais assimilée à Lizz. Ça aussi tu lui offres, et tu sais que ce soir tu lui es dévouée toute entière. Ton cœur se serre quelques instants, manquant des battements qui n’ont plus rien de nécessaire, et tes doigts rencontrent les siens, lui rendant la tendresse que tu veux lui offrir. «  Je ne veux pas partir. » Mais ce n’est qu’un murmure aux retombées du plaisir.  Tandis que tes levres reccomencent à travers de leur tendresse des baisers sur sa peau que tu as constellée plus tot.
Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty



Pour une fois, il n’y avait que leur désir, que ce qu’elles voulaient. Ce n’étaient plus les reproches d’une blessure trop vive. Et peut-être, pour la première fois depuis des années, les deux femmes essayaient de se guérir d’une autre manière. Ëlith ne pouvait dire si cela serait fructueux, mais elle appréciait définitivement le moment. Et il y eut une nouvelle parole de la part de la changeforme, une parole sincère et qui n’était pas en réponse à ce que la blonde aurait pu dire. Les baisers reprirent, alors qu’elle n’avait guère eu le temps de reprendre son souffle, de chasser les palpitations frénétiques de son sang dans ses veines, de laisser cette sueur de plaisir s’évaporer dans l’air. Elle récupéra cette main qu’elle avait fini par lâcher dans la luxure, et elle se redressa un peu, son autre main relevant la tête de Rodàn par le menton. « Alors ne pars pas. » Il n’y avait pas d’innocence, ni de constatation candide. Ce fut dit avec l’assurance des Tel’Domiel, qui sonnait telle une promesse de prendre soin du professeur d’astronomie. Elle déglutit, la gorge terriblement sèche. « Je peux te protéger. » Elle inspira, sa main glissa sur la joue de son amante, qu’elle caressa avec une affection unique. « Tu n’aurais qu’à. » Ses dents se serrèrent sur la proposition qu’elle allait faire, la déchirant de ses molaires.

La fragilité était là, dansant sur ses traits plongés dans la pénombre. Elle était terriblement vulnérable et quelque chose vrombit à l’intérieure d’elle. Une critique personnelle, sur ce qu’elle était sur le point de dire. « Non, c’est stupide. » Car ça l’était. Elle ne demanderait pas à Rodàn de quitter cette Aube Rouge. Quelle raison aurait été suffisante ? Ëlith ne le serait pas. Elle ne ferait jamais le poids face au fantôme de sa sœur. La réalisation lui serra la gorge et elle la bâillonna avec la première solution possible. Elle se rassit l’espace d’un instant, cueillant le visage de Rodàn en coupe et elle l’embrassa avec une force particulière, partagée entre le goût du désespoir et d’une colère sourde.
Revenir en haut Aller en bas
Rodàn Evendìm
Rodàn Evendìm

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 69
✧ Opales : 489
✧ Faceclaim : gal gadot
✧ Crédits : lux aeterna (avatar) astra (code signature)
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : jadis destinée à être (chamane) du clan de la panthère, tu n'es plus qu'une ombre eloignée et arrachée à la jungle, tu es désormais (spécialiste d'astronomie) garant des secrets des étoiles et des mots qu'elles sussurent à tes oreilles
✧ Idéologie : la paix doit se proteger par le bias d'une revolution (anti couronne)
✧ Clan : la (panthère) est ton clan
✧ Guilde : les membres de la (ligue de l'aube) peuvent te compter parmi eux

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Tu le sais Rodàn, tout ce qui est fait ce soir te rends si haïssable. C’est mal. Mais qui vous juge ? Qui viendrait assener sur vos corps enlacés un regard réprobateurs si ce n’est la haut les quelques constellations que tu peux apercevoir à travers les grandes fenêtres ouvertes plus tot. Que fais tu Rodàn ? Où vas-tu avec cette pulsion qui t’a fait prendre l’elfe qui s’est offerte à toi ?

Le moment est appréciable néanmoins, et les remords attendront des heures avant de venir. Pour l’instant tu es la, perdue dans cette faille de l’espace et du temps où Ëlith est heureuse sous le joug de tes mouvements. Tu reprends tes baisers te concentrant sur le charnel de vos passion plutôt que sur le feu de vos consciences. Il y’a une promesse. Une supplique peut être. Tu ne sais plus ce que c’est mais même si il y’a l’exaltation des sens liée à ce moment, il y’a cette tendresse, cette sincérité. Tu ne veux pas partir. Tu ne veux pas laisser Ëlith aux affres du monde, et reprendre une vie où ça ne s’est pas passé.

Et c’est une réponse à ce que tu lui offres alors que loin de l’innocence il y’a une proposition. Une demande peut être. Une demande surement. Elle vient sans venir, et tu lis à travers les mots que l’elfe ne prononce pas. Tu voudrais dire oui. Tu pourrais dire oui. Si tu n’étais pas toi, si tu n’étais pas cette femme loyale et avide de vengeance. Si il n’y’avait pas elle (Sur l’instant, elle ne lui ressemble pas) Tu pourras dire oui, et la vie en un sens serait belle. Tu pourrais toucher au bonheur d’une peau pale et tendre. Tu pourrais toucher à la joie de faire sourire Lizz, et de lui provoquer de nouvelles extases comme celle de plus tôt. Tu pourrais même peut être t’y habituer. Mais un morceau de toi ne serait pas satisfait. (Ton cœur.)

« Je ne… » Ses lèvres sur les tiennes, en une collision d’un brutal désespoir t’empêchent de répondre, et prise de cette fougue tu redouble d’une ardeur que l’on ne te connait que peu. Et jamais peut être une erreur ne t’avait paru aussi bonne. Mais tout cesse trop vite, et c’est après que tes dents aient tracées un sillon vermeil dans ses lèvres que tu prends le temps de respirer. « Tu pourrais tout me demander, sauf ça. » Et malgré le moment, et malgré la passion , tu te dois d’être claire.
Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Tu ne seras jamais assez. Ëlith le savait, c'était l'échec de sa vie et il continuait de la pour suivre, inlassablement, terriblement. Être la deuxième enfant Tel'Domiel n'était pas suffisant, elle avait dû être la première. Et malgré cela, malgré la réussite de la société familiale, ses deux têtes blondes, la fierté de ses parents, ça ne serait jamais assez. Car elle avait vécu toute sa vie dans l'ombre d'Andhal, et si celle-ci avec été protectrice aux premières heures, elle serait la raison de sa perte future. Cela se terminerait avec Rodàn, elle en était persuadée.

Il n'y avait qu'elle qui subjuguait Lizz, avec une force unique et constante sur les années. Il y a bien longtemps, l'elfe se serait cru assez forte pour s'accoutumer à l'écorchure que représentait la changeforme dans sa vie -elle avait bien vite abandonner d'essayer de l'oublier. C'était impossible, doux échecs qui se parsemait sur sa peau, en des éclats de plaisirs bleutés. C'était la première fois en toutes ces années, que sur l'espace de quelques minutes, Rodàn ne lui avait pas rappelé l'absence de sa sœur. Et si c'était un péché aux yeux de leurs dieux, elle continuerait de croquer dans cette pomme défendue. Elle se mentait assez pour prétendre que la gourmandise était son vice, non pas la luxure.

Ni la colère. Ni la jalousie.

Tant que tout était lié à Rodàn, le mensonge tiendrait.

& celui ci, Ëlith avait manqué de le déchirer de ses propres mains, alors qu'elle attrapait le visage de la noiraude et qu'elle lui forçait un baiser. Ça ne serait pas suffisant pour faire disparaître sa maladresse, mais elle voulait y croire. Il y eut le goût de son sang, la douce caresse d'incisives et bien malgré elle, Lizz sourit contre les canines du jaguar. Éclat heureux qui mourut aussi vite qu'il était apparu, son visage se ferma et elle chercha l'éclat sombre des yeux de Rodàn. « Alors prétends que je n'ai rien dit. » Elle ne savait pas si ce serait suffisant pour tromper leur fantôme, elle en doutait. Tu n'es jamais suffisante, tu ne le seras jamais. Et avec une force renouvelée, Ëlith l'attira à elle. Profitant de l'élan, leur position changea légèrement et elle dominait à présent la raison de de la dissidence. Il y eut un sursaut, un souvenir des catins, ses griffes se plongeant dans la chair de l'épaule de Rodàn. Et le malaise descendit de sa gorge à son estomac. Elle ne pouvait pas, la noiraude n'était pas un morceau de chair qu'elle utilisait pour de sombres pulsions. Elle ne pouvait pas la blesser, la mordre, la profaner ; contrairement à la succession de fantasmes qui avaient motivés sa présence à ces événements.

La dynamique changea d'elle-même, la force brute se dissipant comme neige au soleil, alors qu'elle déposait ses baisers au coin des lèvres de Rodàn. Elle avait besoin de la voir, de la sentir, de lui montrer son affection si longtemps étouffée. Lizz se logea avec fluidité entre les jambes de la noiraude, rencontre de deux intimités. Et tout te ce que Rodan lui avait donné, elle lui rendit.
Revenir en haut Aller en bas
Rodàn Evendìm
Rodàn Evendìm

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 69
✧ Opales : 489
✧ Faceclaim : gal gadot
✧ Crédits : lux aeterna (avatar) astra (code signature)
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : jadis destinée à être (chamane) du clan de la panthère, tu n'es plus qu'une ombre eloignée et arrachée à la jungle, tu es désormais (spécialiste d'astronomie) garant des secrets des étoiles et des mots qu'elles sussurent à tes oreilles
✧ Idéologie : la paix doit se proteger par le bias d'une revolution (anti couronne)
✧ Clan : la (panthère) est ton clan
✧ Guilde : les membres de la (ligue de l'aube) peuvent te compter parmi eux

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Est-ce que tu pourrais imaginer quelques instants Rodàn, ces pensées néfastes qui se glissent dans l’esprit de Lizz ? Est-ce que tu pourrais penser quelques temps, à ce que tu lui offres, et surtout ce que tu lui refuses. Parce que quand tu prendras quelques instants pour te poser et réfléchir à tout ça, demain probablement, tu réaliseras une fois de plus que Lizz n’est pas Andhäl. Ce n’est pas quelque chose à quoi tu veux penser. La, tu veux penser au moment, à cette sensation fabuleuse de la posséder, de la faire gémir, sourire. Alors tu l’embrasse encore, et c’est dans le gout de son sang que tu trouves la force d’avouer tes faiblesses. Tout ce qu’elle pourrait te demander sur le moment tu le lui offrirais. Sauf ça. Sauf abandonner une vengeance éperdue, sauf abandonner les désirs d’Andhäl. Car une fois de plus votre étoile morte est comme le fantôme qui guide chacun de vos actes. Et vous voit elle maintenant ? Cette étoile sans la quelle vous n’etes rien ? Que penserait elle de vous ? Elle qui n’a toujours voulu que votre bonheur serait elle satisfaite ? (Pas de son vivant.)

Ëlith ferme son visage, tu sens l’éclat de la douleur que tes mots peuvent causer, mais ne serait-ce pas pire que de ne rien lui dire et la laisser y croire. Il y’a un sacrifice que tu ne peux faire pour elle. Elle le sait, tout aussi bien que tu le sais, et vous pouvez vous leurer sur un moment volé, il y’aura toujours cette barrière entre vous. Elle est tombée ce soir. Mais elle reviendra. Tu n’es pas assez optimiste pour penser que tout ira bien désormais. Tu compliques les choses Rodàn. Tu les compliques trop. Mais rien n’est jamais simple n’est ce pas ?

Tu penses trop Rodàn peut être, et tu essayes, de chercher le gout de son sang sur tes lèvres, et la chaleur de sa peau contre la tienne. Alors tu te perds encore une fois contre elle, pour ne pas penser, pour ne plus te demander ce que les dieux vous reservent, ce que ta malediction vous apportera encore. D’un simple soupir, d’un hochement de tête tu approuve sa demande. Ce soir, tu prétendra qu’elle n’a rien dit. Demain sera une autre histoire. Pour tant de choses au fond. (Tu n’as pas hate d’être demain.) Et c’est dans la passion de vos actes que les mouvements changent, une inversion des rôles que tu la laisse gagner.

Et tu la regarde ainsi, alors qu’elle-même semble hésiter dans cette domination. Il n’y’a plus de violence maintenant, il n’y’a qu’une tendresse qui devrait te mettre mal à l’aise, mais dans la quelle tu te nois. Et actrice d’un acte charnel et passionné, ce ne sont plus tes ongles qui s’enfoncent dans sa peau, mais tes mains douces qui s’accrochent à elle, alors que sous ses dons, tu touches une apogée qui te laisse tremblante. (Cela fait si longtemps) Tout est different maintenant, mais sur le moment au fond, tu ne penses plus vraiment à autre chose, qu’a resserrer tes bras autour de son frèle corps, alors que de tes lèvres s’échappe un souffle murmurant son prénom.

Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Elle dormit à peine, partagé par des moments de bref sommeils. Ëlith était accrochée à Rodàn, le corps presque noué, lié à son amante. Dans ses songes sa sœur souriait baignée de lumière et ses lèvres s’étaient déposée sur celles de sa cadette, lui offrant la chaleur de la vie. Tout s’était confondu, dans ce mélange de rêve et de réalité, où elle avait continué de profiter de la présence de la changeforme. Presque, elles auraient été trois, si ce n’était pour cette étoile morte qui les observait qu’importe où elle se trouvait. Mais elles n’étaient que deux, à ne pas se faire de l’amour, car ce n’en était pas ; à ne pas avoir que du sexe, car ce n’était pas que ça. C’était la preuve d’une affection qui n’aurait pas dû exister, mais qui les lia profondément cette nuit–là.

Dans une énième réveil, Lizz ne sursautait plus, car dans les fibres de son inconscient même, il était inscrit où elle se trouvait. Elles avaient migré sur le lit, dans un point inconnu de la nuit. La fraicheur soufflait par cette fenêtre qui n’avait jamais été fermée et elle s’étira sous le frisson du matin. Dans sa bouche, il y avait le mélange de l’alcool dont elle avait abusé et celui de ce sang que Rodàn lui avait tiré de ses lèvres. La marque était encore là, légèrement douloureuse, se mélangeant au reste des sensations qui s’éveillaient, petit à petit, dans ses muscles fatigués et ces quelques coups qui avaient été portés. Ëlith se réfugia un peu plus dans la nuque de Rodàn, où elle s’était échouée pour cette partie de repos. Ainsi, dans cette longue tignasse noire, ce pelage animal, elle y cacha son sourire (qu’elle laissa là, pour le récupérer, éventuellement, un jour).

Sous elle, contre son ventre, elle sentit les faibles mouvements de la changeforme qui regagnait conscience et instinctivement, elle serra un peu plus la femme. Dans les brefs éclats de conscience de la veille, Ëlith savait que ça ne pourrait durer. Car c’était trop beau pour être vrai, et qu’elle ne suffirait jamais. Mais elle n’était pas sûre d’avoir le courage de se confronter à cela tout de suite. Elle savait oui, ce qu’il en serait. Qu’éventuellement Rodàn partirait sans lui adresser un regard, sans lui adresser un mot. Et elle s’était joué cette scène dans son esprit jusqu’à ce qu’elle ne lui fasse plus si mal que ça et qu’elle se mente assez, pour se croire prête. Voilà qu’elle y était, à ce moment d’éveil tant redouté. Pour la Tel’Domiel, il était hors de question qu’elle soit prise de court de la part de Rodàn, que cette dernière fasse une quelconque chose qui puisse la blesser davantage. Car il y avait eut des mots qui avaient été prononcés, et si tout aurait été plus aisé de blâmer l’alcool – qui avait perdu son emprise bien vite sur Ëlith – elle ne voulait pas s’abaisser à ça. « Bonjour. » Sa voix était rauque, de ses soupirs et plaintes que lui avait arraché Rodàn. Elle se racla la gorge, s’enfonça un peu plus dans l’oreiller. « Comment te sens-tu ? » Et elle se serait racler la gorge mille fois, pour détruire cette sensibilité dans sa voix. Mais elle ne réussit pas à la dissimuler et ses dents se plantèrent sur cette marque au bord de ses lèvres, pour la martyriser un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Rodàn Evendìm
Rodàn Evendìm

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 69
✧ Opales : 489
✧ Faceclaim : gal gadot
✧ Crédits : lux aeterna (avatar) astra (code signature)
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : jadis destinée à être (chamane) du clan de la panthère, tu n'es plus qu'une ombre eloignée et arrachée à la jungle, tu es désormais (spécialiste d'astronomie) garant des secrets des étoiles et des mots qu'elles sussurent à tes oreilles
✧ Idéologie : la paix doit se proteger par le bias d'une revolution (anti couronne)
✧ Clan : la (panthère) est ton clan
✧ Guilde : les membres de la (ligue de l'aube) peuvent te compter parmi eux

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

La nuit vous trouva dans une espèce de réconfort de courte durée, qu’un assaut de cauchemar vint briser. Tu n’aurais jamais du faire ça Rodàn, et pourtant, c’est en tenant Lizz dans tes bras musclés et protecteurs — comme jadis tu avais tant tenu Andhäl — que Morphée te prit assez violement d’ailleurs. La fatigue de la journée. L’épuisement d’un acte sur le quel il était impensable de mettre un nom. Et l’angoisse latente qui vint brutalement. Il suffit que tu fermes les yeux quelques instants, dans un sommeil réparateur, et puis soudain, il ne le fut plus vraiment. Il suffit d’un peu, d’un visage si familier vers le quel ton double onirique se mit à tendre la main, se faisant glacer d’un regard empli de déception, assailli par des paroles mauvaises, venimeuses.

La nuit te trouva fragile, et distilla en toi un poison famillier au nom de culpabilité. Et ce n’est qu’au matin, en sentant ce corps si proche du tien, si chaud, que le repos revint, te rendant plus fragile aux tendresses que tu aurais du refuser, aux tendresses que tu as acceptées et que tu acceptes encore. Car quand Ëlith se refugie contre toi et enfouie dans ta nuque son visage doux et tendre, tu ne réagis que par tendresse, et ce desir de protection, serrant tes bras autour des siens, et echappant un soupir dans ce bonheur endormi qui ne peut pas durer.

Car soudain, c’est le reveil qui te trouve sous quelques mouvements de vos corps encore nus masqués par un tissus bien trop riche et soyeux. Et alors que les remanences de ton cauchemar, de tes cauchemars, et de cette vision chimérique qui te manque tant, qui est encore dans ton cœur, et qui te haïssait cette nuit, sont encore ancrées en toi, c’est une autre voix qui tente de les chasser. Ëlith est douce malgré le rauque de sa voix, sensible, et c’est une nuance d’idées qui te foudroient alors que tu cherches une voie de sortie, alors que tu sens un étau qui se resserre. Tu dois fuir Rodàn, mais après cette nuit, mais après vos paroles, et après l’avoir entendu comme ça, tu ne peux pas partir comme ça. Alors c’est doucement que ton doigts vient effleurer ses lèvres, te brulant d’un parfum d’erreur et de jamais plus. « Epuisée. » Ce n’est pas la prime reponse qui te vient, mais le coupable s’échoue au bord de tes lèvres au profit d’une autre vérité.
« Et toi ? »
et tes yeux s’echouent sur vos corps, alors que tu laisse ta main tomber sur le satin du lit. « Certains doivent se demander où je suis. » Peut être te pensent ils déjà enfermée, en route pour la mort ? C’est une façon comme une autre au fond, de chercher une fuite que tu ne sais pas prendre par peur de blesser quelqu’un, que tu voudrais proteger, et dont sans le vouloir tu as percé l’armure. (Qui a percé la tienne.)
Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Il y avait une hésitation, une faiblesse qui frémissait sous sa peau. C’était l’attente qui s’étirait douloureusement avec chaque seconde. Ëlith s’était faite à l’idée, mais il y avait un mais. Une lueur innocente, qui refusait de se mourir malgré tous les coups qui avait été porté contre elle tout au long de son existence. Ce petit quelque chose qui lui noua l’estomac sous l’excuse d’un abus d’alcool. Elle n’était pas dupe, l’elfe. Elle se connaissait. Surtout, elle savait ce que Rodàn éveillait en elle. C’était incontrôlable. A cet instant, elles se trouvaient dans l’œil du cyclone, qui avait la même profondeur que ceux d’un certain jaguar qui s’était retourné vers la blonde. Elle inspira, et des doigts retrouvèrent la ligne de ses lèvres, éveillant la morsure qui trônait, traitresse de leurs prouesses nocturnes. Lizz ne pouvait dire ce qui dansait dans son regard, car elle sentait les émotions incontrôlables dans le bleu de ses yeux. Et elle choisit la solution de facilité, ferma alors les yeux. Tu es faible. Elle était faible pour Rodàn, oui. Et qu’est-ce qu’elle n’aurait pas fait, pour que cette faiblesse se fraie un nouveau chemin entre ses cuisses pour éveiller cette passion qui les avait émue pendant de longues heures.

Mais il y avait un mais, et Rodàn répondit d’un simple mot qui était une prémisse. Ëlith inspira, et un sourire fin, un peu torve, prit le relais sur ce doigt qui l’abandonna. La question lui fut renvoyée, mais elle n’eut pas vraiment le temps de répondre, Lizz, que la dissidence continuait. De ces certains, elle savait dont il était question et le visage de Copernic lui revint en mémoire. La moue était définitivement sur son visage, alors qu’elle se retournait sur le dos, et qu’elle observait le plafond. La jalousie était là, brulante dans sa gorge, dansant derrière ses dents, attendant l’occasion de frapper. Rodàn le lui avait dit, elle ne l’avait pas oublié. La ligue était la raison de la changeforme et elle, elle ne serait jamais assez. Elle inspira à nouveau. « Tu n’as qu’à aller les retrouver. » Elle ne pouvait contrôler l’accusation qui trônait dans sa voix et elle ne s’en excusa même pas. Tu en serais incapable. D’un geste, elle se redressa en position assise, détaillant le corps nu de Rodàn d’un œil critique. Et elle leva la main, qu’elle posa avec cette délicatesse qui avait guidé ses gestes tout au long de la nuit. Son toucher glissa de l’épaule nue, jusqu’au torse, il se balada entre les seins, écartant par la même occasion le drap fin, s’aventurant sur le ventre, et s’arrêta un peu plus bas que celui-ci.

Ëlith ne contrôlait pas ce qui était dans son regard, mais elle sentait cette brulure qui l’avait animée, et dont il serait difficile de se défaire. Mais elle se contrôlait, ses émotions taries et fatiguées dressées comme ces chiens des enfers. « Devrais-je te laisser quelque chose, pour qu’ils ne croient pas que tu aies aimé ce qu’il s’est passé hier soir ? » Et en un geste, elle se retrouva en califourchon au-dessus de celle qu’elle ne laissera pas partir aussi facilement. Où serait le plaisir, autrement ? Elle se pencha sur sa proie, ses longs cheveux blonds retombant sur le visage du professeur d’astronomie et tout autour d’elle. « Dis-moi, Rodàn. » Et elle aurait pu l’embrasser là. Mais elle ne le fit pas.

Car il y avait toujours un mais.
Revenir en haut Aller en bas
Rodàn Evendìm
Rodàn Evendìm

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 69
✧ Opales : 489
✧ Faceclaim : gal gadot
✧ Crédits : lux aeterna (avatar) astra (code signature)
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : jadis destinée à être (chamane) du clan de la panthère, tu n'es plus qu'une ombre eloignée et arrachée à la jungle, tu es désormais (spécialiste d'astronomie) garant des secrets des étoiles et des mots qu'elles sussurent à tes oreilles
✧ Idéologie : la paix doit se proteger par le bias d'une revolution (anti couronne)
✧ Clan : la (panthère) est ton clan
✧ Guilde : les membres de la (ligue de l'aube) peuvent te compter parmi eux

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Tu sais que tout a un prix Rodàn, que tout a un temps limité. Et ô combien sais tu a quel point il est douloureux de tenter de s’accrocher à l’éphèmere, aussi long quelques fois soit il. Et pourtant Rodàn, tu aimerais avoir la possibilité de vous offrir l’eternité. Même si au fond, tu le sais bien, ce n’est pas cette eternité la que tu aurais choisi. Que fais tu Rodàn ? Ressaisis toi. Quelle stupide erreur es tu encore en train de faire ?  Tu dois te ressaisir, et ne plus te perdre sur ces courbes offertes qui eveillent en toi tout ce que tu te reproches. Tu as tort Rodàn et tu as mal aussi. Parce que tu ne le sais que trop Rodàn, mais tout a une fin, et le calme vient toujours avant la tempête.

Les mots sont dits. Et la jalousie semble prévaloir sur la colère. Ou peut être est-ce les deux ? Et cette accusation te fait montrer les crocs. Mais tu le sais Rodàn, tu es faible pour elle, et jamais de ta vie tu ne lui feras du mal. (Tu lui en as fait déjà assez). C’est la souffrance alors qui te frappe un peu, car tu es coupable Rodàn, et toute cette nuit c’est à toi que l’on peut l’imputer. Que fais tu ? Qu’as-tu fais ? Qu’as-tu brisé encore ? La confiance de tes camarades, en avouant à Lizz ce qu’elle savait déjà ? Le cœur de Lizz en lui donnant un espoir que tu ne peux porter à son comble ?  La mémoire d’Andhäl. Et ton propre cœur, ton propre être aussi.

Et tu devrais partir. Tu en as la force Rodàn, elle n’est rien qu’une frèle elfe à la peau marquée de tes assauts. Tu devrais partir et tu pourrais le faire. Et l’envie est la oui , d’attraper ses poignets et de la retourner, mais une fois de plus tu te laisse aller sous ses doigts traitres et fourbes. C’est un temps qui te prend, qui te dévore comme le venin d’un serpent que tu as toi-même pressé. « Arrête. » Il y’a comme une supplique dans le ton de ta voix, et finalement peut être sors tu de ta torpeur, juste assez pour attraper ses poignets et l’immobiliser. Elle est toujours sur toi. Et tu ne la lache pas de tes grands yeux chargés de tant de choses.  « Tu ne veux pas me faire mal. Je ne veux pas t’en faire non plus. » Essayes tu Rodàn, d’être raisonnée alors que c’est trop tard ?  Pour une autre que Lizz tu aurais déjà été loin. Elle merite mieux. (que toi.)  « On doit reprendre nos vies. » (Essayer.)  « Passer à autre chose.» Et comment être crue quand toi-même tu ne crois pas en tes mots.
Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

C’était froid, c’était glacé, figé. C’était ces émotions qu’Ëlith s’interdisait d’extériorisé, qui formait cet ensemble de neiges éternelles qui la recouvrait, petit à petit, cendres de son être. Etoile morte, pure dans sa déception et incapable de s’en défaire. Cela lui donnait une force terrible, car c’était tout ce qu’elle connaissait depuis des années, et que c’était un fuel parfait. Rien ne pourrait l’arrêter, ni la douleur, ni la colère. Car elle avait pris sa décision, l’elfe. Elle ferait en sorte que cela soit plus facile pour Rodàn. Lizz n’en avait que faire que par cette décision, elle finirait damnée. Sa vie n’était plus marquée par le bonheur depuis de longues années, depuis la dissidence. Celle-ci était trop grande et elle étouffait le moindre instant de joie, comme celui de cette nuit.

Les mains se refermèrent sur ses poignets et la dureté de son regard revint, froid et puissant. En comparaison, Rodàn était terriblement faible, friable. Neige éphémère. Ëlith se redressa, malgré qu’elle fut toujours maintenue par la changeforme. Ses cheveux tombèrent un peu devant son visage, voilant une partie de sa nudité qui ne l’incombait pas. Une vaine tentative de conviction sorti de ces lèvres qu’elle n’avait pas embrassée et qu’elle ne regardait plus, pour éviter le fruit de la tentation. En elle, elle sentait ses os résistants comme le métal qu’elle fabriquait et c’était à se demander si son cœur n’était pas devenu juste ça ? Une fois fondu, battu, l’acier devenait encore plus solide. Elle plissa un peu les yeux face à Rodàn qui battait en retrait et elle prit une brève inspiration, ne laissant guère le luxe de l’accalmie au jaguar en fuite. « Ca n’est plus à propos de ce que l’on veut. » Ca claqua dans l’air. « Sinon tu ne dirais pas ça. » D’un geste de la tête, elle replaça ses longs cheveux blonds qui glissèrent un peu plus sur son visage.

Et son attention restait fixée sur la professeur d’astronomie, qui avait apposé sur son corps les traces d’une galaxie qui était la preuve tangible des évènements de la veille. « J’essaie de te faciliter la tâche, Rodàn. » Au long de ses paroles, ses doigts s’étaient mis à jouer avec la peau qui était sous son touché, et lentement, ses mains se retrouvèrent entre celles de son amante, et elle les posa là, sur le torse de Rodàn sans qu’aucun autre geste ne soit initié. « Je ne te retiendrai pas. » Car ce n’était plus une question de ce qu’elles voulaient. « Mais je ne serais pas la première à partir. » C’était plus fort qu’elle, c’était un impossible. C’était sa vie. Elle était celle que l’on abandonnait, que l’on laissait derrière. Elle le savait. C’était sa vie. Et si elle devait repousser Rodàn, pour que ça soit plus aisé, Lizz le ferait. C’était sa vie. « Alors va-t’en. » Et son regard glissa de ces yeux sombres qui l’attiraient tant, car elle était incapable de la regarder dans les yeux en lui disant ça. C’était sa faiblesse, et ce moment en attira un deuxième, qui glissa de ses lèvres, incontrôlable. Murmure. « Fais comme Andhäl. »
Revenir en haut Aller en bas
Rodàn Evendìm
Rodàn Evendìm

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 69
✧ Opales : 489
✧ Faceclaim : gal gadot
✧ Crédits : lux aeterna (avatar) astra (code signature)
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : jadis destinée à être (chamane) du clan de la panthère, tu n'es plus qu'une ombre eloignée et arrachée à la jungle, tu es désormais (spécialiste d'astronomie) garant des secrets des étoiles et des mots qu'elles sussurent à tes oreilles
✧ Idéologie : la paix doit se proteger par le bias d'une revolution (anti couronne)
✧ Clan : la (panthère) est ton clan
✧ Guilde : les membres de la (ligue de l'aube) peuvent te compter parmi eux

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Tu dois partir Rodan, tu pourrais te le répéter dans un cycle infini, mais tu dois partir. Rester ici ne te fera pas de bien, ne lui fera pas de bien. Et pourtant c’est comme si tu n’y arrivais pas. C’est un moment Rodan où tu dois être forte, où tu dois montrer que tu n’es pas si fragile que cette femme qui cette nuit s’est laissée aller à des plaisirs coupables, des plaisirs et des faiblesses qui te hanteront les années à venir si tant est que tu vives aussi longtemps. (Tu ne vivras pas aussi longtemps la vie s’en assurera si ce n’est pas un de tes ennemis qui s’en assure.) C’est un moment ou tu dois prendre sur toi pour être plus forte que tout, pour dominer des faiblesses que les femmes Tel’Domiel causent en toi, pour lutter contre les fissures que tu pourrais laisser s’agrandir. Et pourtant Rodan ce n’est pas une fuite que tu essayes d’initier alors que tu retiens ses mains et que tu la supplie presque. Tu devrais partir Rodan, tu devrais essayer de te faufiler, profiter de ta force physique et partir loin de cette flamme qui reveille des etoiles qui auraient du rester mortes et néanmoins brulantes. « Lache moi. » C’est ce que tu voudrais dire, mais c’est stupide parce que c’est toi qui reste, c’est toi qui la retient, et tu ne peux même plus imaginer faire autrement.

Et pourtant elle continue de te parler, et tu comprends ses mots plus que tu ne voudrais le comprendre. Ce n’est pas ce que vous voulez, car si la vie était telle que vous la vouliez, vous ne seriez pas, et tu serais heureuse. Elle le serait aussi. Et peut être à ce moment la, aurais tu pu envisager l’idée d’avoir de la place dans ton cœur pour deux personnes. Maintenant tu ne sais pas. Tu sais que ton corps lui n’est pas insensible a la chaleur de sa force contre la tienne, aux caresses de ses cheveux sur ton visage, et à la proximité de son visage contre le tien. Tu devrais partir Rodan, mais rien en toi n’arrive à te pousser à le faire.

Et c’est finalement ses mouvements plus tendres que ceux qu’elle a pu initier, la façon dont elle pose ses mains sur ta poitrine, et les mots qu’elle dit, ce qu’elle suggere, cette force de caractère qui la pousse à se sacrifier pour toi. C’est toi la sacrifiée Rodan, c’est à toi de le faire, c’est à toi d’agir et d’être forte peut être ? Mais ne l’etes vous pas toutes les deux. Deux femmes si fortes qu’elles n’arrivent qu’a etre la faiblesse de l’autre. « Je… » Mais tu devrais partir, alors pourquoi est ce que tu ne bouges toujours pas, la laissant te soumettre a un venin que tu n’attendais pas.

C’est douloureux alors. C’est une phrase qui n’aurait jamais du être prononcée, c’est un prénom que tu n’aurais pas voulu entendre, pas ce matin, pas maintenant, et ton cœur se serre alors que tes yeux pourraient presque s’humidifier. Tu serres la mâchoire néanmoins, tu te fais plus forte, et au lieu de la repousser tu serres tes bras autour d’elle, lachant toute prise sur des poignets que tu n’emprisonnais jamais si fort. « Je ne suis pas Andhäl. » Et même si les mots suivant te brulent les levres, tu finis par les laisser tout de même sortir comme les derniers soupirs d’un condamné. « Et tu ne l’es pas non plus. » Et tu sens une part de toi qui s’effrite alors que tes bras autour d’elle se serrent plus fort, sans plus que rien ne quitte tes lèvres, aucune parole assassine, aucun poison, jusqu’à ce qu’il ne reste entre vous que le poids de ce que vous avez fait, et la culpabilité sous le regard d’une morte.
Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Elle serait toujours présente, une ombre qui se projetait sur leur existence. Lizz avait souvent qualifié Rodàn de la raison de la dissidence. Mais peut-être n’était-ce pas elle, peut-être s’agissait-il de sa sœur, qui avait lancé l’engrenage de leur perdition. Quand elle jetait un regard sur leur passé, est-ce que la changeforme méritait tout ce qu’il lui arrivait, toute cette tristesse liée au deuil et à son appartenance à une Ligue qui ne changerait rien au monde ? Qu’aurait-elle été, si elle n’avait pas croisé le chemin d’Andhäl ? Serait-elle devenue la chamane d’un clan et aurait-elle subjugué les foules comme elle subjuguait Ëlith ? Cette dernière ne pouvait le savoir, elle ne le saurait jamais. Car il n’y avait que cette réalité douloureuse, que Lizz alourdissait de ses propos brisés, mais vrais.

Et elle s’était attendue à ce que ce soit les paroles nécessaires pour faire partir la rebelle. Les mots étaient parfaits, vrais. C’était une raison suffisante pour que Rodàn l’abandonne et ne la retrouve que dans des moments d’ultime faiblesse. Mas les bras se refermèrent sur son corps et elle frissonna d’une émotion qu’elle n’avait guère anticipé, contre la peau de la noiraude qu’elle retrouvait. Ëlith secoua la tête, retenue contre Rodàn. Faible, elle échappa un « que fais-tu ? » baigné dans l’incompréhension des actes de la professeur d’astronomie. La réponse survint par une douce négation qu’elle n’aurait jamais cru entendre. Elle a toujours eu le don de te surprendre. Oui, et c’était là tout le problème. Lizz n’était pas prête pour ça, pour ces mots qui arrachaient Andhäl de l’équation, qui les laissaient dans l’affrontement de leurs actes.

Elle n’était pas Andhäl, oui, mais on avait passé la plus grande partie de sa vie à la projeter dans les pas de sa sœur, jusqu’à la dépasser. Andhäl était son phare dans la perdition, ce fantôme dont elle ne pouvait se défaire, car elle était la raison de sa vie, la raison de son malheur. Lizz avait même cru que la raison pour laquelle Rodàn avait couché avec elle (encore et encore), était parce qu’elle ressemblait à Andhäl, et encore plus avec les années. La phrase, la simple négation de Rodàn la laissa fébrile et elle frissonna à nouveau contre la peau du jaguar. Elle sentit les larmes poindre, mais elle était plus forte. Elle se lova un peu plus contre la noiraude et elle n’osa pas parler tout de suite, car sa voix l’aurait trahie. Et elle ferma les yeux, comme si tout n’était qu’un rêve et qu’elle attendait le moment de réveil qui viendrait la dérober de ces mots qu’elle avait attendu toute sa vie.

Il ne vint pas. Le temps continuait sa course, imperturbable. Son cœur continuait de battre furieusement dans sa poitrine. Ses sentiments continuait de grandir pour Rodàn. Elle prit une inspiration dans le cou de la noiraude, et finalement, elle releva la tête, sortant de sa cachette de faiblesse. « Embrasse-moi, Rodàn. » Et toujours, elle était incapable de la regarder dans les yeux, car elle n’osait pas y croire, et que le rejet serait plus facile à accepter, si elle ne le voyait pas venir. « Tu as dit que tu ferais tout ce que je te demande. » Elle n’avait pas oublié, elle ne pourrait jamais. Et de cette émotion qui lui nouait la voix, la gorge, le cœur, elle rappellerait cette promesse, encore et encore. « Alors embrasse-moi. » A nouveau, c’était une supplique murmurée. C’était l’affirmation d’autre chose, que ce qu’il s’était passé hier soir n’était pas qu’un égarement, contrairement à ce qu’elles s’étaient prétendues silencieusement. Et elle voulait savoir, Lizz, si Rodàn pouvait l’embrasser sous le soleil, comme elle l’avait embrassée sous les deux lunes.
Revenir en haut Aller en bas
Rodàn Evendìm
Rodàn Evendìm

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 69
✧ Opales : 489
✧ Faceclaim : gal gadot
✧ Crédits : lux aeterna (avatar) astra (code signature)
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : jadis destinée à être (chamane) du clan de la panthère, tu n'es plus qu'une ombre eloignée et arrachée à la jungle, tu es désormais (spécialiste d'astronomie) garant des secrets des étoiles et des mots qu'elles sussurent à tes oreilles
✧ Idéologie : la paix doit se proteger par le bias d'une revolution (anti couronne)
✧ Clan : la (panthère) est ton clan
✧ Guilde : les membres de la (ligue de l'aube) peuvent te compter parmi eux

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Il y’a des realisations que parfois dans la vie on prefererait ne pas avoir. Des verités qui brulent l’ame et la condamnent davantage. Et c’est en plein cœur de celle-ci que tu réalise que tu es definitivement damnée. Bien sur tu l’as été auparavant, tu n’as été rien de ce que les étoiles prevoyaient pour toi, ou bien auraient elles pu prévoir une telle dissidence ? Tu n’as été rien de ce que tu aurais du être et toute ta vie durant tu aurais cette sensation d’inachevé. C’est ainsi. C’est une elfe qui t’a fait devier de cette histoire qui était pourtant toute tracée et contre toute attente ce n’est pas celle qui a pris le plus de place dans ta vie, mais bien celle avec la quelle tu viens de partager un moment qui vous damne toutes les deux. Tu ne sais plus Rodan. Tu es juste perdue au milieu de tes propres tempêtes, de celles que tu cause, ou de celles que les Tel’Domiel causent pour toi. Parce que ton destin est lié à ces deux femmes elfes, l’étoile morte et celle qui aurait peut être preferé mourir. Et si dans tout cela tu ne retrouves pas la sortie de ton propre labyrinthe, il y’a néanmoins une chose dont tu es sure, il y’a cette femme frèle et pourtant qui se voudrait si forte, que tu veux proteger. Parce qu’elle est la derniere. Parce que tu n’as pas pu proteger Andhäl, mais il y’a des erreurs que tu ne referas pas.

Alors il y’a tes bras qui se serrent autour d’elle, et des mots que tu n’aurais jamais cru vocaliser et qui tintent comme le fatal glas d’une erreur qui n’en était peut être pas une. Elle n’est pas Andhäl. Tu ne l’es pas non plus. Et malgré sa présence partout autour de vous, cette nuit, ce reveil, ne la concernent pas. Alors oui, tu sens Ëlith plus fébrile peut être qu’elle ne l’a jamais été, et c’est avec protection que tu la garde contre toi, contre ce corps dont tu as fais une arme aussi acérée que ton esprit. Elle n’est pas tienne non, - est ce un regret dans ta tête alors que cette pensée t’effleure – mais elle est tienne à proteger, et cette nuance fait tout.

Pourtant, alors qu’elle releve ses yeux vers toi, t’implorant de l’embrasser, c’est son visage qui te frappe. Elle n’est pas Andhäl mais elle lui ressemble. Elle n’est pas Andhäl mais elle lui ressemble et ça te fait un choc. Tu devrais dire non. Tu devrais fuir maintenant parce que tu t’es bien trop brulé, et la fragilité dans ses yeux et sa voix ne font que te montrer qu’il est déjà trop tard. Tu dois partir Rodan, tu dois partir encore, pour la laisser prendre son propre envol. Et pourtant oui, au fond de toi tu le sais, votre envol est lié, et c’est presque comme si quelqu’un d’autre guidait tes actes, que tu remonte une main pour caresser sa joue, menant son visage au sien, incitant une tendre caresse de tes lèvres contre les siennes. Tu l’embrasses Rodan, et tu sens les milles dieux des enfers qui viennent chercher ton ame, et arracher ton cœur. Mais tu l’embrasses Rodan, et sur le moment, rien n’a semblé plus juste.
Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

C’était une répétition et il y aurait pu y avoir une impression de déjà vu, si ça n’avait pas été autant attendu. Cela la marqua dans un coin de son esprit, Ëlith, elle qui n’aurait pour rien au monde embrasser Rodàn, quelques minutes auparavant. Cette dernière avait un effet qu’elle n’expliquait pas, qu’elle ne pouvait que subir et observer sur sa propre vie, sur ce qu’elle ressentait et qui brulait, brulait terriblement en son sein. Comme si une étoile tentait de revenir à la vie, ses braises ravivées par le souffle d’une divinité sous la forme d’un jaguar. Les flammes étaient partout en son être, se dispersant de ses lèvres pour tout embraser, tout effacé de cette attente et de cette inquiétude qu’elle avait nourri – qu’elle ne savait pas qu’elle retenait. Pour Lizz, cela avait été clair, que Rodàn s’en irait, comme une piètre voleuse, à l’image de la piètre catin qu’elle avait été. Mais elle était restée. Elle était là, contre l’elfe.

Le monde tourna autour d’elles et Ëlith referma ses mains autour du cou de Rodàn, l’attirant un peu plus à elle. Elle s’y accrocha, ne prenant pas le risque de voir la changeforme disparaitre si elle ne faisait pas attention. Elle chassa ses appréhensions passagères, se répétant qu’elle n’était pas Andhäl, que sa sœur était morte et qu’ils ne restaient plus qu’elles deux, naufragées de l’affection qu’elles avaient toutes les deux eues pour l’ainée des Tel’Domiel. Elle ne sentit les larmes couler que trop tard, mais elle n’en avait cure, car elle aurait été incapable d’identifier leur origine. Était-ce du bonheur – était-ce cela que ça faisait ? Était-ce du soulagement ? De la peine, de la crainte ? Une page qui se tournait ? Il y avait tant de possibles et Lizz, pour une fois, ne voulait pas choisir. Elle voulait garder ce moment intacte dans ses souvenirs, revivre la chaleur de la peau de Rodàn contre la sienne, la douceur de ses seins, la force de ses bras, ce parfum qui les embaumait, le poids des draps sur leurs jambes, la douleur de sa lèvre inférieure sous les baisers de la traitresse, le cliquetis des bijoux qui restaient…

Il y eut un besoin d’air, car le feu ne pouvait vivre sans oxygène et elle se recula un peu, appuyant sa joue humide sur la base du visage de Rodàn. Ce fut là qu’elle remarqua ses larmes encore présentes et elle échappa un petit bruit peu appréciatif. Du revers de sa main elle les essuya, car ce n’était rien d’important, rien comparé à la veille. « Serre-moi, Rodàn. » Et elle aimait ça, terriblement, que le professeur suive ces demandes d’affection, sans qu’aucune explication en soit nécessaire, aucun combat de verve, ni de dédain. Ici, elle en aurait été bien incapable. Comme il lui serait encore plus difficile de mettre Rodàn à la porte, bien qu’il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Rodàn Evendìm
Rodàn Evendìm

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 69
✧ Opales : 489
✧ Faceclaim : gal gadot
✧ Crédits : lux aeterna (avatar) astra (code signature)
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : jadis destinée à être (chamane) du clan de la panthère, tu n'es plus qu'une ombre eloignée et arrachée à la jungle, tu es désormais (spécialiste d'astronomie) garant des secrets des étoiles et des mots qu'elles sussurent à tes oreilles
✧ Idéologie : la paix doit se proteger par le bias d'une revolution (anti couronne)
✧ Clan : la (panthère) est ton clan
✧ Guilde : les membres de la (ligue de l'aube) peuvent te compter parmi eux

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Tu n’étais qu’un jaguar fougueux et curieux, éloigné de son clan, et blessé, la premiere fois que tu l’as vu. La plus jeune de deux elfes, apportant la lueur d’une lune percutante venue rechauffer ton cœur et réparer ton corps. Tu n’étais pas habituée aux autres races, oh bien sur tu les respectais toutes, mais tu n’avais pas eu l’occasion jusqu’a ce moment la d’en découvrir davantage, de passer du temps avec elles. Tu as découvert l’amitié. Et tu as découvert plus que ça. Elïth était un voyage entre les dimensions, une constellation voyageuse qui t’a apportée le bonheur en la présence de cette étoile désormais morte qui continue de bruler. Andhäl était tout pour toi. Mais c’est par Ëlith que tout est arrivé. Tout ce qui était bon en toi, c’est la Tel’Domiel qui l’a éveillée en te présentant cette femme qui deviendrait la tienne. Et tu pourrais te perdre Rodan, tu pourras te perdre en pensées sur Andhäl, sur tout ce qu’elle a représentée sur toi, sur tout ce qu’elle t’a apportée et ô combien la chaleur t’a quittée et la vie même t’a abandonnée quand elle a quitté ce monde. Tu pourrais penser à vos moments, à votre histoire, à ce point au quel elle comptait pour toi.

Tu ne le fais pas. Tu ne veux pas penser à Andhäl, car même si son fantome rode toujours auprès de vous ( et il y seras toujours, vous ne pouvez faire autrement) ce matin, appartient à Ëlith. Tu ne veux pas te perdre encore dans les implications, et au lieu de ça, tu laisse agir ton corps, ton instinct. Elle demande et tu exécute, incapable que tu es de lui faire du mal, trop soucieuse de t’en faire a toi. Et si sa demande est un baiser c’est une nuée de ceux-ci que tu lui offre, alors que corps contre corps vous vous offrez encore un reconfort que vous ne pouvez trouver avec personne d’autres. Que tu n’as jamais cherché d’ailleurs.

Et si sa demande est une etreinte, c’est celle-ci aussi que tu lui offres. Il y’a l’humide de ses larmes qui heurte ton visage et tu fronces les sourcils, la regardant s’essuyer et les faire disparaitre avec une habileté qu’elle a peut être toujours eu. « Viens ici. » Et tu t’installe mieux dans les oreillers et le luxe de ce lit qui n’est pas le tien, qui n’est pas le votre, et ne le sera jamais, l’invitant à se nicher dans le creux de ta forte epaule. « Ne pleure pas Ëlith. Profitons du moment. » Tant qu’il dure. Tant que tes levres se posent contre sa tempe pour y déposer un baiser protecteur.

Et tout dure, ou durera jusqu’à ce que finalement tu ne doives parler, car ce moment vous le volez à un temps qui ne peut supporter de se faire dérober. « Je vais devoir partir. Notre place n’est pas ici. » Tu parles de cette maison où tu n’aurais jamais du être à la base. « Mais tu sais où me trouver. Et je sais où tu vis. » Et la professeur que tu es, perd toute sa contenance, et son habileté, en quelques mots maladroits. Parce que tu voudrais lui promettre que tu viendras la revoir, mais tu sais que tu ne peux pas. Au lieu de ça, c’est une proposition, de vous revoir en d’autres termes. Tu ne sais pas. Tu esperes. Mais qu’esperes tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Ëlith inspira un fin fil d’air, blottie dans les bras de Rodàn, la poitrine encore secouée des restants de ses sanglots silencieux. Cette faiblesse, elle n’avait aucun mal à l’expliquer, à présent qu’elle était dans une étreinte qu’elle aurait voulue familière – qui malheureusement ne le serait jamais, mais éternellement attendue, encore et encore. Et cette faiblesse, en ce matin, elle ne pouvait que l’accepter, car c’était accepté aussi tout ce qu’il s’était passé avec le jaguar. Les échanges de mots et de maux, de larmes et de baisers. Lizz ne savait pas ce que cela représentait, ce que cela changerait dans leur dynamique, une fois qu’elles se retrouveraient en dehors de ces portes, dans des lieux familiers et des tensions éternelles. Mais elle l’acceptait, car ce n’était qu’un instant, qu’une faiblesse aux yeux du monde. Certainement, l’univers pouvait faire preuve de compassion ? Que tu es naïve. Elle chassa la pensée, se frottant contre l’espace de peau qui était à sa portée, taisant cette bien vilaine voix.

Finalement, la répétition d’un ultimatum revint, et elle n’était plus capable d’en vouloir au professeur d’astronomie, Ëlith. Silencieuse, elle acquiesça dans la masse de cheveux noirs dans lesquels elle s’était réfugiée. Ce n’était pas parce qu’elle était fébrile sur le plan émotionnel, que sa raison avait disparue. Le soleil continuait de s’élancer plus haut dans le ciel, et elle savait que quelqu’un finirait par s’inquiéter de son absence : elle n’avait pas pour habitue de passer la nuit dans ces soirées organisées. Mais elle s’interdisait de songer aux regards interrogatifs qu’elle recevrait et qu’elle terrait d’un propre regard réprobateur. Il y eut une phrase gauche de la part de Rodàn, et celle-ci, à la surprise de tout le monde – même de l’univers – arracha un léger rire chez Lizz. Elle se redressa sur ses coudes, surplombant légèrement son amante. « A voir qui de nous deux craquera la première. » C’était un défi, une boutade, sur leurs caractères respectifs. Elles étaient butées, Ëlith ne saurait l’oublier.

L’elfe ne savait pas jusqu’où son orgueil l’emporterait, mais elle savait qu’elle ne lui prêtait aucune importance. Ni ici, ni là, ni tout de suite, ni maintenant. Elle se pencha sur les lèvres de Rodàn, qu’elle embrassa avec une douceur presque improbable. Elle inspira, se remémorant le parfum de la changeforme. Quelque chose s’éveilla, fissure entre ses côtes, qu’elle tut. Et elle roula sur le côté, se laissant tomber à la gauche de Rodàn. Elle l’observa, de longues secondes, ses doigts courant sur l’épaule dénudé, glissant sur le muscle du repos, s’arrêtant dans le creux du coude. Et elle retira vivement sa main, comme brulée de cette affection qui continuait de guider ses gestes. Peut-être était-ce un sursaut de contrôle, de regrets à venir. « Vas-y, avant que je ne change d’avis. » Avant que tout ce qu’elle était réellement ne s’éveille, et que l’affection ne soit remplacée par le poison.

& Son regard s’échappa vers le plafond, ignorant le rouge qu’elle sentait danser, sous la pâleur de ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
quelque chose de noir & délicieux s'éveilla - Rodàn
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] L'éclair noir [DVDRiP]
» [UploadHero] Rambo III [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Opal Crown :: Vieux Aramoor-
Sauter vers: