AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Bottins  Annexes  Animations  Flood  
Membres à l'honneur
Félicitations à Orion et Sjael !

Fermeture du forum
nous vous remercions pour cette
incroyable aventure
Ils sont attendus

-23%
Le deal à ne pas rater :
TV QLED Samsung QE65Q65R 2019
999 € 1299 €
Voir le deal

Partagez
 

 end of silence (oberyn)

Aller en bas 
AuteurMessage

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Eter Aasimar
Eter Aasimar

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 23/08/2019
✧ Orbes : 180
✧ Opales : 322
✧ Faceclaim : deepika padukone.
✧ Crédits : DANDELION (avatar) EXORDIUM. (sign) tumblr (gif)
end of silence (oberyn) Tumblr_inline_okes6w4AwB1qlt39u_250
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : (commandante de la garde) formatrice pour les apprentis Greyhands pendant de nombreuses années, l'assassinat de sa fille l'a cependant décidée à quitter l'île flottante pour être sur le terrain et pour traquer le responsable.
✧ Idéologie : (anti-couronne) s'est jurée de dissoudre la Couronne et ses coutumes visant à privilégier une élite incapable de vraiment diriger et de faire les bons choix.
✧ Guilde : (greyhand) c'est une histoire de famille. a su se distinguer et se démarquer de ses pairs grâce à sa persévérance et sa détermination. (ligue de l'aube) seul remède à la vengeance qui lui dévore les entrailles. de là, elle joue un double jeu.

end of silence (oberyn) Empty
MessageSujet: end of silence (oberyn)   end of silence (oberyn) Empty26/10/19, 07:26 pm

Une grimace qui s’étire sur tes lippes tandis que tu observes tes mains teintées de sang. C’est devenu une fâcheuse habitude ces derniers temps et tu le déplores. Mais c’est un mal nécessaire, n’est-ce pas ? C’est ce que t’essaies de te convaincre tandis que tu te diriges vers tes appartements et que tu plonges tes mains dans un seau d’eau froide qui très rapidement se teinte de rouge. Tu frottes plusieurs minutes avec acharnement, jusqu’à ce que la moindre trace de ton prisonnier se soit évaporée. Un regard vers l’horloge qui trône sur un des murs et là encore tu pousses un profond soupire. Avec tout ça tu vas finir par être en retard. C’est avec rapidité que tu quittes ton armure pour une tenue plus confortable et moins solennelle. Cuissardes à talons, longue cape qui claque au vent. Un haut avec un décolleté échancré où trône avec fierté la broche qui te discerne des autres car elle te définie comme Commandante de la Garde et un simple pantalon calquant tes formes avantageuses. Une tenue qui ne laisse rien présager de ta position de noble, si ce n’est la qualité du cuir quand on y regarde de près. Une femme soldat, qui ne vit que pour les armes, ça ça pourrait déjà mieux correspondre comme description.

Ni une, ni deux, tu attrapes ton sabre qui ne te quitte jamais et l’accroche à ta hanche tandis que tu quittes la pièce et que tu te diriges vers la cour intérieure de la caserne. Tes yeux qui se lèvent vers le ciel et qui scrutent l’île flottante. Te concentrant pour activer Eom logée en-dessous de ta clavicule gauche, tu génères une bourrasque de vent autour de toi. Rapidement te voilà qui prends de la hauteur, virevoltant dans les airs avec l’aisance que prodigue l’expérience. En deux temps trois mouvements te voilà qui finalement poses pied à Fell’Gost, les gardes Greyhands en poste ce soir là te saluant d’un coup de tête respectueux. Tu les connais tous, ces visages. Après plus de trente ans à les former tu en as vu défiler, des Greyhands. De toutes les races, de tous les caractères. La plupart avec une magie que l’on peut qualifier de banale. D’autres, par contre, t’ont plus marquée. Ceux qui avaient une affinité toute particulière avec la Magie Primaire et qui étaient des plus prometteurs. L’homme, ou plutôt l’Elfe, que tu dois voir ce soir en fait parti. Il a été un des premiers que tu as formé et tu imaginais bien des possibilités pour lui. Dommage que sa blessure l’est conduite à sa perte.

Parcourant les couloirs sinueux de l’école volante, tu jettes ton dévolu dans une pièce à l’écart qui vous sert de salle d’archives. Prenant place sur une table située au fond, tu patientes tranquillement en laissant ton regard dériver sur la décoration, puis sur tes poings légèrement bleutés par les coups récents que tu as donnés. Usant de ta capacité de régénération, tu observes les hématomes se résorber pour laisser une peau comme neuve. L’avantage d’être une Elfe de Jour. Alors que tu termines ton processus, un pas singulier résonne dans le couloir. Tu discernes distinctement le son d’une canne, preuve que ton homme est en chemin. Deux secondes plus tard le voilà qui, en effet, pénètre à son tour dans la pièce. Il ne met pas longtemps à te localiser et ne cache pas une certaine surprise sur son visage. « Bonsoir Oberyn, que tu commences avec un large sourire, faisant comme si de rien était. Tu te redresses et te lèves de la table où tu te tenais, tenant tes mains jointes devant toi. Je suis navrée de t’importuner à une heure aussi tardive, mais il fallait que je m’entretienne avec toi. Une pause, un silence, avant que tu ne reprennes, ton timbre aux teintes mielleuses résonnant contre les murs, J’imagine que ma mystérieuse missive a attisé ta curiosité et j’espère que tu n’es pas déçu de me voir. Je pressentais que si je te demandais audience officiellement tu aurais prétexté une occupation requérant tout ton temps. Le sourire qui ne s’effrite pas et qui perdure tandis que tes orbes sondent ses réactions. Mais difficile avec Oberyn qui a toujours un masque de neutralité greffé sur le visage. Comment vas-tu ? Quelles sont les nouvelles d'en-haut ? Avec ma mutation je dois dire que je ne suis plus autant aux faits de tout ce qui se passe ici qu'avant. » que tu conclues avec politesse, préférant une approche toute en douceur. Parce qu’il va falloir beaucoup de tact et de patience pour aborder le gros du sujet et tu as fait le choix d’y aller avec lenteur pour ne pas brusquer ton homme.

_________________



Dernière édition par Eter Aasimar le 31/10/19, 09:29 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

end of silence (oberyn) Empty
MessageSujet: Re: end of silence (oberyn)   end of silence (oberyn) Empty27/10/19, 01:38 pm

 
Fell’Gost, la citée des airs. L’académie volante. Voilà plus de vingt ans qu’Oberyn arpentait ses allées, ses longs couloirs, et ses antichambres. Des passages secrets aux chemins détournés, il en connaissait tous les recoins. Tout lui était si familier, et pourtant, chaque jour que faisaient Ahara et Wilnir réservait une nouvelle surprise. Car le château dans les nuages ne cessait de se transformer à la lueur du soleil ou des lunes, ce qui avait pour effet, au moins, d’attirer l’attention du Greyhands.
Mais ce soir-là, les lunes jaune et bleue semblaient contrariées. Comme si elles aussi pleuraient les derniers événements survenus à la capitale. Comme si elles préféraient détourner leur regard de l’homme qui s’était retourné pour ne pas avoir à réaliser son devoir.

Oberyn pris son long manteau, et, sentant sa jambe le démanger plus que jamais, avala une potion. Malheureusement, c’était devenu son quotidien, son boulet qui ne cessait de lui rappeler sa jeunesse dorée, le jeune homme tant désiré qu’il était et surtout, les rêves qu’il ne pourrait jamais atteindre. Tel un acte de contrition, sa jambe boiteuse était ce qui le reconnectait à la réalité, comme pour le remettre sur le droit chemin. Etais-ce là sa punition ? Sa condition de mortel destiné à souffrir pour pouvoir s’élever un jour ? Aucune idée. Mais preuve était de constater que cette jambe était maudite, et ce soir, nécessitait d’être appuyée par une canne s’il ne voulait pas rentrer sur un brancard.

Bien évidemment, il n’en fallu pas plus pour le mettre de mauvaise humeur. Il était comme ça, depuis. Constamment énervé contre le monde, encore plus contre les recruteurs de l’armée et Uriah.
Cette pensée lui donna comme des ailes pour se rendre à son rendez-vous du soir. Pourfendant l’air, il traversa le château pour rejoindre la salle des archives, passant devant les dortoirs des jeunes apprentis et des gardes de Fell’Gost. Tout était calme, limite sinistre.
Sa destination était encore loin devant, et à de nombreuses reprises, il pensa faire demi-tour. Peut-être ce genre de quête amusait les jeunes puceaux et pucelles en mal d’amour de l’académie, mais pas lui. Pourtant, il avait été intrigué par cette lettre reçue un peu plus tôt dans la journée et il ne pouvait s’empêcher de ruminer les quelques mots écrits sur le bout de parchemin. Qui pouvait le presser de le rencontrer ainsi ? Qui pouvait vouloir s’entretenir à cette heure-là ? Qui pouvait vouloir le consulter, lui ?

Ce n’est qu’après avoir passé la porte de la salle des archives qu’il comprit. Elle était là, debout devant lui et il ne pouvait faire demi-tour à présent. Il était pris au piège et Eter ne l’avait certainement pas convoqué pour lui parler de ses récentes publication sur les catalyseurs de magie primaire. Non, elle voulait le voir pour lui parler de quelque chose.
« — Eter Aasimar, Commandante de la Garde. J’aurais dû m’en douter… dit-il d’un ton froid, à la limite de la déception perceptible. Elle avait réussie à rentrer dans l’armée d’élite et faisait à présent parti de tout ce qu’Oberyn détestait le plus au monde.
Elle était gênée. Tu ne devrais pas te tenir les mains ainsi, cela risquerait de faire ressortir les hématomes de ton interrogatoire. » Il l’avait ressenti, entre-aperçu, bien que les lunes n’y soient pas favorables et ne lui aient pas permis de voir qui était son rendez-vous mystérieux. Mais la nuit avait cela de formidable pour les Elfes de son type qu’elle lui permettait au moins d’être clairvoyant et de ressentir la douleur du pauvre bougre enfermé dans une cellule miteuse de la capitale. Comment pouvait-elle sourire ainsi avec la nuit qu’elle avait passé ?

« — Encore toutes mes félicitations pour ta promotion. Elle était courtoise, il devait aussi l’être, bien que sans réelle sincérité. J’imagine que l’académie est loin derrière toi et que tu as bien d’autres chats à fouetter maintenant que tu as des responsabilités. Comme à son habitude, Oberyn était piquant. Marquant ainsi le ton de la conversation, il continua. Je vais bien comme tu le vois, mais je doute que tu sois venu à cette heure pour une simple visite de courtoisie, n’est-ce pas ? »

Icons by OhMyDollz et SIGYN.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Eter Aasimar
Eter Aasimar

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 23/08/2019
✧ Orbes : 180
✧ Opales : 322
✧ Faceclaim : deepika padukone.
✧ Crédits : DANDELION (avatar) EXORDIUM. (sign) tumblr (gif)
end of silence (oberyn) Tumblr_inline_okes6w4AwB1qlt39u_250
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : (commandante de la garde) formatrice pour les apprentis Greyhands pendant de nombreuses années, l'assassinat de sa fille l'a cependant décidée à quitter l'île flottante pour être sur le terrain et pour traquer le responsable.
✧ Idéologie : (anti-couronne) s'est jurée de dissoudre la Couronne et ses coutumes visant à privilégier une élite incapable de vraiment diriger et de faire les bons choix.
✧ Guilde : (greyhand) c'est une histoire de famille. a su se distinguer et se démarquer de ses pairs grâce à sa persévérance et sa détermination. (ligue de l'aube) seul remède à la vengeance qui lui dévore les entrailles. de là, elle joue un double jeu.

end of silence (oberyn) Empty
MessageSujet: Re: end of silence (oberyn)   end of silence (oberyn) Empty31/10/19, 10:17 am

Il aurait dû s’en douter. Ah oui, tu étais si prévisible que ça ? Le timbre est lasse et le regard mélancolique. Il y a un gouffre entre l’homme que tu as connu à l’époque et celui qui se présente devant toi, boiteux, impatient et souvent lassé. Oberyn n’est plus que l’ombre de lui-même et s’il s’est illustré avec les années comme étant le bras droit d’Uriah Tel’Domiel, cela ne l’empêche pas de ruminer. Il est connu pour s’être renfermé sur lui-même depuis l’accident. D’être devenu plus colérique, plus impulsif. Même si tu n’as jamais vraiment eu l’opportunité de le côtoyer depuis sa chute, les bruits de couloirs ont parlé pour lui. Et ce n’est pas un très beau tableau qu’on a dépeint de l’Elfe. Mais il reste ce qu’il est, un Greyhand des plus intelligents et compétents. Alors quand bien même sa blessure l’a mis à l’écart d’un avenir encore plus glorieux, il n’en est pas moins laissé pour compte et jouit toujours d’une certaine notoriété.

Il semble fixer tes mains jointes et te conseille de ne pas te tenir ainsi. Si cela te fait légèrement rire, d’un rire froid et cynique, tu ne peux t’empêcher de constater qu’il reste un fin observateur qui pas perdu de sa perspicacité. Il a l’ œil, car tes blessures ont dû finir de se résorber quelques secondes seulement après son arrivée dans la pièce. « Les temps sont durs, que veux-tu… que tu laisses planer avec un haussement d’épaules déconcertant. » La vermine n’a jamais été aussi proliférante que depuis ces dernières années. Entre les voleurs, les mercenaires et les assassins, le crime et le vice règnent en maître dans les bas-fonds de la Capitale et il vous faut bien agir pour tenir les mécréants en laisse et éviter des débordements. Quoi que pour cette fois ce n’était rien de tout ça. Ou du moins pas une affaire officielle. Mais ça c’est une autre histoire.

Histoire qui est liée avec ta promotion. Ton sourire que tu lui renvois qui sonne tout aussi faux que le sien. S’il n’est pas enfermé dans sa bulle de souffrance alors il doit savoir le pourquoi tu as demandé à être mutée. En soit ça n’a rien à voir avec les responsabilités qu’il semble suggérer. Si tu es devenue Commande de la Garde il y a trois années de cela c’est pour pouvoir traquer l’assassin de ta fille, une Greyhand tout comme vous. Tu ne t’en es jamais vraiment cachée, que tu faisais ça pour elle et les rumeurs à ce sujet ont fait grand bruit sur l’île flottante. Mais encore faut-il qu’Oberyn soit intéressé et donc réceptif à ces dernières. Si rien de tout ça ne serait arrivé, tu serais restée dans ton Académie à former les nouvelles recrues. Parce que c’est ça, qui te fait réellement vibrer. Et non ta petite vendetta cherchant à retrouver les assassins de ta fille ainsi que ses commanditaires pour les faire regretter d’avoir osé attenter à la vie d’une Aasimar. « Crois-le ou non, mais l’Académie me manque et je reste nostalgique du temps passé en son sein. » Une confession glissée à son oreille, preuve que tout dans tes propos ne sont pas que minauderies. Tu cherches à attiser sa confiance et sa sympathie, et ça ne pourra arriver si tu restes dans tes retranchements.

Il conclut sur la raison de ta visite. Impatient, donc. « Tu as raison, que tu rétorques, avant de placer tes mains dans ton dos et de faire quelques pas dans sa direction. Nous étions beaucoup de formateurs à voir en toi un futur chef pour les Greyhands. Ce qui t’est arrivé, et la manière dont ça a été géré… Une pause, le temps de reprendre ta respiration, Un gâchis. Tu hésites ensuite à la suite, prends le temps de choisir tes mots, Je vais être franche avec toi, moi non plus je ne porte pas vraiment Uriah dans mon cœur. » Tu préfères t’arrêter là pour le moment avant d’en dire plus, attendant de voir la réaction d’Oberyn face à ce premier aveu pour sonder un peu son état d’esprit et voir s’il est réceptif ou non à la suite des événements. Uriah est ton supérieur direct, tout comme Oberyn. C'est à lui, et au Ministère, que tu envoies régulièrement des comptes-rendus quant à l'état de sécurité dans les rues de la Capitale. C'est avec Uriah, également, que tu planifies les rondes entre la Garde et les Greyhands. Au fond, tu le connais bien, toi aussi, et ça ne t'empêche pas d'avoir une profonde aversion à son égard.   

_________________

Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

end of silence (oberyn) Empty
MessageSujet: Re: end of silence (oberyn)   end of silence (oberyn) Empty31/10/19, 03:58 pm

 
Impassible. Dévouée. Sensible. Forte. C’était les morts qui venaient à l’esprit d’Oberyn lorsque l’on évoquait la charismatique Eter. Il ne s’était jamais réellement intéressé à la vie de ses congénères, ni même à leurs sentiments mais force était de constater que la vie de la Commandante forçait le respect. Il savait qu’elle savait. Elle avait passé suffisamment de temps ici pour être tenue au courant des actualités, même les plus insignifiantes. Qui plus est, sa position entre la Couronne et Uriah lui donnait suffisamment d’occasions pour pouvoir être suffisamment au courant des plans de la Guilde. Elle devait donc connaître une bonne partie de ses faits et gestes.
Son quotidien bien que dur, forçait lui aussi le respect. Passer ses journées dans les bas-fonds de la Capitale était une vie horrible aux yeux d’Oberyn. C’était grâce à des gens comme elle que la situation tendait à s’améliorer. Conspirateurs, voyou, changeformes rebelles… Tout n’était que chaos et le Greyhands finit par se demander si la guerre contre les Orcs n’était finalement pas préférable à un lent et vicieux pourrissement de la société.

Elle affichait un visage éhonté. Aussi cynique que le sien. Au fond, ils se ressemblaient en bien des points. Elle souffrait de la perte de sa fille, histoire devenue légendaire dans le cœur de l’Académie. Tous les apprentis ne cessaient de regretter leur formatrice depuis son départ, et ne se retenaient pas de le faire savoir à Oberyn. Cela l’avait longtemps énervé, lui qui était rempli d’orgueil et de haine. Il avait dû attendre presque trois ans pour que les apprentis arrêtent de parler d’elle, à la grande satisfaction du mage.
Qu’elle que soit la raison, peut-être liée à sa fille, elle avait basculé du mauvais côté. Rester à Fell’Gost c’était choisir de changer le système de l’intérieur. Elle avait quitté le navire lâchement.

Naturellement, il fût étonné d’entendre dire que « tout cela lui manquait ». C’était une femme engagée, il le savait. Elle avait toujours été très impliquée dans son rôle de formatrice, très proche de ses étudiants, pédagogue. Prête à donner des leçons supplémentaires, et à transmettre son savoir avec passion.

Mais il fût encore plus surpris de la confidence qu’elle lui fit. Tel un murmure, elle lui susurra l’ambition qu’elle avait eu pour lui. Qui était ce « on » ? Était-elle complotiste ? Etais-ce une autre ruse ? Nulle idée. Il ne devait pas faiblir malgré le fait qu’il en soit flatté. Elle connaissait sûrement ses aspirations, fût-elles faciles à déterminer vu son passif et son statut.
« — Ce sont de lourdes confidences que tu me fais là. dit-il très lentement. Il devait être fin, réfléchir à ce qu’il allait lui annoncer. Je pourrais te faire accuser de haute trahison envers la Couronne. » Son regard devint sournois, mesquin, tel un serpent fixant sa proie.
Qui pouvait, autre que lui, vouloir la chute d’Uriah, celui que tout le monde adulait, aimait ? Le grand mage, issu d’une des places célèbres familles du Royaume, grand favori de la gamine faisant office de Reine ? Il ne de devait surtout pas se laisser amadouer. Toute sa vie, il avait lutté, escaladé les embûches, s’était relevé pour se faire rabaisser… pour en arriver là. Il était proche du but, si proche. Si par malheur il venait à être découvert, tout serait perdu : car ses plans pour la Guilde étaient bien plus grandioses que ceux d’Uriah.

Mais pour cela, il devait déblayer le passage.
Et si la jeune Aasimar se mettait en travers de sa route, alors il l’écarterait.

Icons by OhMyDollz et SIGYN.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Eter Aasimar
Eter Aasimar

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 23/08/2019
✧ Orbes : 180
✧ Opales : 322
✧ Faceclaim : deepika padukone.
✧ Crédits : DANDELION (avatar) EXORDIUM. (sign) tumblr (gif)
end of silence (oberyn) Tumblr_inline_okes6w4AwB1qlt39u_250
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : (commandante de la garde) formatrice pour les apprentis Greyhands pendant de nombreuses années, l'assassinat de sa fille l'a cependant décidée à quitter l'île flottante pour être sur le terrain et pour traquer le responsable.
✧ Idéologie : (anti-couronne) s'est jurée de dissoudre la Couronne et ses coutumes visant à privilégier une élite incapable de vraiment diriger et de faire les bons choix.
✧ Guilde : (greyhand) c'est une histoire de famille. a su se distinguer et se démarquer de ses pairs grâce à sa persévérance et sa détermination. (ligue de l'aube) seul remède à la vengeance qui lui dévore les entrailles. de là, elle joue un double jeu.

end of silence (oberyn) Empty
MessageSujet: Re: end of silence (oberyn)   end of silence (oberyn) Empty10/11/19, 11:56 am

Il choisit d’être sur la défensive. D’être piquant. Mordant. Avec son regard mesquin et son attitude outré, c’est tout son être qu’il dresse contre toi. Il joue la carte de la surprise, se permet même quelques menaces. Comme s’il pouvait être choqué de tes paroles. Que tu puisses porter de telles accusations en la personne d’Uriah, leur chef bien-aimé. Un petit stratagème qui ne marche pas sur toi, bien évidemment, et qui te laisse de marbre. Qu’il tente l’intimidation, qu’il te menace de tout révéler au Tel’Domiel si ça lui chante, au fond, tu sais très bien que c’est que des foutaises. Qu’Oberyn déteste Uriah surement plus que toi car c’est lui qui a tout volé. Ses aspirations, sa fierté, son avenir brillant. Tout. « Ah oui ? que tu laisses planer, un de tes sourcils s’arquant. » Tu le provoques, avec ton sourire narquois et tes orbes qui s’illuminent de malice. Qu’il tente, Merigold, qu’il tente. Au fond, tu sais très bien qu’il ne le fera pas. Que c’est juste une manière de jouer les innocents, de se protéger, au cas où tu lui tendrais un piège, ou quelque chose comme ça. C’est qu’il serait devenu paranoïaque ? Preuve qu’il n’est pas tout blanc dans cette histoire et qu’il a peut-être quelque chose à cacher. Comme des aspirations révolutionnaires ?

Tu ne vacilles pas, en tout cas, face à ses accusations et restes de marbre, l’observant avec cet éclat de malice qui te caractérise si bien. Après un bref silence, tu reprends, « Il est de notoriété publique que je n’apprécie pas Uriah. Même lui le sait, je ne m’en suis jamais cachée. » La faute à un passif des plus houleux à son égard. Il était le meilleur ami de ton fiancé, Salim, et quand ce dernier s’est détourné de toi quand il a préféré épouser ta sœur Medrith, tandis qu’elle venait de te voler ton titre de Baronne qui te revenait de droit, Uriah a fait la sourde oreille. Il a préféré choisir Salim plutôt que toi, et ça, ça t’est toujours resté en travers de la gorge. Ajouté à cela les décisions plus que douteuses que le Tel’Domiel a pris pour la Guilde… Disons que ce n’est clairement pas ce que tu espérais pour les Greyhands. Et tu sais qu’Oberyn partage tes opinions, bien que pour le moment il clame le contraire.  Lui comme toi vous ressemblez beaucoup. À aspirer à autre chose pour vos confrères, pour votre Guilde. Vous méritez une place plus importante dans la société. D’être plus que de simples soldats d’élite au service de la Reine et de la noblesse. Vous méritez d’être l’élite, d’être la noblesse. Parce que vous êtes compétents et que vous, vous agissez vraiment pour la société et non pour votre propre petite personne ou les intérêts de votre famille. « Et toi aussi, je me trompe ? Tu fixes tes orbes dans sa direction et t’accroches aux siennes, inclinant légèrement la tête sur le côté avec un petit air entendu. Être cantonné à rester dans son ombre et à obéir au moindre de ses ordres alors que tu aurais pu être à sa place… Un haussement d’épaules désinvolte alors que tu roules tes yeux vers le ciel, mimant une grimace affligée. Tu mérites mieux, Oberyn. La Guilde toute entière mérite mieux. » Tu fais quelques pas vers la droite, les mains toujours jointes dans le dos, avant de faire volte face et de revenir à ta position initiale. L’air pensif, tu finis cependant par reprendre la parole après quelques secondes de silence, « Uriah nous a réduit au statut de vulgaire chiens au service de la Couronne. Il se fiche bien de nous, au final nous ne sommes que des pions dans son échiquier pour lui faire acquérir toujours plus de pouvoir. » Des chiens de garde bons à obéir aux ordres et à faire les beaux quand il le faut. À parader auprès de la noblesse lors des grandes cérémonies et à être envoyé au casse-pipe comme chair à canon sans état d’âme. Certes, vous êtes ici pour protéger le royaume. Mais pas à n’importe quel prix. Ta fille a été assassinée pendant son service, et qu’est-ce que sa mort a changé ? Absolument rien. Uriah ne t’a pas adressé un seul regard, pas un seul pardon. Il a juste dit qu’elle était  morte en servant la Couronne. Mais en quoi était-ce vrai ? C’était ridicule. Et cruellement frustrant.    

_________________

Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

end of silence (oberyn) Empty
MessageSujet: Re: end of silence (oberyn)   end of silence (oberyn) Empty10/11/19, 03:12 pm

 
Elle ne s’était jamais adressée à lui de la sorte. Elle avait souvent froncé les sourcils, ça oui. Mais de là à jeter son dévolu sur lui comme ça… Pourtant, elle restait étonnamment calme, comme si elle avait tout préparé à l’avance. Oberyn aurait pu trouver un contre-exemple à tous ses propos mais le faux étonnement qu’elle laissa échapper et planer changea tout dans son esprit.

C’était une femme brisée, et dans ses yeux apparurent bientôt la rage qu’elle avait contre Tel’Domeil. Mais il ne devait pas flancher. Il devait rester droit, car c’était ainsi qu’il devait être. Garder le cap, ne jamais vaciller, ne jamais sombrer, être mesuré. Lui qui était parfois si extrême, qui faisait des raccourcis très serrés sur les affaires qui le concernaient. En temps normal, se faire flatter l’aurait plu. Il aurait gonflé le torse et asséné son interlocutrice d’une pluie de pics aiguisés. Pourtant, il ne pouvait que la regarder avec pitié, un rictus se dessinant peu à peu sur ses lèvres. « — Tes relations avec Uriah ne me concernent pas. J’ai déjà suffisamment à faire. laissa-t-il planer, tel un oiseau chassant sa proie. »
Pourtant, il avait à de nombreuses occasions assisté à des scènes que même lui n’avait jamais osé faire au Chef de la Guilde. Peut-être que la relation qu’elle entretenait avec lui avait motivé son départ du très estimé cercle des formateurs ? Après tout, elle avait toujours eu l’âme en mille morceaux, tiraillée entre ses devoirs et son lourd passé. Elle ne s’était jamais empêchée de lui rentrer dedans pour faire entendre sa voix, allant quelques fois dans le sens de Merigold. Car elle avait souvent pris parti pour lui, notamment en ce qui concernait la dépendance des Greyhands envers la Couronne. Mais les Tel’Domiel était très liés à la famille Royale, et sa nomination avait probablement une raison politique. C’était une relation de cause à effet indéniable et depuis, les Greyhands étaient devenus la main armée de la Reine. Tout cela n’avait aucun sens pour un conclave tel que le leur. Les mages devaient rester neutres, et ce afin, d’être gardiens de l’équilibre de ce monde. Se placer aux côtés des vainqueurs, c’était faire pencher la balance sur le flanc de l’injustice. Et depuis, ils ne faisaient que se dégrader à arpenter les cercles inférieurs pour chasser de petits voleurs ou mettre fin à des trafics illégaux. Les Greyhands étaient-ils vraiment ça ? Certainement pas. Leur vocation était bien plus noble : éduquer les jeunes mages, chasser les sorciers aux sombres ambitions, repousser les limites de la science, de la technologie et de la magie, veiller à ce que le voile entre le monde et la magie ne se brise pas, être agents de paix et de justice…

« — Mon avis a-t-il réellement compté un jour ? Penser à voix haute était une habitude, mais dans la situation actuelle, mal placé. Croisant les mains dans son dos, il se mit à faire les cent pas. C’était la réaction typique d’Oberyn lorsqu’il était tiraillé, face à un mur. Mais si tel est ton souhait, laisse-moi te dire ceci : ce que nous sommes aujourd’hui, nous l’avons choisi. Tout comme lorsque nous avons rejoint la Grande Alliance. Il était dur, très dur. Il ne s’en était jamais caché : les Orcs n’avaient jamais menacé l’existence des mages ni du grand équilibre naturel. Qui plus est, il n’avait jamais apprécié que l’on considère la magie comme une arme divine. Ce don devait être préservé, jalousement gardé pour ne pas devenir objet de pouvoir. Nombre d’entre eux étaient morts durant ces affrontements, et tout ça pourquoi ? Il laissa un moment de vide flotter entre eux, laissant le temps nécessaire à Eter pour méditer ses mots. Uriah a la place que nous lui avons laissé prendre. Tout n’est que reproduction car la nature a horreur du vide. Ses yeux habituellement flamboyait était à présent vides, comme brisés par le souvenir de ce qu’il aurait lui aussi pu être. Si ce que tu dis est vrais, alors vous êtes coupables d’avoir laissé le vide se combler seul. » Car pendant toute sa convalescence, personne ne s’était préoccupé de lui. Personne, sauf Uriah. Comme s’il avait préféré celui qui souhaitait plus que tout au monde sa chute, plutôt que ses alliés d’entant. Tel’Domiel avait toujours eu de l’humour : peut-être était-ce là sa manière à lui de préserver l’équilibre.

Les doigts mouettes dans le dos, les mains tordues, il s’approcha de la belle Aasimar.
« — Où étais tu lorsque les nuages se sont amoncelés au-dessus de l’académie ? Hein ? Son visage était si proche de celui d’Eter qu’elle pouvait probablement voir la rage dans ses yeux. C’était typiquement le genre de conversations qu’il détestait et le mettait hors de lui. Comme si elle lui reprochait d’être à sa place, lui qui n’avait eu le choix de rien. Peux-tu plaider non coupable toi aussi ? Lâcha-t-il finalement, un sourire en coin. Je n’ai pas traversé la folie et la souffrance pour me faire entendre ça. Crois-moi, j’ai donné autant à la Guilde que toi. Mais j’ai décidé de rester, contrairement à d’autres… » Bien évidement, le pic était visé.

Soulagé d’avoir vidé le fond de sa pensée, il s’assied sur le bord d’une table, la regardant de haut en bas.  

Icons by OhMyDollz et SIGYN.

the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Eter Aasimar
Eter Aasimar

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 23/08/2019
✧ Orbes : 180
✧ Opales : 322
✧ Faceclaim : deepika padukone.
✧ Crédits : DANDELION (avatar) EXORDIUM. (sign) tumblr (gif)
end of silence (oberyn) Tumblr_inline_okes6w4AwB1qlt39u_250
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : (commandante de la garde) formatrice pour les apprentis Greyhands pendant de nombreuses années, l'assassinat de sa fille l'a cependant décidée à quitter l'île flottante pour être sur le terrain et pour traquer le responsable.
✧ Idéologie : (anti-couronne) s'est jurée de dissoudre la Couronne et ses coutumes visant à privilégier une élite incapable de vraiment diriger et de faire les bons choix.
✧ Guilde : (greyhand) c'est une histoire de famille. a su se distinguer et se démarquer de ses pairs grâce à sa persévérance et sa détermination. (ligue de l'aube) seul remède à la vengeance qui lui dévore les entrailles. de là, elle joue un double jeu.

end of silence (oberyn) Empty
MessageSujet: Re: end of silence (oberyn)   end of silence (oberyn) Empty14/01/20, 11:59 am

Tu le vois, cet éclat qui s’illimine dans ses orbes. Et pendant un instant, tu penses que ton discours a fait mouche. Qu’il a su percer sa caparace et l’atteindre là où tu l’espérais. Que le tour était joué et que, finalement, ça n’aurait pas été si compliqué que ça. Tendre naïveté. Cet éclat se transforme le temps d’un battement de cils en un regard sournois, ajouté à ça ce petit rictus qui se veut mesquin, piquant. Il clame haut et fort que tes relations avec Uriah ne l’intéressent pas. Bien. Forcément, il est obligé de glisser qu’il a d’autres soucis à régler. N’oublions pas que tout doit tourner autour d’Oberyn Merigold, car sinon ça ne l’intéresse pas. Il y a des qualités, Oberyn. Mais sa suffisance et sa haute opinion de lui-même n’en font malheureusement pas partis, et pire, ont tendance à te faire grincer des dents et arborer un regard assombri par un soupçon de colère que tu finis, cependament, par maitriser rapidement. Tu n’aimes pas ce genre d’attitude. Cet élan de supériorité qu’il est obligé d’afficher devant le monde entier. Surement dû à sa blessure et à la diminuation de ses capacités. Ce qu’il a perdu d’un côté il a bien fallu qu’il le compense ailleurs. Dommage que ça soit dans un égo se voulant démeusuré.

Enfin bref, tu décides de passer l’éponge et de ne pas rétorquer, ne voulant vous lancer sur un terrain épineux qui se terminerait en dispute. Si tu souhaites mener ta mission à bien, il faut que tu restes dans les petits papiers d’Oberyn et qu’il te voit comme une alliée. Visiblement la flatterie a ses limites et s’il est intérieurement touché par tes paroles, il n’en laisse néanmoins rien paraitre et pire, préfère camper sur ses positions et se glisser sur le versant de la paranoïa. Qu’importe ce que tu lui dis, il te renvoit toutes tes belles paroles à la figure. Toi qui pensais que ça pourrait être facile de le convaincre… Et bien force est de constater que tu avais parlé trop vite. Il va te falloir user de bien de patience avec lui, et savoir se montrer agréable. Chose qui parait de plus en plus compliqué face à la verbe qu’il te crache à la figure. Parce que t’as des limites, Eter. Que tu veux bien te permettre quelques courbettes si ça peut aller dans ton intérêt, mais que tu n’iras pas jusqu’à te prostituer non plus. Il rejette le déclin de la Guilde sur ceux qui ont accepté de nommer Uriah à la tête de cette dernière, soit, au final, c’est tous les Greyhands, lui exclu. Et ça commence sérieusement à te fatiguer, ce petit manège. Si tu te veux patiente et dévouée, tu frôles peu à peu tes limites.

Il s’approche de toi, pour mieux te cracher tes erreurs à la figure. Tu gardes le buste droit et le regard flamboyant, accusant les coups sans broncher. Qu’il pense ce qu’il veuille de la situation, en soit tu n’en es pas la seule responsable. La fureur qui brule dans le regard d’Oberyn est palpable, preuve que ce sujet le touche. Faut croire que la frustration s’est accentuée avec les années et qu’à présent qu’il a l’occasion de tout déverser, il ne s’en cache plus. Il vide son sac, puis, une fois fait, va s’assoir à une table non loin de toi. Tu pivotes dans sa direction, rétorquant, « J’ai mes torts, en effet. Et nous en avons tous, car nous sommes loin d’être parfaits. Tu préfères ne pas rebondir sur l’insinuation que tu as préféré fuir la Guilde, car il sait pertinement que ce n’est pas le cas. Que tes raisons étaient autres. Uriah n’était pas le candidat parfait, mais il était le seul viable. À la seconde même où tu t’es blessé, tu as tiré un trait sur ta candidature. Car entre un estropié et un Tel’Domiel, il n’y avait même pas d’hésitation à avoir. » Le silence qui tombe. Non, en effet, vous ne vous êtes pas battus pour Oberyn. Mais même si vous l’auriez fait, à quoi cela aurait-il servi ? À rien. Strictement rien. Car Oberyn était catalogué comme hors d’usage. Comme potentiellement bon pour la casse et la retraite forcée. À ce moment personne ne pouvait dire s’il se releverait de ce désastre, et personne, du coup, ne pouvait se permettre de parier sur lui. Pas quand il avait face à lui un Uriah charismatique et en pleine possession de toutes ses capacités. « Ce qui importe ce n’est pas ce qu’il s’est passé, mais ce qu’il peut, à présent, arriver. Une pause, le temps qu’il accuse le coup. Les rôles ne sont pas figés dans le marbre, et tout peut encore basculer. Mais encore faut-il s’en donner les moyens. Ce n’est pas parce qu’Uriah est à la tête de la Guilde qu’il le restera jusqu’à la fin de ses jours. Tout comme si la Guilde est en déclin, elle n’est pas forcément perdue pour autant. Rien n’est définitif, et si vous vous en donnez les moyens, vous pouvez encore tout faire basculer, Ma requête est simple : est-ce que tu veux rester éternellement dans l’ombre d’Uriah à te morfondre, ou est-ce que tu es prêt à m’épauler et à prendre des risques pour faire changer les choses et redorer le blason des Greyhands ? » T’en as assez de tourner autour du pot et tu préfères aller droit au but.     

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


end of silence (oberyn) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
end of silence (oberyn)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Opal Crown :: Académie Greyhands-
Sauter vers: