AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Bottins  Annexes  Animations  Flood  
Membres à l'honneur
Félicitations à Orion et Sjael !

Fermeture du forum
nous vous remercions pour cette
incroyable aventure
Ils sont attendus

Le Deal du moment : -15%
Cahier de jeux pour les 3 – 5 ans : éveil ...
Voir le deal
5.95 €

Partagez
 

 Liaisons fleuries au clair de lune

Aller en bas 
AuteurMessage

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

Liaisons fleuries au clair de lune Empty

Liaisons fleuries au clair de lune
 
Les rues glauques et mal pavées du Cercle des Peuples rendaient minable la première impression de la Capitale par ses visiteurs. La pluie faisait glisser des défections d’animaux et de pots de chambre jetés jusqu’en bas des. Entre les ghettos, bidonvilles et coupes gorges, tout poussait à la fuite ici.
Pourtant, c’est bien par là que se dirigeait Oberyn Merigold, cherchant l’ombre des bougies éteintes. Tel un spectre dans la nuit, il frôlait les murs, s’arrêtait aux angles de rue pour ne pas être repéré, marchant sur les débits, poussant les ivrognes et toisant les mendiants. Les pauvres âmes perdues qui osaient s’adresser à lui se voyaient repoussés avec force, voir éjectés s’ils ne comprenaient pas la première fois.

Pendant quelques instants, il sembla examiner les alentours puis s'éloigna à pas légers et rapides, sa longue cape bruissant au-dessus des rats, la tête enveloppée dans un capuchon. Au bout d’un quart d’heure apparu enfin la vue tant attendue, se dessinant peu à peu au loin. Unique quartier suffisamment riche pour pouvoir être éclairé par des bougies toute la nuit, le quartier des plaisirs était, en soit, un véritable soulagement charnel rien qu’à sa vue. L’atteindre, un orgasme libérateur d’un parcours trop long au travers de la pauvreté d’Eredhel.

Personne ne regardait et ne s’intéressait à personne d’autre que sa proie actuelle. A chaque recoin, on pouvait apercevoir un couple d’hommes, de femmes, de satyres, d’elfes… bref, des damoiselles et damoiseaux venus ici pour se délecter des plaisirs du corps de quelqu’un d’autre, pour une nuit.
Fortement gardé par des hommes de main rêvassant à eux aussi profiter d’une des Belles de nuit, le bordel des Floraisons Nocturnes rayonnait dans la nuit. Chaque fenêtre était ornée de bannières, de fleurs et de belles boiseries rendant son architecture unique.

La démarche bancale accompagnée d’un pas assuré, Oberyn se fit arrêter sèchement par un des Gardiens. Se prenant violemment la main du bourrin ancré devant l’entrée, Oberyn dû redoubler d’effort pour ne pas s’énerver et provoquer un scandale. Malheureusement, il avait l’habitude de ce genre de réaction, les uns le prenant pour un mendiant, les autres pour un rôdeur.
Non, calmement et sournoisement, il afficha un large rictus tel un serpent voyant sa proie. La journée avait été longue, et cette balade horrible dans les bas-quartiers de la ville à se cacher avaient été suffisamment éprouvants pour ne pas se faire rejeter d’un bordel.

« — Il ne faut se permettre d’excès qu’avec les gens qu’on veut quitter bientôt, messieurs » lança-t-il sous les yeux ébahis des Gardiens ne comprenant pas véritablement le message dissimulé.
Il devait rentrer vite. Car ce qu’il redoutait le plus était d’être démasqué, aperçu par un apprenti, autre formateur ou même soldat. Premier formateur de Fell’Gost et second de la Guilde des Greyhands, il était effectivement peu recommandé de se promener dans un tel quartier la nuit venue, surtout lorsque l’on était amené à encadrer des enfants de treize ans.
Sa jambe commençait à le brûler, et agacé, il saisit le bras du Gardien, la main toujours levée devant lui, la paume sur le torse. Serrant ses doigts tels des serres d’oiseau, il tourna le poignet lentement tandis que de l’autre main, il ouvrit sa cape pour laisser entre-paraitre sa bourse largement bien remplie. Les deux hommes se regardèrent, l’un acquiesça, puis ils se poussèrent.

La porte se ferma derrière lui, laissant entrer un courant d’air frais bien agréable dans cette ambiance trop chaude lorsque l’on est perdu dans autant de tissus. Mais ce fût un soulagement pour lui. La menace qui le pourchassait dehors était derrière la porte, solidement gardée.
Regardant la grande salle surplombée d'une mystérieuse galerie, il vit au loin des concubines au visage connu, ainsi que d’anciens amants au torse nu lui rappelant d’agréables souvenirs. Leurs muscles gonflés attiraient les regards, mais Oberyn, lui, pouvait se souvenir de leur odeur et lui rappelaient ses nuits bestiales. Les silhouettes féminines aux seins dessinés et aux cheveux lâchés lui donnaient des envies plus exquises mêlant douceur et salacité.

Il s’avança et s’arrêta, attendant que le destin choisisse sa prise du soir.

Spoiler:
 

Icons by GREENE-RPH, google et littlesati.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Daphné Myosotis
Daphné Myosotis

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 21/10/2019
✧ Orbes : 43
✧ Opales : 237
✧ Faceclaim : Phoebe Tonkin
✧ Crédits : ultraviolences (avatar) ; ASTRA (signature)
Everything is chaos.
✧ Peuple : Nymphe
✧ Profession : Belle de nuit
✧ Idéologie : Neutre. Elle se moque de la couronne et de ses détracteurs. Malgré tout, elle déteste l'armée pour avoir profané la mémoire de son père.
✧ Guilde : Guilde des Rossignols

Liaisons fleuries au clair de lune Empty


Les hommes croient ce qu'ils désirent
Quand le soleil déclinait, un autre monde s’animait. Quelque-part dans les bas-fonds, persistait un halo incandescent. Sanctuaire préservé de l’obscurité, les Floraisons Nocturnes se hissaient par-dessus les miasmes d’une société aux abois. Les loups se pressaient contre les portes, écrasés par leurs envies inassouvies. Mais les gardiens ne ployaient que s’ils l’entendaient, porteurs d’un devoir sacré : celui de préserver toutes ces fleurs salvatrices. Elles déployaient charme et énergie pour divertir et assouvir ces âmes en quête de plaisir. Celui que réprouvait la bienséance, qui se monnayait avec indécence. Leur vertu les avait maintenus déchues, sa perte en fit des êtres libérés. Car personne ne devenait belle de nuit contre son gré. Ces hommes et ces femmes venaient ici la conscience éveillée et le corps préparé.

Leurs raisons pour eux,
Leurs atours pour ces dames et messieurs.

Daphné ne songeait plus à ce qui était perdu. De blanc vêtue, la nymphe toisait ce monde devenu sien. Celui de la décadence, où s’entremêlaient luxure et immoralité, contrastant dès lors avec la pureté de ses drapés. Blasphème fait à l’amour et à l’innocence des jeunes mariées, l’étoffe dévoilait jambes et épaules à leurs yeux affamés. Le reste demeurait secret derrière un jeu de lacets, réservé aux plus hospitaliers. Son regard cherchait l’heureux élu au sein de cette joyeuse assemblée, rougie par le vin et le feu. L’endroit ne tarderait à ressembler au brasier des enfers, consumé par l’ivresse et la volupté. Personne ne semblait inquiété pour ses gestes osés, ou ses œillades allusives, car ici-bas aucune loi ou morale ne les régissait. Ils redevenaient anonymes sous l’œil complice des astres lunaires, troquant leur civisme contre leur plus simple appareil – l’humanité à l’état brut. Et Daphné apprit à côtoyer ces bêtes, flattant leur ego et subissant leur libido. Car de leur satisfaction, elle tirait sa commission.

Chacun semblait en proie à sa fantaisie au sein de cette bacchanale. Mais la nymphe ne s’arrêta sur tous ces visages connus, et déjà conquis. De ses pieds nus, elle arpentait la grande salle, gracile et frivole dès qu’un invité flattait sa beauté. Elle cherchait la rareté au sein de cet océan déliquescent, un homme surplombant ses congénères – juste un « homme ». De ceux qui cachaient un destin, une histoire. Car la petite se nourrissait des curiosités habitant ces innombrables contrés, désabusée par tant de « normalité » et de « primitivité ». Elle rêvait d’exotisme et d’héroïsme, regrettant une magie devenue fébrile, réservée aux plus érudits. Alors si elle pouvait au moins survoler tout cela par procuration, cette existence lui paraitrait moins sordide. Quand soudain, des murmures désignèrent un étranger encapuchonné, près de l’entrée. Quelqu’un finirait par accueillir l’égaré, malgré cette aura qu’il dégageait. Personnage énigmatique, il imposait méfiance et curiosité – soit un choix parfait. Dépassant ses semblables, Daphné se présenta allègre et enjôleuse au bras cet inconnu.

« — Il faut vous dévêtir messire,
Vous allez nous faire languir.
»

Elle désigna du menton l’assemblée avant de lui offrir un sourire entendu. Contrairement à d’autres créatures, la douce lui laissa l’embarra du choix. Elle avait sa fierté, malgré les bassesses lui incombant… Resserrant son étreinte, elle tenta d’éluder le mystère caché derrière ce seul menton visible. Puis combla de nouveau le silence.

« — D’autres vous le rendront,
Laissez-moi vous guider, si tel est votre souhait.
»

L’impatience trahissait sa réserve, il pressait son imaginaire. Malgré ses airs charnels, Daphné demeurait infantile. Son rouge à lèvre carmin ainsi que son décolleté tendancieux ne suffisaient à la transformer. Le naturel finissait toujours par la rattraper, en faisant une créature intrigante, égarée parmi les succubes… mais pas moins dénuée de sex-appeal.

Cède donc étranger,
Conte-moi tes épopées.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

Liaisons fleuries au clair de lune Empty

Liaisons fleuries au clair de lune
 
Tout n’était que désir aux Floraisons Nocturnes. Un brasier de sensualité alimenté par une odeur sexuelle indéniable. Cette ambiance bien connue des hommes aux besoins primaires ardents enivrait Oberyn. Il était là, tel un loup chassant l’agneaux. Il attendait sa proie frénétiquement. Cela commençait à être long, si long qu’une goutte de sueur glissa le long de ses cheveux pour finir sa route sur le dallage de la grande salle. Regardant ses pieds, il ne put retenir un soupir puis un gémissement à la vue de sa jambe meurtrie. Elle lui faisait terriblement mal. Déjà, il regrettait d’avoir oublié sa potion calmante chez lui, à Fell’Gost.
Le temps paraissait long, debout dans l’entrée. De là, il pouvait entendre des sons et murmure s’interroger sur sa présence. Les gens n’aimaient pas les inconnus. Pourtant, il ne l’était nullement. Il venait ici plusieurs fois par mois, voir parfois par semaines. Les courtisanes et courtisans, il les connaissait presque toutes et tous.

Pourtant ce fût une nouvelle créature qui apparu devant lui, se frayant un chemin entre les tables et divans de soi. Qui était cette étrangère ? Etais-ce bien une Belle de nuit ou une cliente n’ayant pas trouvé d’homme pour se divertir ? Quels étaient ses intentions ? Pourquoi n’avait-elle pas été annoncée par la patronne comme d’habitude ?
Ses longs cheveux glissant sur sa robe la faisaient ressembler à une mariée, probablement malheureuse pour trainer dans un tel endroit. Ses yeux doux le balayèrent, comme pour analyser le clandestin habillé qu’il était. La regarder se déhancher et s’approcher de lui le faisaient frémir. Il ne pouvait s’empêcher de l’admirer. Était-elle une nymphe ? Aucune idée. Rien ne la trahissait, si ce n’est sa beauté.

Ce fût finalement ses doux mots qui sortirent Oberyn de son rêve éveillé. Il devait se ressaisir. Rien n’était joué d’avance et, tel un lion tournant autour de sa proie, il aimait prendre son temps pour mieux dévorer sa prise. A l’invitation de la demoiselle, il retira donc son capuchon, puis sa cape qu’il donna à un serveur. Il était en effet hors de question de poser ses affaires n’importe où, aussi modestes soient elles.
Elle était jeune, trop jeune pour être concubine. Il regarda de nouveau la salle, puis la femme, comme pour chercher celui ou celle avec qui il allait partager les prochains instants. Pourtant, personne ne vint.
Elle se dandinait devant lui, ce qui ne tarda pas à l’énerver. Il aimait les femmes de caractère, pas les jeunes filles sorties des bras de leurs mères.

Toujours silencieux, il la prit par les hanches, la fit tourner et la regarda de bas en haut. Elle était pardonnée. Ce n’est qu’après ce long moment qu’il se décida finalement à esquisser un léger sourire à peine perceptible « — Je te suis ». Il remonta alors ses manches comme pour se mettre au travail, et se laissa guider.

Pourvu qu'elle soit douce, pensa-t-il.

Icons by GREENE-RPH, google et littlesati.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Daphné Myosotis
Daphné Myosotis

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 21/10/2019
✧ Orbes : 43
✧ Opales : 237
✧ Faceclaim : Phoebe Tonkin
✧ Crédits : ultraviolences (avatar) ; ASTRA (signature)
Everything is chaos.
✧ Peuple : Nymphe
✧ Profession : Belle de nuit
✧ Idéologie : Neutre. Elle se moque de la couronne et de ses détracteurs. Malgré tout, elle déteste l'armée pour avoir profané la mémoire de son père.
✧ Guilde : Guilde des Rossignols

Liaisons fleuries au clair de lune Empty


Les hommes croient ce qu'ils désirent
Elle sembla un instant l’importuner – ce que les hommes pouvaient être présomptueux. Ils jouaient les versatiles, oscillant entre idéal et suffisance. Pour lui, elle ne représentait qu’une option parmi tant d’autres. Il l’avait suivi du regard avant de réprouver sa conduite, comme le ferait un précepteur intraitable. Sans doute la pensait-il incapable de le satisfaire. Sa jeunesse la trahissait, mais ses formes restaient celles d’une véritable femme, il ne tarda guère à le remarquer.

La belle se laissa manipuler telle une vulgaire poupée, si cela pouvait apaiser ses relents autoritaires. Après tout, il serait bientôt maître de ses faits et gestes, à en juger par son expression satisfaite. Elle ne savait plus sur quel pied danser, s’interdisant dès lors toute excentricité. Certains clients ne respectaient aucune convenance, le dialogue leur importait, préférant exhiber leur bestialité. Quelque peu refroidie, elle tâcha néanmoins de faire bonne figure quand le verdict tomba. Dans un geste élégant, Daphné l’invita à la suivre dans les coulisses – là où les lumières se tarissaient. Au cours de leur progression, elle croisa au loin le regard grave d’Edelweiss. Elle ne le connaissait que trop bien et le prit alors comme un mauvais présage…

Ses iris roulèrent sur l’ombre de son congénère, et un élément frappa sa vigilance. Une étrange irrégularité caractérisait sa démarche, légèrement claudicante. Il traînait là un bien lourd fardeau, expliquant peut-être son tempérament irascible. Mais quelle histoire se cachait derrière un tel trauma ? Son imagination proactive envisageait déjà plusieurs hypothèses, toutes bientôt réduites à néant quand la porte recherchée se présenta… Charmeuse, la nymphe actionna la poignée et se poussa sur le côté dans une déférence absolue. Elle tenait sans doute un « gros poisson », un personnage éminent aux secrets bien gardés.

Alors elle devra ruser,
Comme on le lui avait enseigné.

Effleurant son épaule d’une main délicate, elle l’invita à prendre place et lui proposa même de quoi éveiller sa future ivresse. De dos, elle remplit une coupe tout en vantant leur nouveau cru – puis dans un geste à peine dissimulé, Daphné agrémenta le breuvage d’une étrange gélule. La belle omit volontairement une pleine discrétion, guettant dès lors sa réaction. L’homme ne pouvait l’avoir ignoré, lui qui semblait si averti. Se retournant enfin, elle lui tendit le fameux récipient dans un rictus enjôleur. Le revers d’un tel acte ne l’effrayait nullement, il ne se permettrait de la malmener plus que nécessaire. Puis, elle saurait comment atténuer son courroux le moment venu.

Alors étranger,
Vas-tu boire ou céder à tes préjugés ?

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

Liaisons fleuries au clair de lune Empty

Liaisons fleuries au clair de lune
 
Elle était gracieuse. Les formes de son corps ondulaient devant le Greyhands qui sembla soulagé lorsqu’elle lui indiqua le chemin. Sa main redescendit calmement, comme si elle était posée sur un nuage moelleux, ses doigts fins, suspendus dans l’air. Tout n’était qu’apesanteur et gravité.
Puis, elle se mis en marche d’un pas léger vers le fond de la pièce. Autour d’eux, des belles de nuit, certaines à l’œuvre, d’autre attendant leur conquête. Tout semblait fluide, chacun savait où il était attendu et où était à sa place, le tout orchestré par la mère maquerelle qui ne tarda pas à apparaitre devant le couple d’une nuit. Ils reprirent leur route, lui d’un pas lent et bancal, elle, bien plus léger.  

Oberyn se retrouva très rapidement, et sans trop savoir comment, dans une autre pièce bien plus sombre. Aucun lustre n’éclairait l’endroit, seulement de petites bougies sur le point de s’éteindre. Juste suffisamment de lumière pour laisser entrevoir l’ombre de la jeune fille se déhancher sur le mur, éveillant les papilles du mage.
Après un instant, il reconnu la chambre typique des Floraisons Nocturnes, uniquement habitée par une coiffeuse sur laquelle était posé une cruche de vin ainsi qu’un peigne, un lit à baldaquin et un grand placard, servant généralement à ranger des objets destinés à assouvir les désirs les plus fous.
Mais ce fût sur une banquette que la séduisante femme au nom inconnu l’assit. Sa peau était douce, et bien que seule sa main ne soit posée sur son épaule, Oberyn pu sentir son odeur et se laisser enivrer. Un frisson le parcouru, signe qu’elle était bien la fille dont il voulait partager la couche ce soir. La poitrine devant lui, elle se retourna d’un coup sec et se dirigea vers la coiffeuse. Là elle vanta les mérites d’un grand cru, probablement l’un des vignobles Ed'Melyn. Le bordel avait de l’argent, et vu les tarifs pratiqués, c’était le moins que l’on puisse offrir à un client de son rang.

Tout était idéal. Mais la jeune fille avala quelque chose sans discrétion qui intrigua Oberyn et le sorti de son allégresse sexuelle. Qu’avait-elle avalé ? Etais-ce un poison ? Qui pouvait lui vouloir du mal ? Dans un mouvement de recul, il se leva et se heurta au grand lit de bois massif. Son cœur battait. Et si son parfum lui-même était empoisonné ? Cherchait-elle à le droguer ?
Sur sa garde et prudent, il préféra adopter une posture plus défensive qu’offensive. Elle semblait fragile, et son regard malicieux trahissait une mauvaise blague, probablement destinée à le séduire maladroitement. Ou étais-ce calculé ?  

Il regarda le verre de cristal qu’elle tendait. Nul tremblement n’agitait le vin. Elle savait ce qu’elle faisait, lui non. Aussi préféra-il ne pas apposer ses lèvres sur la coupe. D’habitude les filles de joie le jetaient sur le lit, le déshabillaient et le laissaient repartir après. Celle-ci était différente, bien différente.
Il la regarda d’un œil perçant, puis retourna s’asseoir sur la banquette de velours rouge sang. Tout appelait à la sensualité, au désir, à l’ivresse ; et au sang, à la souffrance. Peu à peu, le Greyhands se tendit, peu rassuré par ce qu’il avait vu. Prêt à tout, et surtout à la projeter contre le mur par magie, il tenta tout de même de se calmer : elle ne tarderait pas à se rendre compte qu’il était sorti de ses rêves.

« — Ton visage ne m’est pas familier ici. dit-il d’un ton calme. Il marqua une pause et la regarda d’un air presque hautain. Soit le destin a eu raison de tes rêves enfantins, soit les lunes se sont jouées de ton destin. » Désagréable. Sec. Piquant. Comme à son habitude. Il devait savoir qui était sa muse, sans attirer l’attention. Faisant mine de ne pas s’être rendu compte de son subterfuge, il écarta les jambes, comme la gueule d’un loup prête à se refermer au moindre geste inhabituel. Il posa son verre, la libido coupée : ce n’était finalement pas ce soir qu’il se sentirait de nouveau homme.

Spoiler:
 

Icons by GREENE-RPH, google et littlesati.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Daphné Myosotis
Daphné Myosotis

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 21/10/2019
✧ Orbes : 43
✧ Opales : 237
✧ Faceclaim : Phoebe Tonkin
✧ Crédits : ultraviolences (avatar) ; ASTRA (signature)
Everything is chaos.
✧ Peuple : Nymphe
✧ Profession : Belle de nuit
✧ Idéologie : Neutre. Elle se moque de la couronne et de ses détracteurs. Malgré tout, elle déteste l'armée pour avoir profané la mémoire de son père.
✧ Guilde : Guilde des Rossignols

Liaisons fleuries au clair de lune Empty


Les hommes croient ce qu'ils désirent
Il mordit à l’hameçon, sans le moindre esclandre. La coupe reposait sagement non loin, boudée par le principal intéressé. Malgré ses grands airs, il ressemblait en ce moment à un enfant contrarié. Cette vision l’amusait beaucoup, bien qu’elle n’en laissât rien paraître. Prenant place à ses côtés, la nymphe écouta ses élucubrations sans ciller. Elle ne perdrait certainement pas la face, pas encore. Un sourire taquin ornait même ses lippes vermeilles.

« — Je suis arrivée il y a deux ans.
Encore trop peu pour se faire une réputation parmi toutes ces orchidées, j’en conviens. Mais ne vous méprenez guère, j’ai scellé moi-même mon destin en m’aventurant ici-bas. Nous avons tous nos raisons, pas vrai ?
»

Un homme aussi fier ne devrait profiter de ces plaisirs dispendieux. D’ordinaire franche, Daphné retenait le fond de sa pensée en l’imaginant bien torturé. Suffisamment pour oser aborder cet air supérieur dans un endroit aussi licencieux. Un véritable « mâle » chassait par lui-même, d’où cet air malicieux étirant ses traits. Au fond, elle se moquait royalement de tous ces dépravés.

« — Vous ne buvez pas ?
C’est bien dommage, cela vous aurait grandement soulagé
. »

Sans lui demander son avis, ses doigts frôlèrent sa cuisse afin de s’emparer du verre précédemment offert. Elle lui montrerait ainsi que ses soupçons étaient infondés. Après une première gorgée, elle humecta ses lèvres dans un ravissement absolu. Puis, elle posa de nouveau ses yeux sur sa personne.

« — Je suis peut-être jeune et sotte, car je sais que c’est ce que vous pensez, mais je n’en reste pas moins mesurée. En réalité, je n’ai pas osé vous proposer ceci [elle dévoila une autre gélule à sa vue], pensant offenser votre fierté. C’est un remède à base de plantes, et non du poison. »

Pour appuyer son explication, son regard dévia sur sa jambe mutilée. Seul un aveugle aurait pu omettre ce détail.

« — J’imagine avoir l’air présomptueuse désormais, et je m’en excuse.
Je pensais bien faire en agissant de la sorte.
Mais je comprends tout à fait vos réticences et ne m’offusquerais guère si vous décidiez de partir. Bien que cette issue m’attristerait, soyez-en assuré.
»

La môme se cala sur le côté, venant apposer sa tête contre le dossier. Elle l’observait ainsi cogiter, s’attendant à un nouvel excès d’amour-propre. Néanmoins, son regard le suppliait de reconsidérer cette option. Malgré son tempérament insipide, elle désirait sonder ce personnage équivoque. Et si pour cela, elle devait marquer son corps et subir ses assauts, alors elle le ferait.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

Liaisons fleuries au clair de lune Empty

Liaisons fleuries au clair de lune
 
Elle était là, la chasseresse. C’est tout du moins ce qu’Oberyn pensait d’elle à l’instant même où elle s’était assise à ses côtés. A présent complètement fermé à ses tentatives d’assauts séducteurs, il ne pu s’empêcher de se décaler, comme pour lui laisser de la place, mais surtout, pour marquer une distance. Son sourire et son calme prouvait qu’elle n’était pas perturbée, ce qui énerva le Greyhand.

Sa réponse mielleuse ne lui plu pas plus. C’était le genre de phrase politique, voulant tout dire et son contraire. Il était bien difficile d’en comprendre le sens caché, mais Oberyn douta très vite de sa sincérité. En d’autre temps, il aurait pu se laisser enflammer par son agacement face à la situation, pourtant il s’efforçait de garder son sang-froid. La brutaliser pour obtenir une réponse plus appropriée n’aurait pas servi à grand-chose non plus : des gardiens pouvaient surgir à tout moment, et il risquait d’attirer l’attention alors même qu’il voulait demeurer discret.
Non, deux seules solutions s’offraient à lui. Poursuivre cette joute verbale ennuyeuse pour quelqu’un voulant initialement se délecter d’une nuit folle avec une belle de nuit ; ou partir.

« — Penses-tu réellement avoir choisi ce destin ? Penses-tu réellement être maîtresse de ta raison ? » Une jeune fille naïve, voilà tout ce qu’elle était. Une petite prétentieuse, croyant que sa beauté et ses cuisses lui donnaient le pouvoir de de changer le fil que les lunes lui avaient été tissé. D’ailleurs, sa considération des Floraisons Nocturnes, « ici-bas » trahissait son manque d’honnêteté.

Il senti la main de la belle glisser contre sa jambe atrophiée. Telle une vipère, elle se promenait, serpentait le long de son pantalon de tissu très haut de gamme. Son statut nécessitait les plus beaux vêtements, à la fois en tant que premier formateur, mais aussi que second du chef de la Guilde. Il était amené à rencontrer les grands de ce monde, et malgré l’uniforme simple et modeste qu’il portait ; il se devait d’être de noble manufacture.
Elle buvait dans son verre, comme pour lui indiquer qu’aucun poison n’avait tari le cépage. Mais il n’y croyait pas. Et si la gélule était un anti venin ? Tout cela commençait à l’ennuyer. Il perdait son temps. Aussi pensait-il choisir la deuxième option précédemment imaginée : partir.

Calmement, il repoussa la main qu’elle avait laissé sur sa cuisse et celle lui tendant le verre de cristal. « — Tu m’as coupé toute soif. Toute envie. Je ne te désire pas. » Il la regarda. Son visage avait changé, autrefois séducteur, devenu fragile. Ses yeux de biche le fixant.
Pour qui se prenait-elle ? Comment pouvait-elle oser lui faire remarquer sa mutilation ? Elle était finalement comme tous les autres, emplie de compassion minable, faible de sa pitié. Cette idée écœura encore plus Oberyn. Les autres filles lui sautaient habituellement dessus. Elles arrachaient ses vêtements puis découvraient sa rune tatouée dans le dos. Alors, elles s’attachaient à faire de sa nuit une des meilleures, et avec le plus grand soin. Celle-là, ne le faisait pas. Trop bavarde se dit-il.

« — Tu es bien téméraire, belle de nuit. Isolante. Tu n’es pas là pour penser. Malgré tous ses efforts pour ne pas se courroucer, la supposition de la jeune fille avait fini par avoir raison de lui. Il bondit vers elle, la tête tendue, si proche de son visage qu’elle pouvait sûrement voir ses veines bouillir. Sa jugulaire était pleine de sang brûlant. Que crois-tu savoir de mes réticences ? hurla-t-il. Il n’y a aucune issue à cela. Tu as perdu ta nuit petite sotte. » Il se releva et regarda la pièce. Elle était là, la tête posée contre le mur, un air presque ricanant.

D’un pas lent, il se dirigea vers la coiffeuse sur laquelle était posée la carafe de vin. Quel gâchis.

Icons by GREENE-RPH, google et littlesati.
the opal crown - our stories are not yet legends


Dernière édition par Oberyn Merigold le 27/11/19, 07:29 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Daphné Myosotis
Daphné Myosotis

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 21/10/2019
✧ Orbes : 43
✧ Opales : 237
✧ Faceclaim : Phoebe Tonkin
✧ Crédits : ultraviolences (avatar) ; ASTRA (signature)
Everything is chaos.
✧ Peuple : Nymphe
✧ Profession : Belle de nuit
✧ Idéologie : Neutre. Elle se moque de la couronne et de ses détracteurs. Malgré tout, elle déteste l'armée pour avoir profané la mémoire de son père.
✧ Guilde : Guilde des Rossignols

Liaisons fleuries au clair de lune Empty


Les hommes croient ce qu'ils désirent
« — Tu m’as coupé toute soif. Toute envie. Je ne te désire pas. »

Des mots presque tragiques qui pourtant, ne lui arrachèrent aucun émoi. Daphné n’était pas du genre à se démonter, surtout pour un client. Contrairement à ses aînés, elle cherchait toujours son intérêt – et pas seulement sur le plan financier. Même si cet homme présentait des attributs délectables, son attitude ainsi que ses manières en faisaient un prince pourri gâté. Malgré son statut, la nymphe refusait d’arracher quiconque à ses vêtements et de le traiter comme un pacha. Elle trouvait déjà tous ces hommes diminués, à quémander des prestations faciles pour assouvir leurs lubies. Et celui-là rejoignait hélas le commun des mortels, refusant le labeur qu’était le sien. Roulant des yeux une fois qu’il eut le dos tourné. Il prenait cela pour de la pitié, elle le voyait comme un moyen de reprendre sa place. Celle d’un homme maître de ses désirs.

Elle aurait pu se contenter d’un refus. Mais ses mots commencèrent à trouver écho auprès de sa fierté. Objet de désir peut-être, mais pas moins pensant pour autant. Un soupire las franchit ses lèvres tandis qu’elle se levait à son tour. Monsieur avait grand besoin qu’on lui rappelle sa pitoyable situation – si ce n’est que celle d’un homme ayant perdu son instinct et sa combativité. Des nuits, elle en aurait d’autres. S’il croyait la voir ployer sous ses sermons, se mettre à nu pour attirer son attention… D’autres fleurs répondront à ses attentes, plus raisonnables et dociles. De celles qui préféraient la rente à leur suffisance. Ignorant cet être fuyant, Daphné s’installa au bord du matelas, prenant appui sur ses bras et balançant ses jambes gaiement.

« — Ne me blâmez pas pour un mauvais choix, messire.
La jeunesse n’est pas encore maitresse de ses fantaisies. Ce sont de ses bras et pensées que les révolutions surviennent. Je pensais, car oui je détiens cette faculté, qu’un homme de votre envergure apprécierait de retrouver un tant soit peu de son éclat. Je vous vois d’ici accuser mon insolence, mais ce n’est que pure vérité. Vous ne devriez pas attendre d’autrui, il vous faut prendre. Car je ne compte pas implorer votre clémence.
»

La nymphe venait sans doute d’invoquer son courroux, et peut-être bien d’entailler cette fierté si chère à son cœur de mâle dévoyé. Hypothèse difficile à prouver dans la mesure où son expression lui échappait. Le revers de son audace lui reviendrait sûrement au coin du visage. Mais en ces lieux, l’animal ne pouvait se permettre un scandale. Seule Edelweiss détenait le droit de punir ses excès. Cela dit, cet homme ne se refuserait un petit écart, dicté par l’impulsion et l’orgueil. Pourtant, c’est un air de défi que Daphné lui adressait, galvanisée par l’adrénaline et l’inconscience. Elle regretterait plus tard ces paroles crues ainsi que son petit ton suffisant.


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Dernière édition par Daphné Myosotis le 02/01/20, 07:09 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

Liaisons fleuries au clair de lune Empty

Liaisons fleuries au clair de lune
 
Rien n’y faisait, elle ne lâchait rien. C’est probablement ce trait de caractère qui continuait de retenir Oberyn, lui qui aimait obtenir de la résistance. Il n’escaladait pas les murs, il les traversait. Il ne surmisait pas les obstacles, il les brisait. Ainsi, les gens ayant l’audace ou la folie de lui répondre lui donnaient l’occasion de prouver qu’il valait mieux qu’eux. Bien qu’étant dur, violent et impitoyable, il ne s’excusait jamais. Peut-être était-ce là de l’orgueil mal placé, surtout dans la situation actuelle… Quoi qu’il en soit, son objectif initial avait été détourné de la route qu’il avait imaginé tracer, et cela ne lui convenait pas.
Les jeunes filles des Floraisons Nocturnes n’étaient habituellement pas aussi persévérantes, elles ne prenaient pas autant de risques. Pourtant, elles le pouvaient : elles étaient bien gardées et les soldats écoutant aux portes veillaient à ce qu’aucun débordement ne vienne abimer leur beauté. Elles étaient les belles de nuit, des dames-poupées, des muses… Le gagne-pain d’Edelweiss Myosotis, la Matrone. Il avait eu peu d’occasion d’échanger avec elle, mais la connaissait de loin. Elle et ses « filles » n’étaient jamais loin des ennuis, et de la Cour. Il connaissait sa réputation et les rumeurs qui couraient sur ce bordel. Il fût cependant étonné du recrutement d’une fille comme celle qu’il voyait ce soir. C’était un parti-pris fort pour la mère-maqurelle, elle qui veillait habituellement à ce qu’aucune de ses prostituées ne se mette en danger inutilement.

Comme elle ne semblait pas vouloir abdiquer, Oberyn se retourna. C’était le calme après la tempête. Il était vide, comme épuisé par les événements. Pourtant c’était bien un instinct bestial qui parcourait son corps, hérissait ses poils et lui donnait l’envie de la mordre comme un gibier. Elle ne comptait pas implorer sa clémence. Eh bien ? fût la première de ses pensées. Des images lui traversaient l’esprit : les unes violentes, les autres salaces. S’il ne pouvait la brutaliser pour la faire taire, faire en sorte qu’elle comprenne sa place, et lui faire entendre qu’il était impétueux de jouer avec un homme de son statut, il pourrait sûrement lui faire regretter ses morts sur son propre terrain. Il se voyait déjà la pousser sur le lit, lui serrer la gorge en l’embrassant. Serrer les doigts jusqu’à l’épuisement, retourner son bras pour la faire souffrir en même temps que lui prenait du plaisir.
Le plan était ficelé. Merigold n’aimait pas les audacieux, surtout les audacieuses. La place que les femmes occupaient dans la société était déjà suffisamment importante pour qu’elles se permettent ce genre de comportements. Il devait la corriger, lui apprendre la vie. C’est sûrement cette pensée qui lui permit de retrouver son calme. Alors il s’avança. Elle était sur le coin du lit. Ses yeux semblaient inquiets à mesure qu’il avançait. Chaque pas résonnait sur le sol et faisait grincer le parquet. On aurait pu croire une scène d’exécution, où Oberyn était le bourreau et elle, la condamnée. Enfermée dans cette chambre avec un mage, elle était prisonnière de sa bêtise.

« — Tu ne mérite aucune clémence. Mais quelle sera ta sentence ? Il savait très bien quelle était le sort qu’il lui réservait, mais devait être subtil. Tout débordement pouvait alerter les Gardiens du bordel, et risquer de le mettre en mauvaise posture. Il la prit par le coup, sans serrer le poing, juste pour lui indiquer de se lever. Ses yeux vitreux trahissaient sa naïveté et son inquiétude. Elle était loin d’imaginer ce qui l’attendait. Je pourrais briser ce visage en mille morceaux sans que personne ne s’en rende compte. Il marqua une pause, laissant planer le suspense et l’angoisse. Pourtant, j’ai bien réfléchis et dans ma grande générosité, j’ai décidé de ne pas le faire. » Alors il la jeta violement contre le lit avec une force que seul un Greyhand pouvait imaginer. La magie rendait certains gestes bien plus forts que d’autres et bien que s’étant longuement entrainé, il lui était parfois difficile de se contrôler. De loin, il lui sembla même que sa tête avait heurté le bord en bois du lit. Elle n’en mourrait pas pour autant. Ce n’était même pas l’entrée en matière. Il allait falloir qu’elle reste forte car dehors le soleil n’était toujours pas levé. Il la regarda avec ses yeux de prédateur, la bouche entre-ouverte et le souffle lourd.

« — Prépare toi. » dit-il lentement, comme s’il s’adressait à un adversaire en garde.

Icons by GREENE-RPH, google et littlesati.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Daphné Myosotis
Daphné Myosotis

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 21/10/2019
✧ Orbes : 43
✧ Opales : 237
✧ Faceclaim : Phoebe Tonkin
✧ Crédits : ultraviolences (avatar) ; ASTRA (signature)
Everything is chaos.
✧ Peuple : Nymphe
✧ Profession : Belle de nuit
✧ Idéologie : Neutre. Elle se moque de la couronne et de ses détracteurs. Malgré tout, elle déteste l'armée pour avoir profané la mémoire de son père.
✧ Guilde : Guilde des Rossignols

Liaisons fleuries au clair de lune Empty


Les hommes croient ce qu'ils désirent
On le lui avait bien trop souvent répété – son effronterie la mènerait à sa perte. L’insolence au bout des lèvres, l’audace dans le creux de ses yeux, Daphné marchait sur des charbons ardents. Elle dansait même à ses dépens, galvanisée par son petit ton supérieur. Mais l’appréhension serra sa gorge au moment même ou ses doigts l’empoignèrent. La limite venait d’être franchie, la présence même des gardes ne semblait l’inquiéter. Il devinait peut-être que sa fierté l’empêcherait de pousser la chansonnette – et l’homme n’était pas loin de la vérité. Sous son emprise, la nymphe posa les pieds au sol, sans le quitter du regard. Elle l’écouta proférer des menaces alors que l’air commençait à manquer.

« — Pourtant, j’ai bien réfléchi et dans ma grande générosité,
J’ai décidé de ne pas le faire. »

Les réjouissances furent de courte durée. Aussitôt épargnée, il l’envoya valser contre le bois du lit. Le choc fut brutal, mais pas suffisamment pour lui ôter mouvements et paroles. Une fois les étoiles estompées, elle discerna de nouveau son agresseur, prêt à mener l’assaut. Du moins, ses mots le laissaient entendre. Des mèches brunes dissimulaient en partie son visage alors qu’un sourire étira ses lèvres. Ce prince impétueux cachait bien son jeu. Elle l’avait senti, cette force prodigieuse meurtrir son pauvre gabarie. Il devenait intéressant, bien que toujours méprisable.

« — Que monsieur est généreux.
Vous seriez surtout idiot d’appliquer vos menaces. Edelweiss sait que je me trouve entre vos mains. Même si mon comportement me vaudrait sûrement ses foudres, elle n’accepterait qu’un client, aussi important soit-il, malmène ses belles de nuit en toute impunité. Cela dit, je me réjouis de constater votre nouvel aplomb. Peut-être que vous parviendrez enfin à me faire taire.
»

Siffla-t-elle en relevant le menton, prête à entamer ce nouveau duel. Sans aucun doute, quelques souffrances et supplices l’attendaient au tournant. L’expression de son bourreau en disait long sur ses intentions. Il la briserait sans ménagement, la réduirait au silence d’une façon ou d’une autre, mais jamais la belle ne l’implorerait. Plus sage, elle repoussa ses cheveux et vint ôter les lacets de son décolleté. Les manches tombèrent l’instant d’après, dévoilant une nudité parfaite. Elle l’avait pris au mot, ne voyant aucune autre façon de répondre à cette dernière sommation. Nulle résignation n’affligeait ses traits, bien au contraire, elle s’impatientait.

« — Je suis prête messire.
Il me semble que c’est à votre tour.
»

Léger rictus en commissure, elle le toisait sans ciller. Pour une fois, elle entrait véritablement dans son rôle – provocatrice et sensuelle à la fois. Sans sa vilaine langue, il l’aurait sûrement trouvé à son goût. Mais il était trop tard pour tenter le change, elle avait elle-même provoqué sa déchéance.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

Liaisons fleuries au clair de lune Empty

Liaisons fleuries au clair de lune
 
Le moment était venu d’asséner le coup fatal. Allait-il être simple ou acharné ? Oberyn n’en avait aucune idée au moment précis, mais l’air narquois de la Belle de Nuit commençait à le lancer comme des maux de tête s’en allant et venant, brûlant ses neurones et enhardissant ses mots. Elle aimait se jouer de lui, mais craignait finalement son courroux : sa réaction de frayeur venait de la trahir et le Greyhand n’hésiterait pas à appuyer dessus pour continuer de la soumettre. Après tout, cela se comprenait. Son corps était son unique gagne-pain et tout fissure sur son visage de cristal pouvait la rendre indésirable… inemployable.
Il pouvait sentir ses émotions, ce cataclysme ne cessant de vaciller entre excitation, sensualité, peur et malice. C’est probablement ce qui lui donnait envie de continuer cette joute. Ce combat intellectuel et sexuel contre sa nature d’homme. Car cette nuit aurait pu être bien différente avec un autre mâle, ou dans d’autres circonstances. Mais rien n’y faisait, elle prenait un tournant tout à fait inattendu et semblait se complaire ainsi. Oui la nuit était mystérieuse, et Oberyn le savait, lui qui en était le rejeton même. Dehors, les lunes resplendissaient, annonçant encore de longues heures avant que le soleil ne prenne son envol. Les bougies, bien que faibles, avaient visiblement encore suffisamment de cire pour pouvoir observer leurs duel charnel quelques heures : leur dernier souffle serait peut-être annonciateur de la réjouissance sexuelle tant attendue…

Suspendu dans le temps, ils étaient figés. La muse était nue devant lui. Son corps cristallin était typique des nymphes et ses yeux ne cessaient d’appeler le Merigold : il voulait s’y plonger, comme dans une source d’eau chaude dans laquelle on détend ses muscles après un combat. D’ailleurs, sa bouche entrouverte et ses lèvres charnelles lui évoquaient la douceur de son lit d’enfant ; souvenir plutôt désagréable pour le Greyhand mais actuellement excitant.
Une fois de plus, elle venait de le transpercer d’un pic glacial. Pas par sa voix, ni même ses mots, mais bien par ce qu’ils sous entendaient. Comment un animal tel que lui pouvait rester immobile face à une telle provocation ? Il pensa arracher sa chemise en la saisissant par la cuisse, mais il y vit un signe de faiblesse. Courber l’échine n’était pas son style.
« — Honore la réputation de tes sœurs, Nymphe. Il se retourna. Discrètement, il décrocha sa ceinture et laissa la boucle pendre le long de sa cuisse. Elle pourrait probablement lui servir, soit à la punir soit à la faire jouir. Me penses tu vraiment égal à tes autres clients ? » Non, bien sûr que non il ne l’était pas. Rien que par prétention ou orgueil, cette idée était inimaginable. Il n’allait sûrement pas se baisser devant elle, pour désangler ses bottes, ou retirer son pantalon à cloche pied. La société toute entière était bâtie sur la domination des femmes : si les hommes avaient un pouvoir, c’était bien dans des endroits comme celui-là. « — Mérite ton salaire. » Conclue-t-il.

Icons by GREENE-RPH, google et littlesati.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Liaisons fleuries au clair de lune Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Liaisons fleuries au clair de lune
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]
» [UPTOBOX] L'éclair noir [DVDRiP]
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Opal Crown :: Arcan :: Aux Floraisons Nocturnes-
Sauter vers: