AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Bottins  Annexes  Animations  Flood  
Membres à l'honneur
Félicitations à Orion et Sjael !

Fermeture du forum
nous vous remercions pour cette
incroyable aventure
Ils sont attendus

-29%
Le deal à ne pas rater :
Maillot Nike NBA Swingman – Stephen Curry Warriors Icon Edition
64 € 90 €
Voir le deal

Partagez
 

 ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

flashback — il y'a un peu moins de trois ans. @Ikshän Banerjee


Tous les jours se ressemblaient et rien n’avait plus spécialement de gout pour celle qui jadis de tout s’emmerveillait. Elle avait été une autre, elle avait été différente, elle avait été heureuse, goutant a un bonheur que visiblement elle n’avait pas nécessairement le droit de toucher. Qu’importait les différences de race ? Qu’importaient les regards des autres, quand la conteuse qu’elle était touchait du bout des doigts le bonheur avec sa muse ? Les choses n’avaient pas durées, et de longues années de bonheur, d’errances partagées, avaient menés la conteuse à croire que le bonheur était tangible. Désormais elle n’était qu’une ombre. Deux années déja s’étaient écoulées, et plus un son lyrique n’était sorti de ses lèvres. Elle ne parlait même plus vraiment, sa voix déja rauque à la base, s’empatait, et elle ne faisait plus profiter les populations de son fabuleux organe et de son imagination débordante et débridée. Non, elle n’était qu’un fantome, une liche trainant sa carcasse entre le commerce de vetements luxueux de sa mère, et les quelques auberges qui composaient Eredhel. Elle ne sortait plus vraiment non plus, si ce n’était pour accompagner son père quand celui ci la forcait à quitter le lit pour une quelconque aventure qui ne la passionnait pas, ou son frère le plus jeune quand il voulait aller chasser. Lui, elle ne lui résistait pas vraiment.

Ce soir c’était lui d’ailleurs qui avait insisté pour qu’elle le rejoigne dans la taverne où il venait de trouver un apprentissage de serveur pour gagner quelques pièces le soir aprés les cours qu’il suivait avidement. Et pour lui elle avait fait l’effort d’être moins une loque, d’être un être vivant. C’était compliqué. Elle avait cette impression de gouffre immense en elle à chaque pas, à chaque mot qu’elle devait échanger. Et c’était comme si, tout son être s’était tu ce jour la.  Un conteur venait de s’installer sur une estrade improvisée,  et si jusqu’a présent elle avait essayé d’être vivante, entendre quelqu’un conter une histoire qu’elle avait elle même tant repetée, improvisée, ameliorée, des années plus tot, lui fit comme un grand coup au coeur. Nauseuse, elle ne tarda pas à se lever, bousculant quelques badauds au passage sans lever les yeux vers eux, et à toute allure elle se précipita vers la sortie de l’auberge, ne s’arretant que quand elle se retrouva loin du tumulte, ses yeux se fixant sur les étoiles qu’elle observa alors en silence. Elle avait besoin d’aide. Psychologiquement elle n’était plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


Les tavernes, ce sont des endroits qu’Ikshän ne s’est pas résolu à arrêter de fréquenter. Elles ont beau porter leurs lots de souvenirs et de conversations depuis longtemps révolues, de moments plus simples et plus joyeux, elles sont aussi la promesse de soirées passées sans excès de prises de tête. Puis il n’est pas un ascète. Il remercie l’Ordre du Lys Blanc pour lui avoir donné de nouveaux objectifs, de nouveaux horizons et de nouvelles habitudes, mais on ne peut pas entièrement se réécrire. Il aime le brouhaha des conversations, l’anonymat relatif des lumières tamisées et les chopes de bière bon marché. Il aime les jeux aussi. C’est sa quatrième partie de cartes de la soirée et il a déjà gagné quelques pièces d’argent : la chance est une compagne difficile et changeante mais, pour ce soir, il a ses faveurs. Il écoute d’une oreille distraite le conteur s’installer et débuter son histoire. Il est jeune et il commence par un conte connu, décor familier posé d’une voix grave qui n’ose pas encore bien s’approprier l’histoire. Ikshän ne peut pas s’empêcher de penser à une autre voix grave, bien plus vivante et débordante de confiance et de passion, tissant avec fantaisie sa propre toile, déviant du modèle initial tout en réussissant à en capter l’essence. Cela fait longtemps que la jeune conteuse au maquillage reconnaissable ne fait plus profiter les badauds de ses éclats de talent.

Comme une réponse à ses pensées distraites, c’est un tout autre éclat qui a lieu. Ses sourcils se froncent pensivement alors qu’il voit la femme fuir l’endroit, bousculant d’autres clients mécontents au passage. Il ne pense pas, Ikshän. Enfin, ça lui arrive, de temps à autre, il ne faut pas exagérer, mais pas à l’instant. Il récupère ses gains, s’excuse auprès de ses compagnons de soirées et laisse une pièce pour payer une tournée, puis il file sur les traces de la fuyarde. Il jure quand il manque de perdre sa trace dans le dédale des rues, mais finit par apercevoir sa silhouette immobile. Il s’arrête lui aussi. Il l’a suivi par instinct, par cette foutue impulsivité qui lui colle encore à la peau malgré des années à essayer de la garder cloisonnée. Mais elle a les yeux fixés sur les étoiles et il a aussi cette manie de chercher dans les cieux des réponses à des questions qu’il ignore. Ikshän avance, tranquillement, et s’arrête à côté d’elle, une petite distance entre eux pour ne pas trop s’imposer. Il contemple un instant les étoiles, vue familière qui le laisse toujours mélancolique. « Vous avez fait une sortie remarquée. » Il observe, d’un ton détaché, peu sûr de comment créer un premier contact. « D’un autre côté, vous avez toujours eu un don pour vous faire remarquer, même si c’était sur scène avant. » Il y a n bon bout de temps, plusieurs années écoulées depuis la dernière fois qu’il a eu l’occasion de l’entendre dérouler ses contes. « Tout va bien ? »


Dernière édition par Ikshän Banerjee le 13/09/19, 08:36 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

Les etoiles. Le reconfort qu’elle trouvait à y perdre son regard n’était plus le même depuis qu’elle, elle n’était plus la, mais Sjaël trouvait quand même quelque chose dans les astres lumineux. Eut-elle été elfe nocturne peut être ceci aurait trouvé une explication, mais qu’importait ces reflexions, elle appréciait de perdre son regard sur les constellations, dont jadis elle aimait conter toutes les histoires, dont jadis elle aimait percer les mystères. Appuyée contre une balustrade elle reprenait maintenant sa respiration, tentant de calmer la panique qui l’avait pris. Pourquoi ? Pourquoi était elle allée se soumettre a une telle chose ? Pourquoi avait elle risqué de se meler a autant de foule alors qu’elle n’était pas prête ? Deux ans n’avaient ils pas été suffisant ? Respire. La main serrée sur un petit pendentif en forme d’étoile, elle tentait de reprendre sa respiration, sans se soucier des mouvements qui pouvaient avoir lieu tout autour d’elle.

« Vous avez fait une sortie remarquée. » la voix s’adressa à elle, et elle fut tirée de sa reflexion, par un homme à la peau halée, à l’allure de ces gens du peuple qui ont tant derrière leurs yeux, qui ont tant de mystères à leurs histoires. Et si elle ne savait pas comment reagir tout d’abord, il reprit, il continua de parler et ce fut comme l’electrochoc d’être reconnue par quelqu’un, quelqu’un qu’elle avait peut être vu plusieurs fois dans son auditoire lorsqu’elle était encore entière. Quelqu’un qui savait et pouvait voir alors le débris d’humanité qu’elle etait désormais. Il semblait humain, il ne semblait pas juger et même si il semblait vouloir quelque chose d’elle, elle n’était pas sure que ce soit forcément négatif. « Vous savez qui je suis. » Ce n’était pas ce qu’elle voulait dire, mais la encore si elle était cette oratrice douée capable de transformer la crasse de quelques mots en des livres emplis d’or, elle avait ces difficulté avec les êtres vivants, avec les autres ?  Main toujours un peu serrée, elle essayait néanmoins de sourire. « Cette histoire était vue et revue, la diction du conteur était anarchique, et la bière servie avait le gout d’urine. » C’était faux, le conteur qui passait était banal, mais pas catastrophique, et l’auberge possédait de bons plats. Néanmoins, c’était une excuse comme une autre. Elle poussa un soupir. « Un petit coup de chaud. » C’était déja plus veridique. « Vous etes sortis vous assurer que j’aille bien ? » Et elle était trop choquée, et trop curieuse aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


Il se sent observé. Elle a toujours ce regard perçant de ceux habitués à chasser les histoires dans les lignes des visages qu’ils croisent, perspicace au-delà de son âge. Ikshän n’a pas de problème à la laisser voir. Que peut-elle bien deviner ? Sa peau marqué par ses origines comme par le soleil ne cache rien de ses origines et sa présence dans ce cercle laisse deviner qu’il a réussi à trouver un bon métier pour se permettre de se sortir des murs plus éloignés. « Vous savez qui je suis. » Ce n’est pas une question et il ne fait pas mine de répondre, si ce n’est par un hochement de tête entendu. La conteuse n’est peut-être pas une célébrité, mais elle a jouit d’un succès respectable, quand elle était encore une de celles à s’accaparer les auditoires captivés, accrochés à ses mots, pendus à ses prochaines syllabes. Il n’est peut-être pas aussi fin connaisseur des états d’âmes qu’elle, mais même lui peut voir que le sourire n’atteint pas ses yeux et qu’il sonne terriblement faux. C’est de mauvais goût, surtout quand il se rappelle aisément la facilité qu’elle avait de tout faire sonner si vrai. Ce n’est pas sa place de faire une remarque qui n’aiderait personne. « Cette histoire était vue et revue, la diction du conteur était anarchique, et la bière servie avait le gout d’urine. » Ikshän se permet un rire. « Je me dois de protester, au moins en ce qui concerne la bière. J’étais en train de boire ça, je vous signale. »

Pourtant ce n’est pas le fond du sujet et ils le savent tous les deux. Les mots échangés pour ne rien dire, Ikshän est un spécialiste après toutes ces années, mais ça ne correspond pas à la jeune femme. Pour quelqu’un qui aime enjoliver les histoires, elle ne fait tourne pas autour de celle-ci. « Un petit coup de chaud. Vous etes sortis vous assurer que j’aille bien ? » Il hoche la tête. « L’ambiance peut parfois être étouffante. » Il jette un autre coup d’oeil aux étoiles, lumière vive et fraîcheur nocturne. L’hypothèse d’une conteuse célèbre tombée trop soudainement amoureuse puis enceinte germe dans un coin de son esprit, mais il la laisse vite s’évanouir : il n’y a pas cette étincelle de joie, d’effervescence, de je ne sais quoi qu’il s’est toujours attendu à voir avec la germe d’une nouvelle vie. On n’est bien trop loin de ce qu’il connait lui : des fêtes longtemps préparées et des femmes regroupées à parler, à s’échanger des conseils et des recettes, des hommes anxieux, dehors, qui stoquent plus de bois que nécessaire et s’occupent de toutes ces réparations qu’ils ont toujours promis d’effectuer sans jamais trouver le temps avant. On est loin aussi de la hantise des quartiers pauvres, du désespoir de certaines femmes seules, sans le sous et devant un choix sans bonne option. Il finit par répondre à la question. « Je ne sais pas vraiment. En partie, je pense. » Il lui offre un sourire amusé par sa propre incertitude. Il ne prétend pas toujours comprendre ce qui le pousse à agir. « C’est rare de voir un visage familier après si longtemps, encore plus dans ses conditions. J’espérais que vous nous feriez profiter de vos histoires, mais ça n’a pas l’air d’être au programme. Je me trompe ? »


Dernière édition par Ikshän Banerjee le 13/09/19, 08:37 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

@Ikshän Banerjee

De haut en bas elle regarda l’homme et chercha les histoires qu’il pouvait cacher dans le creux de ses mains, ou derrière ses iris sombres. De haut en bas oui, et se fussent ils croisés quelques années plus tôt, aurait elle eut un bon mot, aurait elle eut une histoire sur le bout de la langue, offrant des mots que désormais elle ne savait plus donner, ou même formuler. Elle n’était qu’une ombre, et pourtant toute ombre fusse t’elle, elle pouvait se sentir reconue et observée par l’homme en face d’elle. Elle n’avait pas son nom, pour l’heure elle ne le désirait pas, chaque chose viendrait en son temps, et si elle n’avait aucune envie de se débarrasser de lui, elle savait que son attitude ces jours ci la débarrassait toute seule des personnes qui tentaient de l’entourer.  Elle le fit échapper un rire pourtant, et elle se joignit à la plaisanterie d’un sourire léger qui sans atteindre ses yeux manquait probablement de lueur, d’éclatant. « Vous m’en voyez désolée. » Elle ne l’était pas, c’était pour continuer cette fausse critique. La bière n’était pas si dégueulasse que ce qu’elle avait décrit. « Leurs boissons plus fortes sont cependant meilleures. » Et quelques fois elle s’y adonnait, puis dans des moments comme celui ci elle regrettait de n’avoir pas assez bu.

Cependant elle était sobre Sjaël, sobre et totalement apte à tenir une conversation avec l’homme qui semblait vouloir en savoir davantage. Alors elle lui offrit une espèce de vérité. La meritait il ? Elle n’en était pas sûre, mais la encore, elle avait fait fuir trop de mondes ces derniers temps pour savoir encore ce qu’elle devait faire pour tenir une conversation. Ce n’était pas tant qu’elle n’aimait pas les autres êtres vivants, non au contraire, c’était tout simplement qu’elle ne savait plus comment cohabiter avec ceux ci, quand elle n’arrivait pas vraiment à cohabiter avec elle. Il dégageait néanmoins une espèce de calme, une aura presque douce ? Pas spécialement sage, mais posée. « L’ambiance peut parfois être étouffante » Elle ne le savait que trop, et ses yeux se plisserent alors qu’elle hochait la tête. « C’est ce qu’il faut parfois pour vendre davantage d’alcool, aussi mauvais soit il. » Elle essayait encore de rebondir sur sa critique précédente, mais elle était semblable à une mélodie cassée, qui n’arrivait plus à rendre la beauté de ce qu’elle avait pu rendre jadis.

Il y’eut des mots supplémentaires, et tel un animal blessé elle se renfrogna dans une espèce de coquille, partagée entre l’envie de s’enfuir, et l’envie de prendre les choses à la légère comme l’ancienne Sjaël l’aurait fait.  « … » Mais rien, il n’y’avait que le vide qui sortait de ses lèvres, l’absence d’un son, et son regard qui se faisait perdu, ses yeux fixés sur l’homme et ses magnifiques boucles brunes, sans qu’elle ne puisse rajouter quelque chose. Elle secoua la tête, serra davantage le médaillon étoilé et elle tenta de se ressaissir.  « Je n’ai plus vraiment l’occasion de conter ces jours ci. Ou plus vraiment l’envie. » Et tentant un sourire qui ressemblait davantage a une grimace qu’a autre chose, elle désigna la taverne a quelques metres de la d’un mouvement de tête.  « Mais visiblement la relève a du mal à se faire. » Si seulement elle avait réussi à fausser ses sourires aussi bien qu’elle faussait quelques fois des histoires.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


Désolée, si la jeune femme l’est, Ikshän veut bien en manger son chapeau. C’est d’ailleurs un chapeau auquel il tient : du cuir lustré de qualité pour s’abriter de la pluie lorsqu’il doit conduire malgré les intempéries qui noie les rues et décourage les piétons. Pas de repos pour les braves. « Leurs boissons plus fortes sont cependant meilleures.  » Il incline la tête pour concéder le point. Sans être aussi horrible que ce qu’elle se plait à prétendre, la bière n’est pas la meilleure de la capitale, loin s’en faut, et les autres boissons sont d’une qualité supérieure. « Plus chères, aussi. Et moins indiquées pour ceux qui cherchent à garder les idées claires.  » Ikshän a un mauvais caractère au naturel, pas besoin d’en rajouter en jetant de l’alcool sur les flammes. Pourtant, il y a bien des soirs où il l’espère, cet oubli momentané que l’ivresse peut procurer, quand les étoiles se font trop brillantes et qu’il se surprend malgré lui à tracer du regard des constellations ancrées sur la peau d’un autre. Heureusement, ce n’est pas le cas aujourd’hui. Ce qu’il en est pour la conteuse, c’est une autre histoire, une qui ne lui appartient pas.

Elle relance une autre pique sur le sujet de plaisanterie. Ça sonne creux et Ikshän laisse passer avec un sourire poli. Il sent qu’elle essaie et, pour être honnête, il s’était attendu à se faire envoyer balader. C’est toujours mieux que l’alternative envisagée. De son côté, il ne se fait pas prier pour expliquer sa présence, honnêteté candide, presque provocante, qui lui colle à la peau. Parfois, les meilleures réponses sont les réponses les plus simples. Et c’est ce qu’il fait depuis sept années, désormais, se simplifier la vie. Alors quand seul le silence lui répond, Ikshän ne force pas. Distraitement, il sort une pièce de monnaie de sa poche, la faisant passer et repasser entre ses phalanges, simple tour de dextérité qui lui a bien servi lorsqu’il était plus jeune et habitude dont il a du mal à se défaire, à peine conscient qu’il est de ses gestes. L’éclat métallique est préférable à la lueur des astres. Il n’attend rien de particulier. Enfin, il dit vrai quand il mentionne espérer de nouveau la voir sur scène, vive, passionnée et passionnante. Il a toujours aimé les histoires. « Je n’ai plus vraiment l’occasion de conter ces jours ci. Ou plus vraiment l’envie.  » Il hoche la tête. Il peut comprendre vouloir changer de vive. Seulement, pour la jeune femme, ça semble être amer. « Mais visiblement la relève a du mal à se faire.  » Cette fois, Ikshän ne sourit pas. Le temps de l’humour est passé et il ne peut pas soutenir toutes ces tentatives ratées pour apporter un peu de légèreté à une discussion visiblement plus sérieuse qu’il ne pensait.

La pièce disparaît dans sa poche, en même temps que sa main. « C’est dur de voir quelqu’un faire ce qui ne nous est plus possible.  » Ikshän est distrait par les échos de son propre passé, par cette incompréhension qui le hante encore quant au choix de son vieil ami, celui de continuer comme si rien n’était arrivé. Et peut-être est-ce juste ça, juste un peu de ses problèmes projeté sur un visage encore à moitié anonyme, juste une pensée qui n’a rien à voir avec la réalité de la conteuse. Il se redresse avec un soupir et un nouveau sourire, plus petit que les précédents, mais plus sincère. « Et si je vous offrais un verre de cidre ?  » Il n’est pas sur le point d’inciter la jeunesse à noyer ses soucis dans l’alcool, loin de là, aussi le cidre lui semble un bon choix, mais libre à elle de refuser. « Mes collègues sont en train de jouer aux cartes et ils sont toujours plus bavards quand ils gagnent. A défaut de conter des histoires, vous pouvez en écouter et en ajouter à celles que vous connaissez déjà. »


Dernière édition par Ikshän Banerjee le 13/09/19, 08:39 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

@Ikshän Banerjee
Était elle désolée Sjaël ? Y avait il une once de sincérité dans ses excuses, qui n’étaient au fond que quelques bavardages rhétoriques. Non. Cela avait il une importance ? Non, pas réellement non plus. A vrai dire il n'y avait plus grand chose qui avait une importance pour elle en ce moment, et pourtant elle se sentait comme mue par une impulsion face à cet homme. Comme si le simple fait que quelqu’un soit sorti de l’auberge pour s'enquérir de ce qu’il pouvait lui arriver lui donnait envie d’essayer de tenir une conversation qui ressemblait a une conversation normale. Ou quelque chose comme ça. Elle esquissa un sourire maigre et un peu amer quand il commenta les boissons, et sans répondre verbalement, elle se contenta d’un hochement de tête. Ce n’était pas un sujet sur lequel elle voulait bavarder de longs moments, ça n’en avait pas spécialement l'intérêt. Et oui, certes, elle se plaisait quelques fois à se perdre dans l’alcool, mais elle essayait de ne pas le faire en public, ça ne regardait personne.

Ses plaisanteries sonnaient creux en tout cas, et si l’homme était poli pour ne pas le lui faire remarquer, elle serrait les dents devant une telle stupidité de sa part (à elle), elle était pathétique, elle ne l’avait jamais été avant. Oh bien sur elle avait été maladroite au possibile, mais ça avait toujours eu un coté charmant, non, désormais elle n’était que l’ombre d’une femme qu’elle n’était plus, et ne serait probablement plus jamais. Et puis finalement il y’eut la dernière dague, qu’elle meme planta dans son coeur. La relève ne se faisait plus. Etait- ce réellement une tentative de plaisanterie, ou bien une main qu’elle tendait à cet homme pour qu’il la saisisse au fond ? La conversation avait pris un nouveau tournant, et cette fois elle essayait de ne pas fuir. Elle essayait et captivée qu’elle était par la pièce qu’il faisait tourner entre ses doigts, elle ne remarqua pas vraiment que le sourire n’atteignait pas son visage, au fond, se concentrer sur ce simple objet, l’empechait de voir la pitié qui s’y trouverait peut être.

« C’est dur de voir quelqu’un faire ce qui ne nous est plus possible. » Il y’avait comme de la familliarité dans ce qu’il disait, et la part de conteuse en elle se reveilla. Elle voulait savoir ce qui dans le passé de cet homme le rendait ainsi. Maigre lien entre eux deux, etait-ce parce que cet homme avait une brisure lui aussi qu’elle ne le fuyait pas ? Les etoiles les avaient elles mis l’un et l’autre sur leur route pour une raison précise ? Elle plissa le regard, et elle hocha silencieusement la tête. C’était dur oui. Et elle ne pouvait au fond s’en prendre qu’à elle même.   « Et si je vous offrais un verre de cidre ? » Elle ne s’y était pas attendu, et ses yeux se fixerent finalement sur le visage de l’homme, cherchant déja une raison de s’excuser, de s’enfuir. En avait elle réellement envie ? Il assena une nouvelle proposition, des histoires à ecouter, une ambiance qui pourrait avoir quelque chose de familier, et à sa grande surprise, comme témoin des propres actions de son corps, elle hocha la tête.  « Je vous suis. » Et même si vraiment ça n’avait pas grand chose de necessaire, elle lui offrit la première pierre du batissement d’une relation amicale, ou peut être l’avait il déja fait lui en l’invitant a boire.  « Sjaël. » Mais elle se présentait, et même si il connaissait probablement son nom, elle ne connaissait pas le sien. Et avec leurs paroles ils n’étaient plus vraiment des inconnus n’est ce pas ? Ou du moins, ne le seraient ils plus à la fin de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


L’air est frais, contre-balance agréable de l’atmosphère étouffante de la taverne dans laquelle il a passé sa soirée jusque là. La conversation est aussi bien différente. Il est loin des potins de bas-quartiers et des paris sur des dés truqués, des accusations de tricheries et des plaisanteries d’un goût douteux. Mieux ou pas, il ne pourrait pas dire, Ikshän, habitué qu’il est à la compagnie de ses collègues et reconnaissant de la distraction qu’ils offrent. Ca l’empêche de se laisser aller au pessimisme qui le menace de temps à autre ; tout pour éviter de ressasser le passé. Et s’ils peuvent l’aider, lui, à se changer les idées, pourquoi ne pourraient-ils pas en faire de même pour la jeune femme ? Il ne voit pas quel mal essayer pourrait faire.  « Je vous suis. » Il hoche la tête avec un sourire. Il ne peut rien promettre, bien sur, mais il sait ce que c’est d’être au fond du trou. Il sait à quel point c’est facile de se laisser aller à penser que rien ne fera jamais une différence. L’inactivité, loin d’aider, ne fait qu’empirer le sentiment. Alors, oui, la faire s’ouvrir à un peu d’inconnu, à une nouvelle expérience, même si une si petite, c’est loin d’être insignifiant pour Ikshän.

« Sjaël. » Il connaît déjà le prénom, bien sûr, souvenir de ce temps révolu où elle amenait un peu de vie et de féérie aux soirées et où elle égayait la journée de ceux venus l’écouter. Aujourd’hui, il semble que c’est elle qui ait besoin de quelque chose pour lui remonter le moral. « Ikshän, enchanté. » Il sourit, insufflant un peu d’enthousiasme dans une discussion qui en manquait cruellement jusque là. « Allons y, alors. » Il la guide dans les ruelles de la capitale, traçant sans ennuis leur chemin jusqu’à la taverne qu’ils avaient quitté si soudainement. Le conteur est toujours occupé à réciter, cette fois des histoires moins connues et qui ont au moins le mérite de rendre le public curieux. « Si vous pouvez faire abstraction de la relève, je pense que ce sera pour le mieux. » Il retrouve ses camarades de soirée, leurs chopes bien entamées, les cartes distribuées et les mises placées, comme si rien n’avait changé depuis leur départ précipité. « Je vois que je vous ai manqué », il commente avec amusement, regard en coin à Sjaël pour lui faire part du mauvais traitement dont il est l’objet. « Terriblement. Heureusement que t’avais prévu une tournée générale, je sais pas comment on aurait noyé notre chagrin autrement. » Ikshän lève les yeux au ciel devant le ton impassible de son collègue. « Essayez de nous trouver une chaise de plus pour la dame. » Il coule un regard d’avertissement au petit groupe, histoire de s’assurer qu’aucun ne fasse l’idiot : pas de remarques graveleuses et pas de tentatives de vols. De toute façon, la plupart savent déjà bien qu’il n’a que peu de patience pour la dernière offense. Avec un nouveau signe de tête, il invite Sjaël à le suivre jusqu’au comptoir. « Une chope de brune pour moi et ce qui fera plaisir à madame. » Son sourire montre bien qu’il n’a rien oublié de leur discussion passée sur la qualité de la bière, mais Ikshän ne roule pas sur l’or et trouve la boisson plus que décente pour le prix auquel elle est offerte. A Sjaël de faire son choix et de voir si la soirée peut l’aider à laisser ses problèmes de côté pour un instant...
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

@Ikshän Banerjee
Être revenue à Eredhel se montrerait elle la meilleure résolution qu’elle avait pu prendre ? Ou peut être était-ce sa venue dans cette auberge ? Sa fuite insensée et pathétique ? Ou simplement le fait d’avoir accepté de parler à un homme qui ne semblait pas lui vouloir de mal ? Peut être allait elle finir égorgée au milieu d’une ruelle déserte, elle n’en savait rien au fond, et si elle avait envie de lui faire confiance, elle n’oubliait pas que le monde était dangereux. Elle s’en fichait. Mourir ne serait que la fin d’un cycle qui n’avait plus vraiment rien d’enviable pour elle. Ça ne serait pas le cas ce soir, était-ce malheureux ? C’était ainsi, tout simplement. La présentation était faite, et elle apprécia le nom qui lui fut offert. Ikshän. La sonorité lui plu, et elle le grava dans un coin de sa tête, avant de lui emboiter le pas dans une route sans encombre jusqu’a cette auberge que si précipitament elle avait quittée. Une boule inquiète se tissait en son sein, alors qu’Ikshän poussait la porte, et bercée par la voix du conteur qui visait juste sans que ça ne soit transcendant, elle serra le poing, avant de joindre son compagnon jusqu’a la table où il l’invitait. D’autres personnes étaient la déja, elle leur adressa, timide, un sourire. « Messieurs. » si elle s’attendait à un concert de remarques il n’y’en eu pas et l’influence de son compagnon du soir sur ses camarades l’intrigua. Peut être une histoire serait elle contée ? Peut être même apprendrait elle a retrouver le gout à de bonnes histoires, le gout à l’improvisation. Elle verrait.

Une demande de chaise fut faite, et elle suivit Ikshän jusqu’au comptoir, ne pouvant finalement pas reprimer un sourire. « Je vois que vous aimez le gout du danger. Je prendrais ce verre de cidre dont nous parlions plus tot. » Et ses lèvres garderent les traces d’un leger sourire alors qu’elle pensait à leur conversation précédente. Qu’il s’agisse de celle sur le cidre proposé, ou sur la qualité douteuse des bières servies dans ce lieu. « C’est un groupe d’ami assez heteroclite que vous avez la.» Et tous la rendaient curieuse. Elle aurait aimé demander à Ikshän de lui raconter les histoires qui se cachaient derrière chacun d’entre eux, mais il y’avait quelque chose qu’elle aimait davantage, c’était apprendre elle même a découvrir, deviner. Les boissons ne tarderent pas à arriver elle, et arquant un sourcil un rien amusé elle le regarda mieux. « Ils vont être fichtrement décus que vous ne leur offriez pas la tournée generale tant désirée. » Oh, elle avait bien compris qu’il s’agissait d’une plaisanterie, et finalement, elle se surprit à desirer elle, passer la soirée avec ce groupe de joueurs de cartes qui avaient probablement tant à apprendre à la conteuse brisée qu’elle était.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


Le sourire de la jeune femme a un goût de victoire puérile. Ikshän, il ne s’est jamais trouvé le coeur particulièrement tendre, laissant ça à une certaine sirène qui n’en avait pourtant pas l’air. Il faut croire que tout le monde change. Il se surprend à aider, depuis qu’ils sont séparés, à faire ce qui l’agaçait tant auparavant, quand il avait encore son vieil ami à ses côtés, quand il le voyait s’inquiéter plus pour les autres que pour lui-même. Maintenant, il n’a personne contre qui râler, personne dont il doit prendre soin. Peut-être que c’est plus pour lui que pour ceux qu’il aide, au fond, mais si tout le monde est gagnant, qui peut venir le lui reprocher ? « Je vois que vous aimez le gout du danger. Je prendrais ce verre de cidre dont nous parlions plus tot. » Il incline la tête dans une parodie de révérence. Elle ne peut pas savoir qu’il est loin d’aimer le danger, qu’il a vu trop de monde le heurter de plein fouet pour vouloir jouer à s’y frotter. C’est le but de cette soirée, non, que Sjaël découvre des histoire et en ré-invente certaines ? « C’est un groupe d’ami assez heteroclite que vous avez la. » Est-ce une pointe de curiosité qu’il discerne ? Il renifle, son amusé, alors qu’ils attendent pour leurs boissons. « Des collègues et des amis de ces collègues. Quand on reste longtemps en ville à faire le même métier, on rencontre pas mal de gens. » Des gens sans histoires pour la plupart, ou du moins c’est ainsi qu’il les voit et qu’il se voit lui-même, mais il fait confiance à la conteuse pour en tirer quelques unes d’eux. C’est son job, après tout.

Finalement, leurs verres arrivent. « Ils vont être fichtrement décus que vous ne leur offriez pas la tournée generale tant désirée. » L’humour n’est pas forcé et ça fait toute la différence, la pique réussissant à tirer un rire à Ikshän. Il secoue pourtant la tête. « Je leur ai laissé de quoi en payer une quand je suis parti à votre suite. Il ne faut pas croire tout ce qu’ils vous disent. Mais c’est là ce qui est amusant, surtout pour une conteuse, non ? » Ca peut parfois devenir fatigant, mais elle n’est là que le temps d’une soirée, le temps de se changer les idées et de se rappeler qu’il y a encore une multitude d’histoires qui commencent ou prennent fin tout autour d’elle. Il lui sourit et se dirige de nouveau vers la table où un tabouret supplémentaire a fait son apparition. Mijuëlo est occupé à discuter philosophie, débat sans fin sur un sujet plus ou moins anodin, questions qu’il aime lancer sans jamais parvenir lui-même à une conclusion. Une partie de cartes est déjà en cours alors que la discussion tourne autour de l’incendi qui a pris dans les écuries d’une famille noble la semaine précédente. Behlül y travaille alors ça ne surprend pas Ikshän, pas plus que les plaintes sur le surmenage des animaux, des employés et des rénovations qui s’imposaient mais n’ont pas été réalisées. Ikshän se tourne vers Sjaël. « Ils ont perdu deux étalons et un garçon d’écurie a failli y passer. Ils ont eu de la chance, ça aurait pu être bien pire. » Il prend quelques gorgées de bière avant de changer de sujet. « Vous savez jouer ?. » Il demande avec un geste de menton en direction des cartes.


Dernière édition par Ikshän Banerjee le 13/09/19, 08:39 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

@Ikshän Banerjee
La curiosité revenait elle à grand pas dans l’esprit de la conteuse qui se sentait comme dénuée de son âme ? C’était cette même curiosité qui avait guidée sa vie durant de si longues années et qui maintenant n’existait plus vraiment. Elle revenait. Ce n’était pas par curiosité qu’elle était revenue chez ses parents à Eredhel, c’était pour suivre le vent, en revanche, elle devait reconnaitre que la curiosité et l’absence d’instinct de survie probablement, etait ce qui la guidait depuis sa rencontre nocturne avec Ikshän.  « Et c’est au moment où vous me parlez de collègues que je me rends compte que je ne sais pas ce que vous faites, dans la vie. » Comme metier. Si elle devait essayer de le cerner, elle le voyait bien dans un metier un peu sauvage, mais qui lui permettait quand même de rencontrer des gens d’horizons differents. Elle n’était pas vraiment fixée, et bien entendu, si il n’était pas obligé de lui repondre, elle restait totalement suspendue à la revelation si celle ci venait.

Leurs verres vinrent eux, et cette fois son trait d’humour passa. Se retrouvait elle un peu, dans ce moment ? Ou bien n’était ce qu’un pic fugace d’humanité qui redisparaitrait une fois le moment passé ? Devait elle être defaitiste ? Ikshän rit et ça la ramena sur Terre. « Je leur ai laissé de quoi en payer une quand je suis parti à votre suite. Il ne faut pas croire tout ce qu’ils vous disent. Mais c’est là ce qui est amusant, surtout pour une conteuse, non ? » Les mots étaient la eux en tout cas, et elle répondit machinalement sans même le realiser sur le moment.   « C’est ce qui fait tout le charme du métier, délier le vrai du faux, s’imaginer milles histoires et être sur de tomber sur la bonne. » Et puis un voila passa derrière ses yeux, alors que la réalisation vint. Elle avait parlée de son metier comme s'il était encore le sien, avec cette passion devorante qui ne la quittait pas. Silencieuse un temps, elle tenta pour le bien de sa compagnie de ne pas se renfrogner contre elle même. Ce soir, elle aurait de nombreuses pensées à echanger avec elle, et peut être que finir ivre  au milieu d’un groupe sympathique serait la meilleure chose pour la sauver de cette noirceur qui revenait la prendre.

C’est dans un certain silence alors que les verres furent ramenés vers une table où un tabouret l’attendait. Doucement, toujours polie malgré tout, elle remercia les hommes qui avaient fait apparaitre cette assise pour elle, et elle s’installa, glissant même quelques mots d’esprits envers ce type qui parlait de philosophie avec tant de passion. Finalement elle oubliait, ou plutot elle s’oubliait, et au détour d’une gorgée elle fronca les sourcils. Les écuries d’une famille noble avaient brulées, et elle se surprit à s’interesser, notamement vu la passion dont certains en parlaient. Une explication vint, et elle hocha la tête.    « C’est terrible. Etait-ce criminel ? » C’était une capacité au fond, être interessée par toutes les conversations et toujours avoir quelque chose a dire. En un sens ça lui evitait de penser à ce conteur qui faisait un travail qu’elle aurait fait mille fois mieux que lui.    « Vous savez jouer ? » La question vint, et alors que ses yeux ne quittaient pas les cartes, elle se fendit d’un sourire trés leger, mais sincère.    « J’apprends vite. » Et déja était elle mentalement prête à disputer une partie de carte avec ces hommes dont certains semblaient encore plus bougons qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


Il n’a jamais prétendu être compliqué, Ikshän, bien au contraire. Il aime la simplicité. Ou tout du moins, il s’en satisfait, heureux de ne pas avoir à s’inquiéter de complications, choses qu’il a rencontré à plusieurs reprises par le passé et qui ont une fâcheuse tendance à s’avérer tristes plus souvent que joyeuses. Alors oui, il fait ce qu’il peut pour les éviter. « Et c’est au moment où vous me parlez de collègues que je me rends compte que je ne sais pas ce que vous faites, dans la vie. » La simplicité, ici, serait de répondre franchement, sans détours ni énigmes. Malgré tout ce qu’Ikshän se raconte, la simplicité, c’est parfois diablement ennuyeux.  « Est-ce bien important ? » Son métier est loin de le définir, choisi par nécessité plutôt que par passion, et sans vrai lien avec son passé de fils de pêcheur. Il sourit à la jeune femme.  « Pourquoi ne pas essayer de deviner ? Je serais curieux d’entendre vos hypothèses à ce sujet. » Voilà une première occasion de mettre à l’oeuvre l’imagination de la jeune femme, une qui présente d’ailleurs l’avantage d’amuser Ikshän.

« C’est ce qui fait tout le charme du métier, délier le vrai du faux, s’imaginer milles histoires et être sur de tomber sur la bonne. » Il hoche la tête, satisfait de cette réponse. Sjaël ne parle pas au passé, malgré ce qu’elle a dit plus tôt sur sa situation présente et malgré son absence sur les scènes de la capitale. C’est rassurant. D’autant plus qu’il y a toujours en elle cette pointe de passion qui l’habitait à l’époque où elle tissait ses contes pour le plaisir des spectateurs. Il y a peut-être encore un peu d’espoir. Pourtant, Ikshän n’insiste pas et c’est en silence qu’ils rejoignent la table. Il est heureux de constater que la demoiselle ne reste pas longtemps sans rien dire. Il y a ça de bien que les gens restent rarement de marbre devant l’air passionné et honnête de Mijuëlo. « Faites attention ou vous allez en avoir pour la soirée à débattre avec lui. » Il prend la remontrance qui suit et l’air outré de Mijuëlo avec un sourire innocent. « J’ai une question pour toi : pourquoi quelqu’un qui est contre les jeux d’argent passe autant de temps avec des gens qui parient ? » Il profite un peu de l’air agacé et des arguments qui lui répondent, avant qu’il ne soit clair que l’autre homme n’est guère d’autre choix que de faire appel à la force de l’amitié pour justifier sa présence à la table. Pour sa défense, Mijuëlo le fait sans trop rechigner, pas du tout gêné d’avouer qu’il apprécie le groupe ici réuni.

La discussion se fait moins joyeuse, les nouvelles allant bon train et notamment celle de l’incendi. Ikshän prend un moment pour glisser une phrase à Sjaël car il ignore si elle était au courant ou non de l’histoire. « C’est terrible. Etait-ce criminel ? » Il secoue la tête. « On n’en sait rien. Behlül », il dit en pointant un de ses camarades du doigt, « travaille là-bas et il pense que oui. » Mais Behlül est aussi un habitué des théories du complot. Ca, il ne l’ajoute pas, faisant confiance à la jeune femme pour s’en rendre compte par elle-même au cours de la soirée. En revanche, il n’hésite pas à lui demander si elle sait jouer aux cartes quand la discussion commence à tourner trop en rond, chacun chantant la même rengaine sur le pauvre sort des palefreniers. « J’apprends vite. » Un reniflement amusé suivit la répartie. « Je n’oserai pas en douter. Le métier de conteur doit demander une sacrée mémoire. » Il prend tout de même le temps de lui expliquer les quelques règles fondamentales. « Mais rien de mieux qu’un peu de pratique pour apprendre. Mijuëlo ? » Il se voit mal extorquer de l’argent à Sjaël -comme les temps changent- et il préfère donc trouver des hommes qui ne rechignent pas à faire quelques parties sans enjeux avant de distribuer les cartes.


Dernière édition par Ikshän Banerjee le 13/09/19, 08:40 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

@Ikshän Banerjee
« Est-ce bien important ? » La question est posée et Sjaël y trouve un sourire et une espèce de réconfort. Faire douter les gens sur ce qu’ils sont, sur l’utilité de leurs questions c’est quelque chose qu’elle fait à merv… qu’elle faisait à merveille, alors se retrouver défiée elle même lui apportait une espèce de baume au coeur. Un air de competition. Une mise en doute de ses talents. Elle se sentit sourire avant même de realiser que c’était le cas, qu’une lueur un peu etrange et vive venait de s’eclairer dans ses yeux. Et peut être que si elle avait été une enfant reveuse Sjaël elle aurait supposée qu’Ikshän etait un magicien, qui manipulait son ame, et insufflait le feu de la vie en elle. Mais il n’était qu’un homme qui lui tendait une main, sans rien demander en retour, avec une simplicité déroutante dont peut être elle avait besoin. Ce n’était pas tant qu’elle n’avait personne non. Il y’avait Kælinn, qui était l’amie la plus proche, la confidente, il y’avait son frère, il y’avait tant de gens oui, mais peut être la connaissaient ils trop ? Ou peut être essayaient ils trop, elle ne savait pas. Lui, il ne la connaissait pas, ou du moins il ne connaissait que l’image de la conteuse, et cette image de femme brisée qu’elle renvoyait ce soir, et il ne posait pas vraiment de questions, il proposait. Ça lui suffisait. « Je ne pense pas que ce le soit vraiment. C’est une question de curiosité. Vous savez ce que je faisais. » Il savait qui elle avait été. « Je trouverais.» Et déja s’imaginait elle milles metiers plus fantasques les uns que les autres. Membre d’une guilde il était chargé des renseignements pour le gouvernement ? Criminel ? Non, il n’en avait pas l’apparence, et même si la barbe ne faisait pas le philosophe, elle ne lui aurait pas collée sur le front cette étiquette la. Elle en revenait à ses reflexions. Peut être etait il commercant ? Itinerant aurait elle dit ? Elle arqua un sourcil, curieuse. Et puis elle le regarda de haut en bas. « Peut être à mi chemin entre les contacts entre les être vivants et les bêtes » C’était cette odeur rémanente de cheval sur sa tenue. « Ou alors quelqu’un qui chevauche beaucoup. »  

Mais il y’en aurait d’autres d’hypothèses, et elle parla du sien de metier, de celui qu’elle n’avait plus, ne realisant que trop tard qu’elle avait une fois de plus parlé au présent. Demain elle regretterait. Demain probablement se tournerait elle dans son lit mille fois en se haïssant pour cette soirée de faiblesse. Ou bien au contraire était-ce la, la première pierre d’une rémission ? Elle verrait. Elle n’y’etait pas. Pour l’heure elle avait un verre à la main, et une conversation à ecouter, conversation dans laquelle elle intervenait finalement. La timidité n’était pas finalement quelque chose qu’elle pratiquait bien trop souvent, et elle avait cette facilité, à parler avec les autres, tant qu’on ne lui parlait pas d’elle. « Je suis sure qu’il se lassera avant moi. » Il y eut une lueur espiègle de sa part, et elle était prête si il le fallait à debattre toute la nuit. Aprés tout, elle n’avait guère mieux à faire de toute façon. Cependant Ikshän semblait avoir une question qui fit presque taire le dénommé Mijuëlo qu’elle se surprit à apprecier davantage par sa réponse, et elle fut on ne peut plus enchantée de sa réponse. Le groupe d’amis, et d’amis d’amis de son sauveur du soir était on ne peut plus fascinant, et elle ecoutait leurs histoires, les intonations de leurs voix, se plaisant à deviner par certains tressaillement quand ils étaient en mauvaise posture dans leur jeu de carte.  La conversation dévia néanmoins sur un incendie et elle fixa le dénommé Belhül avec interet. Des ecuries hein ? C’était une piste de plus pour le métier d’Ikshän elle n’en doutait pas. Pour l’heure elle se contenta d’hocher la tête. « Ça serait navrant si c’était le cas. » Et peut être qu’en une autre époque, une autre Sjaël aurait questionnée Belhül pour avoir une histoire de plus à sa déja longue liste. Cette Sjaël la, laissa l’histoire se noyer dans le reste de la conversation.

Une autre question vint, rapportant l'intérêt de l’ex conteuse sur l’homme qui avait causé tout ça, et elle le fixa avec intérêt alors qu’il lui expliquait quelques bases.  « Hmm. » Petit bruit de concentration, et puis finalement quand il proposa de la pratique elle hocha la tête enjouée !  « Allons y ! J’ai hate de voir ce que je vaux. » Et son nouvel ami Mijuëlo participerait visiblement lui aussi, tout était bien pour la soirée peut être ! Le philosophe de comptoir ne jouerait pas pour de l’argent et elle non plus visiblement, pas pour le moment du moins, cependant rien ne l’empechait de miser quelque chose ?  « Que diriez vous de corser les choses ? Le perdant devra raconter une anecdote, une petite histoire de son choix ?  » C’était sorti tout seul, comme une lueur dans les tenebres. Elle ne realisa que trop tard. Elle n’avait plus le choix, il fallait gagner pour ne pas avoir à conter.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


Peut-être Ikshän rêve-t-il, peut-être est-il simplement en train d’imaginer, parce qu’il croit détecter une point de volonté dans le regard de la jeune femme, une étincelle qui jusque là manquait et qui s’est soudain allumé. Mais peut-être, oui, juste peut-être, est-elle assez forte pour saisir une opportunité de sortir la tête de l’eau. En tout les cas, Ikshän n’est pas homme à bouder son plaisir. « Je ne pense pas que ce le soit vraiment. C’est une question de curiosité. Vous savez ce que je faisais. » Un avantage qu’il a sur elle, il ne le niera point. Pourtant, c’est rassurant de voir qu’elle a encore cette curiosité, justement, et que la question n’était pas simple politesse lancée au vent. Elle a du mordant et il apprécie. Les astres savent que, dans cette vie, tout le monde a besoin d’un peu de répondant. « Je trouverais. » Il sourit, amusé par son air borné. « Je vous fait confiance pour ça. Comme vous l’avez dit, c’est question de curiosité, et je suppose que vous en avez à revendre. » Il se laisse dévisager, aller jusqu’à se redresser et écarter légèrement les bras, cible volontaire de l’attention de la conteuse. On est loin de la jeune femme partie en courant et il est en est bien content, alors il fait ce qu’il peut pour l’encourager dans cette voie. « Peut être à mi chemin entre les contacts entre les être vivants et les bêtes. Ou alors quelqu’un qui chevauche beaucoup. [/color]» Une fausse mine outrée fleurit sur son visage. « Je ne sais pas comment je dois prendre ça. Quelle est la raison d’une telle hypothèse ? » Il s’occupe des chevaux et conduit les fiacres, les monter, c’est encore un privilège réservé à leurs propriétaires, un qu’Ikshän trouve amusant quand ce sont les gens qui passent le moins de temps avec les animaux en question.

Ils se retrouvent autour de la table, de retour dans le cercle particulier des hommes avec qui Ikshän a appris ce qu’il sait de son métier, ceux qui sont devenus ses amis sans trop qu’il ne comprenne comment. Etrangement, ce n’est que maintenant qu’il est trop tard qu’il comprend à quel point rassemble philosophe du dimanche et conteuse est une mauvaise idée. Il n’a plus qu’à essayer d’ignorer les débats alambiqués fabriqués par le drôle de duo. « Je suis sure qu’il se lassera avant moi. » Son expression de résignation morose doit parler d’elle-même : Mijuëlo est inlassable. Si elle savait toutes les fois où lui et son collègue ont échangé les mêmes remarques, presque dans le même ordre et sur le même sujet, elle serait vraisemblablement moins sure d’elle-même. D’un autre côté, Ikshän ne la connaît pas. Il devrait lui laisser le bénéfice du doute. Seulement la perspective d’une joute verbale à ne plus en finir lui file un frisson, alors il n’hésite pas à pointer du doigt une des petites hypocrisies de l’autre cocher pour mettre un terme à ce joli merdier. Hors de question d’aller se coucher avec une migraine. La distraction marche et ils passent d’un débat philosophique à un débat d’actualité, un qui intéresse autrement plus le brun. « Ça serait navrant si c’était le cas. » Il se contente d’un hochement d’épaules alors que Behlül se fait un plaisir d’énumérer les raisons pour lesquelles cette famille en question mériterait de s’être fait des ennemis. Malheureusement, ils ne sauront surement jamais la vérité sur cette affaire et il est un peu déçu de voir Sjaël s’en désintéresser si vite. Tant pis, tout ne peux pas éveiller cette étincelle de curiosité en elle.

L’enthousiasme revient facilement à la jeune femme quand il est question du jeu de carte et, si ce n’est pas une nouvelle histoire, au moins est-ce mieux que son air triste de plus tôt dans la soirée. Il commence à mélanger les cartes quand elle intervient. « Que diriez vous de corser les choses ? Le perdant devra raconter une anecdote, une petite histoire de son choix ?  » La proposition le surprend. Apparemment, chasser le naturel ne fait que l’encourager à revenir au galop. Il se retient de demander à Mijuëlo si le problème d’éthique sur les jeux est juste dû à la nature de la mise pariée par les joueurs, mais se retient de justesse. Il ignore ce qui s’est passé pour que Sjaël arrête de conter, mais l’envie semble ne pas manquer et il ne va pas risquer de foutre en l’air une opportunité qu’elle s’est si joliment créé. Il distribue, ils disputent la partie, et l’issue est incertaine pour un moment. Avant d’être claire. Il sourit, Mijuëlo portant un air tout aussi satisfait, et regarde la jeune femme. « Chose promise, chose due ? » Il atténue la remarque avec un sourire encourageant, un qui assure qu’il est encore temps pour elle de refuser, même s’il espère que ce ne sera pas le cas.[/color]
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

@Ikshän Banerjee

En a t elle vraiment à revendre de la curiosité ? Quelques années avant elle aurait dit que oui, et une certaine harpie déchue lui aurait fait remarquer à quel point elle était inlassable quand elle cherchait à tout savoir. Mais quelques années auparavant cette personne aurait su comment la faire taire, et elle en aurait été heureuse. Maintenant elle n’était qu’une ame en peine un peu perdue, et énormément brisée qui ne savait plus spécialement comment fonctionner. Parfois il y’avait des sursauts, parfois il y’avait des moments où la vieille Sjaël revenait, comme maintenant, comme en face de cet homme dont elle essayait de tracer la vie dans sa tête. Bornée, elle était bornée, et elle voulait savoir mais elle ne voulait pas qu’il l’aide. Pas encore. Alors il y eut une hypothèse, une première, et elle se surprit a sourire à son air faussement outré. « La, et la, quelques poils de chevaux sur votre tenue, et puis peut être que votre façon de m’aborder m’a fait penser à la façon dont certains s’approchent des animaux sauvages. » Le sourire ne se dissipe pas tout de suite en tout cas. « Est ce que je pars sur une mauvaise voie ? » Mais le sourire ne durait pas, et même si elle s’était lancée dans une compétition de palabres presque inutiles avec le dénommé Mijuëlo, tout s’étouffa pour parler de l’incendie, qui avait touchée la famille pour la quelle travaillait Behlül. Et même si le sujet ne l'intéressait pas outre mesure, la petite etincelle s'éteignant une nouvelle fois en elle, contrecoup de son excitation precédente peut être, ce sujet lui donnait une piste sur le metier d’Ikshän. Il connaissait un type travaillant dans l’écurie d’une famille noble, peut être étaient ils plusieurs ? Elle analysait déja d’autres pistes, et son esprit se perdit quelques instants, durant les quels elle du probablement paraitre renfrognée. Oh, personne n’allait lui en tenir rancune n’est ce pas ?

D’autant plus que l’enthousiasme revint en rapport avec le jeu de carte et qu’elle se fendit d’un nouveau petit sourire, prête à defier les deux hommes plus aguéris. Une proposition fut faite, et si elle était trop sure d’elle, elle réalisa son erreur bien trop tard, quand la partie toucha à sa fin aprés une longue periode de battement. « Oh. » C’était la déception peut etre. C’était le cidre aussi ? Peut être s’était elle laissée allée et prise a son propre jeu elle allait désormais devoir faire ce qu’elle s’était refusée depuis des mois, depuis des années. « Oh… » Encore… Mais c’était ainsi, et aussi brisée et renfrognée soit elle, elle hocha la tête aux paroles d’Ikshän dont le rassurant sourire lui assurait qu’elle pouvait fuir encore. Néanmoins, aussi perdue soit elle, elle n’était pas quelqu’un qui revenait sur sa parole. Elle était lache oui, mais pas de cette manière la. Elle n’était pas malhonnete. « Vous me pardonnerez, je suis un peu rouillée. » Il lui fallu quelques instants, le temps de jauger un peu mieux les deux hommes qui constitueraient son public, et puis elle se surprit toute seule à penser qu’ils pourraient devenir des amis, à les penser comme des personnes agréable et non pas des clients attendant une histoire. Ca aidait. Probablement. Alors machinalement elle commenca à leur conter cette vieille legende qui faisait partie de celles qu’elle affectionnait tout particulierement, et qui contait les aventures d’un humain tout ce qu’il y’avait de plus banal, qui curieux ou jaloux des changeformes s’était crée des ailes pour tenter de voler au plus proche du soleil. Sa voix était eraillée, fatiguée, les mots étaient hésitant pendant les premieres minutes, et puis peu à peu que l’histoire prenait vie, ses yeux, ses mains, son langage corporel et son verbiage, tout devint plus limpide, tandis qu’oubliant tout le reste elle se perdait à conter, redevenant l’espace d’une demi heure, une heure peut être - elle avait perdue la notion du temps - cette conteuse qu’elle n’aurait jamais du cesser d’être. « Et c’est ainsi qu’il s’échoua au milieu de l’océan, ne laissant qu’une trainée de plumes, et un corps impossible à trouver. » Le sourire était bien la, tant qu’elle ne realisait pas encore ce qu’elle venait de faire, et machinalement elle porta sa choppe à ses levres, assoiffée d’avoir autant parlé.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


La présence des chevaux est désormais une part importante de la vie d’Ikshän. Jeune, il a appris à monter sur le vieux hongre des voisins, comme il a appris à soigner les animaux de la ferme et à aider au temps des récoltes. Le temps qui n’était pas occupé à rendre service à ses propres parents en allant vendre les prises au marché, en aidant à rafistoler le bâteau ou les filets, il donnait un coup de main à l’autre couple dont le garçon était mort à un jeune âge, emporté loin des siens par une maladie qui avait eu raison de lui. Malgré cela, rien ne destinait Ikshän à travailler avec les équidés. Le destin a parfois ses propres raisons qui défient l’imagination des mortels, les poussant par nécessité dans des rôles qu’ils n’avaient jamais envisagé. Il s’y plait, Ikshän. Il a trouvé la sécurité et la stabilité qui lui faisait tant défauts dans ses jeunes années et, auprès des animaux, un calme qui l’aide à se défaire de son impulsivité. « La, et la, quelques poils de chevaux sur votre tenue, et puis peut être que votre façon de m’aborder m’a fait penser à la façon dont certains s’approchent des animaux sauvages. » Son nez se fronce alors qu’il sourit, franc et amusé par la façon dont Sjaël lui explique son raisonnement. « Tant que vous n’essayez pas de me mordre, loin de moi l’idée de vous comparer à un animal sauvage. » Ikshän, gentleman malgré lui. Il se garde pourtant bien de faire le moindre commentaire sur le reste des conjectures de la jeune femme. « Est ce que je pars sur une mauvaise voie ? » Un haussement d’épaules est sa seule réponse à la question. Ce ne serait pas un vrai défi s’il l’aidait, n’est-ce pas ?

Puis les conversations s’animent, vivent, retombent, changent et dansent de leurs mots et leurs intonations tout autour de la table. Chacun y va de son commentaire. Chacun contribue de son “on m’a dit”. Chacun se fait parleur puis bonne oreille. Du moins, c’est ainsi jusqu’à ce que, petit à petit, le silence ne tombe sur la table. Les cartes sont oubliées, posées ici et là, et les chopes de bières restent intouché. Si Sjaël a eu du mal à trouver sa voix au début de l’histoire, désormais, ils n’entendent plus qu’elle. Ils sont investis plus de raison dans son histoire et dans le devenir de cet homme qui voulait devenir autre ou plus que à quoi sa nature d’être humain le destinait. La conteuse peint sans mal le portrait de son héro et le conte prend des tours et des détours. La fin arrive, abrupte. « Et c’est ainsi qu’il s’échoua au milieu de l’océan, ne laissant qu’une trainée de plumes, et un corps impossible à trouver. » Elle n’est pas au goût de tout le monde. « Quoi ? Mais non, il ne peut pas mourir comme ça, c’est trop bête après tout ce qu’il a surmonté ! » « Elle vient de dire que son corps était introuvable, idiot. T’en fais ce que tu veux. Il est tombé sur un requin qui l’a mangé, il a nagé jusqu’à une île, il s’est noyé, une sirène l’a sauvé, ... Débrouille toi un peu. » « Fais gaffe à qui tu traites d’idiot, je t’ai dépouillé de dix pièces ce soir. » Loin d’être touché par les exclamations des autres, Mijuëlo se frotte le menton, pensif. Ikshän arque un sourcil en le regardant. Troix, deux, un, zé- « Alors quelle est la morale ? Ne jalouse pas ton voisin ? C’est quand même triste, un conte sur l’inventivité et la force de création qui finit aussi mal. » Ca rappelle un peu trop l’accident de tramway à Ikshän, alors il prend quelques gorgées de sa bière. Il coule un regard à Sjaël pour savoir comment elle prend ce retour ponctuel à son activité de conteuse. A-t-elle souvent eu l’occasion d’écouter les réflexions et discussions provoquées par ses histoires ? « Pas si rouillée que ça », constate-t-il simplement. « Merci pour la performance. »
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

@Ikshän Banerjee
« Tant que vous n’essayez pas de me mordre, loin de moi l’idée de vous comparer à un animal sauvage. » A ses mots elle ne put s'empêcher d’arquer un sourcil à la fois amusé et taquin. « En général je garde les morsures pour la seconde invitation à boire. J’essaye de faire bonne figure la première fois. » C’était sorti tout seul, elle ne savait pas vraiment si c’était malhabile ou pas, mais elle avait tendance à parler trop et à dire quelques fois des choses qui lui passaient dans la tête et qui auraient mieux fait d’être gardées à l'intérieur de ses pensées sans être vocalisées jamais. Pourtant certaines personnes avaient été charmées par ses capacités à ne pas savoir tenir une vrai conversation. Oui. Non. Elle essayait. Elle avait un bagage langagier important, c’était juste que parfois elle ne savait pas vraiment y faire dans les interactions avec les êtres vivants. Pourtant, elle aimait bien réussir à les cerner. Et d’ailleurs essayait elle encore de deviner le metier d’Ikshän, sans qu’il ne confirme ses suppositions. C’était un vrai défi alors, et l’homme restait presque impassible à ce qu’elle suggerait. Elle aimait ça. Etrangement, quelque part dans son être, elle aimait ça, être mise à l’épreuve, c’était comme lui donner une impression qu’on la poussait de force à sortir de sa torpeur, et peut être que ça lui faisait du bien ?

Les conversations autour d’elle aussi lui faisaient du bien, et même si finalement elle perdit l’interet pour l’incendie des écuries, elle retrouva de la fougue pour se lancer dans une partie de carte que malheureusement elle perdit. Alors il lui echu de raconter une histoire, et suivant le chemin de croix qu’elle s’était elle même tracée, elle prit quelques instants, et se lanca. L’homme envieux des changeformes, envieux des harpies, avait passé des heures, des jours, des semaines, des mois, à fabriquer des ailes telles qu’il les voulait. Elle prenait son temps Sjaël, au début ses mots se perdaient un peu, et puis sa voix devint on ne peut plus assurée, et puis finalement elle se perdait dans le récit, se maudissant peut être d’avoir parlé de harpies, d’avoir traité des ailes, mais cette histoire plaisait, et lui tenait à coeur, elle était l’une des premières qu’elle avait aimé conter quand elle avait commencé, pour elle, c’était aussi facile que reciter l’alphabet. Et puis c’est avec un sourire doux - amer qu’elle termina son conte, laissant les joueurs de cartes se perdre dans leurs exclamations. Oh, elle pourrait intervenir, mais pour l’heure elle ecoutait un peu leurs commentaires. C’était plaisant ce public réduit, ça lui permettait plus de proximité peut être, et elle ne realisait pas encore qu’elle venait de se remettre à faire ce qu’elle avait juré ne plus jamais faire. Pour elle au fond, conter était aussi naturel que respirer.

« Alors quelle est la morale ? Ne jalouse pas ton voisin ? C’est quand même triste, un conte sur l’inventivité et la force de création qui finit aussi mal.» Une flamme glissa dans les yeux de la conteuse désormais, et … « Peut être qu’il n’y’a pas de morale ? Peut être que ce n’est qu’une histoire, faite pour divertir ? » Ce n’était pas vrai bien sur, mais défier Mijuëlo et le faire reflechir devenait un jeu pour elle. « Ou peut être qu’il s’agit d’une remise en question pour nous faire réaliser qu’il faut profiter de ce qu’on a. Qu’aurait pu faire cet homme si il avait mis son inventivité à bon escient, plutot qu’a envier ce que les déesses ne lui avaient pas offert à la place ? » Faire reflechir un peu la tablée était amusant, mais finalement son regard se posa sur Ikshän qui la regardait. « Je n’ai fais que respecter ma parole. » Mais ses joues désormais prenaient une teinte rosée. « Tout au mieux je devrais vous remercier pour l’opportunité, le public était appréciable. Qu’en avez vous pensé ? » de l’histoire peut être. Tout pour ne pas parler d’elle encore.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


Ce pari sur la partie de cartes, cette idée de lancer tout de suite Sjaël dans un passé qu’elle semble si déterminée à laisser derrière elle, c’est risqué. Ikshän, il l’écoute avec une certaine appréhension. Au départ, il s’attend à ce qu’elle tourne talon, mais c’est sans compter sur son entêtement : la jeune femme a pourtant dit être têtue. Elle en fait la démonstration avec brio. Sans s’en rendre compte, il se prend au jeu et, plus important, il ne pense plus qu’à l’histoire et à sa suite. Elles sont bien loin, ses inquiétudes pour Sjaël et ses bonnes intentions de lui changer les idées et la pousser l’espace d’une soirée, noyées par les mots rythmées de la conteuse qui fait briller son art dans la taverne, au milieu d’un groupe de joueurs soudainement muets. L’éclat de ses camarades fait sourire Ikshän. Ils ont été tout aussi conquis que lui. « Peut être qu’il n’y’a pas de morale ? Peut être que ce n’est qu’une histoire, faite pour divertir ? » Il ricanne. Le son lui échappe avant même de voir l’expression blasée de son collègue, le côtoyant depuis assez longtemps pour le savoir rebuté par une telle hypothèse. Les histoires sont bases de sagesse. Mijuëlo ouvre la bouche, mais il est devancé. « Ou peut être qu’il s’agit d’une remise en question pour nous faire réaliser qu’il faut profiter de ce qu’on a. Qu’aurait pu faire cet homme si il avait mis son inventivité à bon escient, plutot qu’a envier ce que les déesses ne lui avaient pas offert à la place ? » Ikshän boit un peu de sa bière en regardant le débat, comme s’il regarde un match de sport entre deux athlètes, alors que le reste des gens attablés parlent entre eux et reviennent à leurs jeux.

« Admettons. Mais n’est-ce pas ce que l’inventivité fait ? Nous doter de choses qui ne nous ont pas été offertes à la naissance par les déesses ? A mon sens c’est là leur plus grand cadeau, celui de nous laisser nous faire maîtres de nos destins. » Clairement, il n’a pas encore l’esprit embrumé par l’alcool et prend plaisir à cette joute verbale. C’est que la plupart de ses amis ont depuis longtemps arrêté de participer aux débats stériles dont il est l’instigateur perpétuel. De la même façon que la plupart d’entre eux ne prêtent plus attention à Ikshän quand il commence à parler astronomie ou pointer des étoiles rarement visibles. Chacun ses sujets de prédilections. Ikshän, lui, il ne veut pas épiloguer sur ce qu’il convient de retenir d’une histoire, pas quand il est persuadé que les morales sont multiples et que chacun peut emporter un morceau de sagesse propre à sa personne, son histoire et sa situation présente. Il se contente d’un compliment et d’un remerciement pour ce changement si agréable dans leurs soirées souvent répétitives. « Je n’ai fais que respecter ma parole. Tout au mieux je devrais vous remercier pour l’opportunité, le public était appréciable. Qu’en avez vous pensé ? » Le brun sourit, mais secoue légèrement la tête. « Vous vous êtes créée cette opportunité toute seule. Peut-être notre ami Mijuëlo a-t-il raison sur certains points. » Son regard est clairement amusé. Il est heureux de voir que son collègue et Sjaël s’entendent si bien. « C’était une très belle histoire, et très bien conté. J’ai cru repérer des éléments d’autres contes aux thèmes similaires. Est-ce qu’ils vous arrive souvent de piocher dans différentes histoires ou variantes ? »
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

@Ikshän Banerjee
Pourquoi est ce qu’elle avait fait ça ? Pourquoi est ce qu’elle avait lancé un défi comme ça, en sachant qu’elle risquait de le perdre et se retrouver dans cette situation la ? Pourquoi est ce qu’elle avait accepté quand Ikshän lui avait donné la possibilité de s’enfuir ? Elle ne savait pas. Elle ne savait plus vraiment où elle en était, et elle maudissait Kælinn sur le coup, quelle idée de l’avoir ramenée ici ? Quelle idée de l’avoir suivi jusqu'à Eredhel. Okay, elle avait toute sa famille la, mais c’était pas une raison non ? Ou peut être que c’était juste le destin, que c’était juste une vieille histoire de dieu qui se servait des être vivants comme des pions. En tout cas elle se retrouvait maintenant dans un débat avec Mijuëlo sur la morale de l’histoire et elle ne pouvait s'empêcher de sentir comme une étincelle de vie en elle. Est ce que c’était ça renaître ? Elle n’en était pas spécialement sûre la. Mais c’était quand même quelque chose de different des jours précédents. « Certains te diraient Mijuëlo, qu’en étant maitre de nos destins nous ne faisons que nous précipiter plus vite vers notre propre mort. » Elle esquissa un nouveau sourire à ça. Et puis elle reprit, alors que le debat ne cessait de s’aggrandir et de continuer, jusqu'à ce qu’elle ne se fende d’un simple « Qui nous dit qu’au fond cet homme n’a pas survécu, et justement par son inventivité a laissé croire au monde qu’il était mort, pour continuer ses créations ? »

Ça pouvait durer longtemps, mais finalement le débat s’étiola alors qu’elle se concentrait de nouveau sur Ikshän, qui sans le vouloir était devenu maître de cérémonie de cette situation. Un remerciement fut offert, et elle arqua un sourcil à la réponse qu’il lui offrit. « J’ai toujours eu tendance à creuser ma propre tombe je suppose. » Mais cette fois, elle dit ça avec un sourire, pas avec cette fatalité qui lui collait a la peau ces derniers jours, mois, années. Il y eut une question, et elle sourit doucement. « C’est ce que font tous les auteurs. Il y’a des études qui se font à ce sujet, les bases des contes se retrouvent toutes au même endroit, et au fil des temps les interprétations peuvent en faire deux contes totalement différents. » Elle arqua un sourcil après ça. « Pour le reste ce sont des secrets de conteur. Je ne peux pas tout vous reveler le premier soir. » Attrapant son verre et le finissant, elle remarqua qu’il n’etait pas le seul verre vide sur la table, et elle se releva. « Permettez moi de vous offrir une tournée à vous tous. » Elle ne manquait pas d’argent Sjaël, et elle avait peut être ce besoin de s’echapper un peu de ce groupe qu’elle s’était surprise à apprecier beaucoup trop, au point d’y être d’une confiance folle.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


« J’ai toujours eu tendance à creuser ma propre tombe je suppose. » Ikshän ne commente pas, trop heureux de voir le sourire fleurir sur le visage de la conteuse, un peu incertain de quelle serait sa réaction à se retrouver confrontée si soudainement à un exercice qu’elle conjugue désormais au passé. Les astres sont cléments ce soir, il faut croire. Il pousse le vice jusqu’à demander à sa compagne d’un soir une précision sur son processus de création, sur ces ombres d’autres histoires qui servent d’autant de teintes différentes aux histoires que sa voix dépeint. Il est loin d’être un expert dans cette discipline, pas même un novice averti, mais il est curieux et il passe assez de temps dans les tavernes pour se rappeler de quelques contes entendus lors de ces nombreuses soirées passées à écouter et lancer les dés. « C’est ce que font tous les auteurs. Il y’a des études qui se font à ce sujet, les bases des contes se retrouvent toutes au même endroit, et au fil des temps les interprétations peuvent en faire deux contes totalement différents. Pour le reste ce sont des secrets de conteur. Je ne peux pas tout vous révéler le premier soir. » La curiosité, il paraît, est un vilain défaut, un dont il n’a jamais su se guérir, mais il y croit de moins en moins quand il côtoie d’autres esprits aussi avides de découvertes et d’explications que lui depuis qu’il a rejoint le Lys Blanc.

Il a aussi l’impression que les choses deviennent plus claires quand il peut les coucher par écrits. « Ça ne vous intéresserait pas ? D’écrire certaines de ces études ou à propos de ce que certains contes peuvent nous apprendre sur les cultures passées de nos ancêtres ? » Il hausse les épaules avec un léger sourire. « Ce serait intéressant à lire, en tout cas. » Ce qui fonctionne pour lui, ne fonctionne peut-être pas pour autrui, mais Ikshän ne perd rien à essayer. Il sourit en la voyant se lever et hoche de la tête. « Une histoire et de quoi boire, vous nous gâtez mademoiselle. »  Non pas qu’il ira s’en plaindre. Ni lui, ni ses compagnons n’ont pour habitude de refuser un verre gratuit, bien au contraire. Les discussions reprennent leur train habituel alors que Sjaël s’éloigne. Ikshän ne peut qu’espérer qu’elle réfléchisse à cette question d’écriture, si éloignée de sa forme d’art habituelle, mais qui a été une planche de secours quand il était perdu et se sentait seul au monde et qui, peut-être, lui sera utile à elle aussi. Cela lui parait la moindre des choses que d’entrouvrir cette porte pour d’autres, comme elle a été entrouverte à l’époque pour lui-même.
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

@Ikshän Banerjee
Si tout avait toujours une saveur de légèreté qu’elle appréciait assez, elle ne pouvait nier qu’il y’avait le fantôme de la Sjaël passait qui rodait dans son esprit, tel un vieux souvenir dont elle ne parvenait à se défaire. Cependant, Ikshän avait un coté apaisant, peut être était il comme un baume qui se posait sur des blessures qu’elle essayait de nier. Peut être tout simplement y avait il des âmes comme ça, que les astres mettaient sur le chemin les unes des autres pour les remettre dans le droit chemin, pour leur donner une nouvelle envie de vivre ? Un nouveau but ? Car c’était ce qui était en train de se tisser n’est ce pas ? Ikshän ne tarda d’ailleurs pas à lui demander quelque chose, une question qui la fit reflechir, tant sa proposition semblait desinvolte.  Elle esquissa un sourire a ses mots. « Bien entendu que si. » Lisait il ses pensées ? Lisait il son passé ? « Avant de revenir… Enfin, j’ai passé plusieurs jours à Evrast, plusieurs mois à traduire de vieux contes, a prendre des notes sur eux, a en faire des etudes. Ça a toujours été un plaisir pour moi. »

Mais dans tout ça, il y’avait une proposition, il y’avait ce besoin de prendre l’air peut être un peu aussi. Ou du moins de prendre le large, alors elle s’eloigna pour leur ramener une tournée. C’était dur de penser qu’elle avait peut être une lueur dans ses ténèbres, que ce soit elle s’était amusée. Elle raconterait ça à Kælinn probablement, parce qu’elle avait besoin d’en parler à quelqu’un, et qu’elle ne savait toujours pas si elle devait lui en vouloir ou pas de l’avoir ramenée ici. Soit. Les verres étaient la desormais et c’est avec aisance qu’elle ramena un plateau à la tablée, esquissant un sourire à Ikshän. « Je vous dois bien ça. Pour vous remercier du moment. » Et puis la curiosité étant un défaut qu’elle n’avait que trop, elle reprit. « Vous lisez beaucoup ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


Ikshän laisse une question, proposition déguisée, comme une bouteille jetée à la mer et qui, peut-être, s’échouera sur le rivage d’une île déserte et ne sera jamais retrouvée. Pourtant, si elle réussit à trouver son chemin et à naviguer les courants, tous pourraient être gagnant. Elle, lui, et le Lys Blanc. Il y a un côté incongru pour Ikshän de penser à l’ordre alors qu’il est dans un quotidien où tout s’y oppose : jeux d’argents, traditions des conteurs dont l’art est avant tout affranchi des contraintes de l’écrit, alcool qui coule et compagnons qui n’hésitent pas un instant à parler politique, tout sauf neutrement. Plus important que tout ça, il y a Sjaël et son don pour conter les histoires, mais sa disparitions des tavernes et autres lieux de représentation, Sjaël qui semble si curieuse et si perspicace et qui mérite plus qu’amplement une opportunité.

« Bien entendu que si. Avant de revenir… Enfin, j’ai passé plusieurs jours à Evrast, plusieurs mois à traduire de vieux contes, a prendre des notes sur eux, a en faire des etudes. Ça a toujours été un plaisir pour moi.  » Il hausse un sourcil. « Des mois entiers ? » Cela montre une détermination et une rigueur qui lui ont fait cruellement défaut, au début, alors qu’il essayait d’écrire plus pour éviter de penser au passé qu’autre chose. Sjaël a du mérite, mais ça devrait probablement ne pas le surprendre autant venant d’une conteuse qui a déjà mémorisé tant d’histoires. « Et qu’avez-vous fait des résultats de vos recherches, si ce n’est pas indiscret ? Ca semble trop d’investissement pour ne pas en faire profiter d’autres personnes. » C’est après tout le principe fondateur de l’ordre : chaque membre doit apporter plus de savoirs à l’ensemble et nourrir la bibliothèque de ses propres études.

La discussion prend une pause alors que la conteuse commande de quoi étancher la soif de ses compagnons pour la soirée. Ikshän accepte le verre avec un sourire, trinquant avant de boire une gorgée rafraîchissante. « Je vous dois bien ça. Pour vous remercier du moment. » Un rire lui échappe, qu’il ne cherche pas à rattraper. Il secoue la tête. « Je ne sais pas s’il y a de quoi remercier, mais de rien. » Peut-être que ça lui fait plus de bien à lui qu’à Sjaël, d’avoir l’impression pour un moment d’être utile à quelqu’un d’autre et de venir en aide. C’est hypocrite comme action, il le sait, et pourtant ça n’enlève rien à l’effet, épaules moins lourdes et voûtées que lorsque le poids des échecs passés se fait trop lourd. Il n’est peut-être pas rendu insouciant, mais il est moins soucieux que d’ordinaire. « Vous lisez beaucoup ? » Ca le fait sourire. Lire a toujours été une constante dans sa vie, après tout. « On peut dire ça. Je viens d’un petit village où il n’y avait pas grand chose d’autre à faire pour un jeune garçon. Et une fois qu’on y a pris goût, lire est comme une vilaine habitude : c’est dur d’arrêter. Je ne vous pose pas la question, je suppose ? Ce doit être une sorte de déformation professionnelle pour vous.»
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

@Ikshän Banerjee

«  Des mois entiers oui. Les textes étaient fascinants, et puis j’ai ce coté déterminé qui m’empêche d’abandonner quand je suis lancée sur quelque chose. » Sans vraiment le realiser peut être qu’elle s’était mise à se vendre, la conteuse, peut être qu’elle s’était mise à vanter des mérites qu’elle avait, parce qu’elle n’était pas qu’une conteuse brisée qui n’avait plus d’avenir, parce qu’elle n’était pas que cette femme qui refusait de toucher a nouveau à son art, un art auquel ce soir elle avait gouté aprés tant d’années. Elle esquissa malgré elle un sourire un peu triste. « Ou peut être que tout simplement je n’avais rien de mieux à faire ? » C’est assez négatif finalement, son avis d’elle même, malgré les quelques lueurs qui reviennent parfois, elle n’est pas lucide vis à vis de ses capacités ou de ses talents, ou peut être tout simplement que lucide, elle refuse de l’être. Il a des questions en tout cas, et ça ne la surprend pas au fond qu’il soit intéressé par tout ça. « Je ne sais pas encore. Je suis partie sur un coup de tête.» Sur l’impulsion d’une de ses seules amies, d’une personne qu’elle a suivi au risque de tout abandonner. « J’ai laissé la plupart de mes travaux à un vieil elfe qui était intéressé par ceux ci, mais le recceuil de contes annoté, je l’ai emmené avec moi.» Il y’a cette confiance qu’elle ressent pour Ikshän en tout cas, il y’a cette confiance qu’elle ressent vis à vis de ses talents, de traductrice, d’ex conteuse, d’analyste aussi. « Si ça vous intéresse je pourrais vous l’emmener. » Une proposition de se revoir peut être. Elle n’a pas d’arrières idées, elle apprécie juste la compagnie de l’humain dont elle ignore encore le métier, mais au quel elle a envie de faire confiance. Il est nouveau dans sa vie, mais il a fait l’effet d’une lumière, ou d’un baume apaisant.

Une boisson, enfin, une tournée entière est offerte, et l’ex conteuse peut encore se le permettre. C’est un remerciement pour lui, et pour ces hommes qui lui ont offert un bon moment, loin de son attitude maussade de quelques heures plus tôt, quand elle n’avait en tête que l’idée et l’envie de fuir cette taverne où elle s’embourbait dans des pensées négatives. « Vous avez sauvé ma soirée. » C’est presque romancé, mais c’est une vérité si l’on creuse un peu. Sinon elle serait rentrée, peut être serait elle allée frapper à la porte de Kælinn pour l’ennuyer avec des racontards nostalgiques, ou peut être , plus probablement serait elle rentrée chez ses parents où elle vit encore quand elle est en ville, pour s’effondrer sur un lit, où son frère l’aurait reveillé le lendemain matin. Une question se pose en tout cas, et c’est avec interet qu’elle apprend qu’il ne vient pas de la capitale, que lire est une habitude, ça la fait sourire, parce qu’il est l’exemple type du public qu’elle apprécie, ceux pour qui la lecture est vitale, nécessaire. « Effectivement, si il y’a quelque chose que je n’ai jamais cessé de faire, c’est de parcourir de mes yeux la plupart des écrits. Si je peux me permettre, avez vous un conte preferé ? Une histoire peut être. Qu’est ce que l’enfant que vous étiez lisait avec des yeux emmerveillés et lit encore alors qu’il est maintenant un adulte ? » C’est une curiosité, c’est la facilité de leur conversation. Sur le moment, elle est bien. Elle est autre. Elle est nouvelle.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty


Il écoute, Ikshän, car c’est encore ce qu’il peut offrir de mieux. Il sourit, aussi, car il aime les gens déterminés, ceux assez obstinés pour aller au bout de leurs idées et vivre leurs projets. Quoique. Ça dépend du projet, il doit l’avouer. « Ou peut être que tout simplement je n’avais rien de mieux à faire ? » Il renifle à ce retour de la jeune femme triste, une tristesse qui a besoin de bien plus que d’une agréable soirée pour tourner les talons et arrêter d’assombrir les pensées de la conteuse. « Il y a beaucoup de gens qui n’auraient alors rien fait plutôt que de se consacrer aussi longtemps sur quelque chose. Ce genre de recherche est couteuse en énergie, alors ne soyez pas trop sévère en vous-même et soyez fière de ce que vous avez accompli.» Plus facile à dire qu’à faire, mais s’il ne peut pas donner de vides conseils, quel est l’intérêt d’avoir atteint les quarante ans et de continuer à hanter les tavernes ? Les années doivent donner plus qu’une sensibilité accrue au froid et des douleurs aux genoux, sinon il a quelques réclamations à faire.

Vient ensuite la question du fruit de ce travail acharné. Si Ikshän aurait préféré que la jeune femme dénote d’un peu plus d’intérêt pour ce qu’elle a elle-même fait, il ne doit pas s’estimer surpris pour autant. C’est un projet personnel, sans doute, pas quelque chose qui a été pensé pour un compte rendu ou une étude d’aucune sorte dès le départ. Au moins n’est-ce pas laissé à l’abandon et quelqu’un d’intéressé par le sujet a-t-il pu garder les avancées faites par la conteuse et la vision particulière qu’elle a porté sur ces contes. Au moins a-t-elle toujours le coeur du sujet avec elle, rappel de ce qu’elle peut accomplir, que ce soit par inoccupation ou détermination, ou encore un savant mélange des deux. « Oh, ça m’intéresse beaucoup, oui. » Comment dire non à une telle offre ? Sjaël n’est pas la seule à aimer s’occuper l’esprit, surtout quand celui-ci se tourne vers la mélancolie. « Je serais curieux de voir comment les contes sont décortiqués et analysés par quelqu’un qui en a fait son métier, je dois avouer. » Il a beau être borné et résistant au changement, Ikshän apprécie à percevoir le monde à travers les yeux d’autrui de temps à autre. Et il ne voit aucun mal à encourager une nouvelle rencontre entre Sjaël et sa personne.

De la même façon, il n’a aucun mal à accepter une boisson gratuite. Il précise quand même douter de son mérite, avant que Sjaël ne le déclare sauveur de soirée, ce à quoi il rit de bon coeur. « D’accord, à ça je veux bien toaster alors. » Lui et d’autres qui ne se font pas faits prier pour célébrer l’arrivée de verres payés. Plus tard, c’est tout naturellement que la discussion se dirige vers les livres et l’univers de la lecture, activité qui prend la forme d’une évidence quand elle a été cultivé si jeune que pour Ikshän et quand elle lui a alors permis d’échapper à un quotidien trop étouffant pour un gamin en mal d’aventures. Il ne doute pas un instant que la conteuse y consacre un temps important. « Effectivement, si il y’a quelque chose que je n’ai jamais cessé de faire, c’est de parcourir de mes yeux la plupart des écrits. Si je peux me permettre, avez vous un conte preferé ? Une histoire peut être. Qu’est ce que l’enfant que vous étiez lisait avec des yeux emmerveillés et lit encore alors qu’il est maintenant un adulte ? » La question est plus compliquée qu’il n’y parait. Il y a un livre, oui, un qu’il chérit, qui était son préféré et sur lequel il a insisté pour qu’une sirène illettré fasse ses premiers essais de déchiffrage de la langue. Un qu’il a conservé, mais qu’il ne ressort presque jamais. Ce n’est plus l’émerveillement qu’il représente, mais tout ce qu’il a perdu, tout ce qu’il n’a jamais vraiment eu et le fait que, même une fois grand, son aventure ne s’est jamais faite que par procuration, par emprunt d’un peu de temps et d’affection. C’est amer. Ce n’est pas ce qu’il veut pour ce soir. « Il y en a une, peut-être, même si je ne sais pas si on peut parler d’un attachement aussi fort que ce que vous mentionnez. » Il hausse les épaules, prend une gorgée de sa boisson. « C’est l’histoire du garçon qui voulait voir les sommets. » Il songe que Sjaël connait déjà, mais c’est peut-être à son tour de conter, ce qu’il fait avec un peu de maladresse et en résumant surement quelques passages.

L’histoire est pourtant agréable : un enfant vivant dans une vallée, qui a toujours rêvé d’explorer les sommets où personne ne s’aventurait. Pourquoi pas ? Parce que c’est dangereux, tu risques de tomber. Parce qu’on est si bien ici, au soleil et près de la rivière, alors que c’est si aride là haut, pleins de cailloux, et d’herbe éparse. Parce qu’on ne se pose pas toutes ces questions. Alors il essaie, de plusieurs manière, essuyant échecs après échecs. Quand il arrive enfin au sommet, un vieil homme l’accueille, à sa plus grande surprise, car il croyait l’endroit désert. C’était autrefois un enfant, comme lui, qui rêvait des sommets et qui a tout fait pour faire de son rêve une réalité. Il n’y a pas grand chose de plus à en dire. Seulement Ikshän apprécie que les autres personnages ne soient pas dénigrés pour leurs aspirations plus simples et calmes, que le garçon soit tout de même aidé et encouragé à poursuivre son rêve, que les villageois réfléchissent avec lui et tentent de le guider vers de nouvelles idées et, surtout, qu’un rêve si farfelu se retrouve avoir été partagé par au moins une autre personne quand le petit garçon se croyait si seul et différent de tous. Ça ne vole pas haut, si on lui permet le jeu de mot, mais c’est un conte agréable. « Et j’aime entendre les différentes versions, je l’avoue. Chaque conteur ajoute des petites tentatives différentes du garçon ou des personnages qui donnent de nouveaux conseils, alors on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Et vous alors ? Il y a-t-il un ou plusieurs contes en particuliers qui vous ont donné l’envie de devenir conteuse ?»
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Sjaël Gil'Vargën
Sjaël Gil'Vargën

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 07/08/2019
✧ Orbes : 143
✧ Opales : 916
✧ Faceclaim : Rooney Mara
✧ Crédits : arte (pour la signature on verra aprés)
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Auteur & Conteuse
✧ Idéologie : Neutre
✧ Guilde : Lys Blanc

ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

@Ikshän Banerjee


Quoi qu’elle puisse faire Sjaël, il resterait en elle des morceaux de cette fille brisée et blessée, cette femme triste à qui la vie avait arrachée quelque chose de beau. Et pourtant, elle refusait de se laisser caracteriser par cette simple tristesse, par ce simple drame. Non, elle était bien plus que ça Sjaël, et par-dessus tout elle était une conteuse, quelqu’un qui avait passé sa vie a apprendre pour mieux conter, pour mieux enseigner aussi. Et ça ne changeait pas. Même si elle avait passé des années loin de tout et loin de sa mission principale, il y’avait toujours eu en elle l’etincelle du savoir. C’était celle du partage qu’Ikshän rallumait néanmoins ce soir, Une flamme qu’elle pensait morte en même temps que l’incident était survenu. Et peut être… Peut être qu’il suffisait de peu ? Elle se surprit alors sous les paroles de l’humain plus agé, a se fendre d’un leger sourire. Un hochement de tête, et un simple merci suffiraient.

Mais il y’avait davantage et c’est avec un entrain limité, mais entrain tout de même qu’elle lui proposait une future rencontre, où il pourrait peut être juger par lui-même. « J’espere que cela vous plaira. » Et elle était sincère Sjaël. Quelques fois, ça lui arrivait. Ce soir était une belle soirée finalement, malgré les hauts et les bas que ses émotions avaient pu subir. Elle était heureuse que cet homme soit venu la chercher, et qu’il ait lancé une conversation de la quelle elle n’avait pas réellement songé à s’echapper. Alors il y’eut un toast. Et c’est avec un sourire plus leger, comme si pour l’espace de quelques minutes ses maux disparaissaient, qu’elle porta le verre à ses levres, continuant la conversation.

Et elle ne savait pas spécialement que cela pouvait le conduire a penser à des choses plus tristes. Elle n’en avait aucune idée de sa vie, et elle aurait aimé peut être en savoir davantage car les moments des autres, leurs existences, etaient de l’or pour une conteuse douée. Ce soir, ce n’était pas le cas, ce soir elle écoutait Ikshän lui parler de ce conte qu’elle connaissait bien sur, mais dont le resumé, dont l’explication lui apporta un nouveau sourire. « Je l’apprécie beaucoup également. Il me semble avoir eu l’occasion de l’entendre une ou deux fois. » Surtout dans des petits villages, elle avait meme eu l’occasion de le conter une fois, c’était il y’a si longtemps. Les choses étaient differentes maintenant. Et la question lui fut retournée, sans que cette fois elle ne s’en sente triste ou mise au pied du mur. « Oh. » Glissant les doigts autour de son cou, pour y serrer un pendentif qu’elle fit disparaitre immediatement en se rendant compte de son geste, elle répondit avec un air plus reveur et néanmoins serieux. « Le conte de tout à l’heure est probablement l’un de mes préferés. Rever de toucher le soleil, de toucher à mieux, et se bruler les ailes. » Et ses yeux cette fois se perdirent dans le sombre de sa boisson.

« Cependant, d’aussi loin que je m’en souvienne, le premier conte qui m’a donné envie de devenir conteuse, est une simple histoire qu’un voyageur nous a raconté un soir. C’est une histoire banale, celle du greyhand exilé et de la torche magique. Ou, quelles que soient ses variantes. » Et sans même y être invitée, elle commenca à conter, y mettant ton et mouvements. C’était une histoire banale, un ancien greyhand qui rentrait chez lui après de longues batailles, et qui au detour d’un sentier croisait une nymphe lui demanda de l’aide pour sortir une lanterne magique du fond d’un arbre, gardé par de cruels molosses. L’histoire continuait, le greyhand avare et un peu imbus de lui-même, conservait la lanterne et trompait la nymphe, en s’enfuyant avec toutes les richesses qu’il pouvait trouver. Vivant de faste et de bonheur grace aux richesses « volées » ce n’est que quand il finit par en venir a bout qu’il retrouva la petite lanterne au fond d’une de ses poches, et l’allumant par curiosité, il fit venir à lui trois loups qui exaucerent ses souhaits. « Le fait que la morale ne soit pas vraiment bonne, que le greyhand ne soit pas un héros comme dans la plupart des contes, et que malgré son égoïsme, il finisse heureux à sa manière. Ça m’a donné je suppose l’envie de pouvoir conter des histoires comme celle-ci, sortir des sentiers battus, loin de ce que l’on attend d’un conte. Montrer qu’il y’a autre chose que des fausses histoires qui finissent toujours bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
ikshän — what is a storyteller without a soul to rely on
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Opal Crown :: Halles commerçantes-
Sauter vers: