AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Bottins  Annexes  Animations  Flood  
Membres à l'honneur
Félicitations à Orion et Sjael !

Fermeture du forum
nous vous remercions pour cette
incroyable aventure
Ils sont attendus

Le Deal du moment : -15%
Réduction de 15% sur la console Nintendo Switch ...
Voir le deal
196.29 €

Partagez
 

 [FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl

Aller en bas 
AuteurMessage
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

We used to play outside when we were young and full of life

La capitale, c’est ce qu’il a toujours voulu, Ikshän. Ce n’est peut-être pas les conditions idéales, effectivement, mais on lui a dit plus d’une fois qu’il fallait se méfier de ce qu’on souhaitait. Il y a de la sagesse dans les dictons populaires. Pourtant, il se sent enfin vivre, le jeune fils de pêcheur. Plus question de faire demi-tour et de rentrer au village ! Le bateau, les filets et l’odeur des poissons, il laisse tout ça à quelqu’un d’autre, et ce sans une once de regret. Ici, il y a bien plus. Il y a de la vie, partout où se posent les yeux. Des richesses aussi. La bourse d’Ikshän teinte de ses prises du jour, autrement plus rentables que tout ce que son père peut ramener en une semaine de travail acharné. Ça ne lui aura pris qu’une après-midi. Il est sur son chemin pour retrouver Ebraheim et Àdlai. Les deux autres n’ont certainement pas chômé et il a un empressement presque enfantin à comparer leurs butins. Jusque là, la sirène est toujours arrivé vainqueur, mais Ikshän compte bien le battre, un jour ou l’autre.

Et il a peut-être trouvé le moyen pour ça. Il ralentit le pas, regard happé par un homme à la riche tenue. Ce n’est pas tous les jours qu’on voit ça ici. La cape ne fait pas grand chose pour dissimuler l'opulence presque insolente, pas plus que la grimace de dégoût qui tord les traits aristocratiques. L’homme n’est pas là par choix. Deux enfants s’avancent vers lui, mains tendues, yeux remplis d’espoirs, ventre sans aucun doute bien vides. « Qu’est-ce que tu crois faire ? » La voix claque, puissante et impérieuse, à l’instant où une petite main se resserre et tire timidement sur la cape. L’homme se dégage d’un geste impatient qui envoie l’enfant à terre. « Estime toi heureux que je ne te fasse pas arrêter. Des graines de voyous comme toi, j’en ai mâté plus d’un ! » Oh, mais ça ne fait que fixer la première idée d’Ikshän plus fermement dans son esprit. Maintenant, c’est un défi.

Il peut parfaitement entendre la voix d’Ebraheim lui faire la leçon, lui rappeler de ne pas prendre de risques et de s’en tenir à des cibles faciles, mais il n’apprendra jamais en continuant ainsi. Maintenant il a l’avantage : il connait le quartier comme sa poche et sa proie y est visiblement un intrus. Si le besoin s’en fait sentir, il peut le semer. Puis Ikshän n’a jamais été du genre à renoncer à la tentation. Profitant de la foule qui se presse dans les rues, il prend le riche inconnu en filature. Pour l’instant, il ne peut pas se risquer à l’approcher de trop près : il lui faut espérer que l’homme soit distrait par quelqu’un ou par quelque chose ou qu’il se décide à entrer dans une des tavernes. Il peut patienter, Ikshän, il sait faire. En revanche, il ne veut pas partager. Le plus longtemps il attend, le plus difficile ce sera d’agir avant un autre voleur plus expérimenté.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Köl Azalaë
Köl Azalaë

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 09/06/2019
✧ Orbes : 325
✧ Opales : 2271
✧ Faceclaim : Lesley-Ann Brandt
✧ Crédits : arté
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_inline_oyezfvvPrc1rxppp7_500
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : Chamane - soigneuse - supervise le funérarium
✧ Idéologie : Neutralité qui s'effrite
✧ Clan : Aigles des steppes (clan) - Hibou Grand Duc (totem)

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

Köl n’était pas à la fleur de l’âge, mais elle était déjà une belle fleur, épanouie dans les découvertes de la vie qu’elle faisait autour du globe avec son titre d’apprentie chamane. Elle n’était qu’expérimentation, rencontre avec le paranormal et le surréel. Elle se liait avec l’esprit de la terre et celui de l’Aigle des Steppes. Elle pourchassait le savoir, comme ces oiseaux de proies qui traquaient des rongeurs à des dizaines de mètres dans les airs. Köl était en apprentissage et elle était plus dangereuse que lors de ses quarante ans. Car elle ne connaissait pas encore ses limites et qu’elle était toujours partante pour les repousser plus loin. Elle ne s’était pas encore brulée les ailes, et elle avait l’assurance des jeunes esprits qui ne croyaient pas en l’impossible. Köl était jeune, vive, intelligente. Köl ne portait pas encore les plumes de vautour, ni du corbeau. Köl, pourtant, était déjà mère de deux petits oisillons qu’elle récupérait des bras des autres changeformes avec lesquels elle vivait dans le quartier du commerce. Köl était sauvage et farouche.

Köl était beaucoup de choses, pierre précieuse qui reflétait tant aspects, gonflé d’une magie particulière. Köl, surtout, se retrouvait dans ce quartier d’Erendhel pour une raison dont elle ne saurait se souvenir, bien des années plus tard. Non, ce qu’il comptait, c’était la personne qu’elle était sur le point de retrouver : Ikshan. Ils s’étaient rencontrés dans un bar miteux, quelques semaines auparavant, autour d’une table de jeu qui deviendrait l’un de leur rituel. Ils avaient sympathisé, et quand elle le reconnut, elle passa un bras autour de son épaule, l’attirant jusqu’à lui. « Eh bien eh bien, qui est-ce que je ne suis pas étonnée de croiser ici. » Le quartier n’était pas réputé pour sa sécurité, et elle savait que Shan n’avait plus rien du petit pêcheur qu’il avait un jour été. « Qu’est-ce que tu fais par ici ? » Oh, elle se doutait bien qu’elle dérangeait en plein milieu du marché noir, mais elle n’en avait cure. Il fallait dire que le jeune voleur serait bien plus amusant que les quelques emplettes qu’elle avait initialement prévues. Ainsi, elle le regarda avec son sourire de mauvais enfant, se tenant sans le savoir devant la proie de Shan. Ce riche qui, s’il avait assez de malheur qui tournaient autour de lui, se verrait affublé d’une deuxième calamité qui le poursuivrait également.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

We used to play outside when we were young and full of life

Ikshän, il n’a pas le talent d’Ebraheim pour se faire tout petit, presque invisible, ni le don d’Àdlai pour charmer son monde, accaparer l’attention, et la garder loin de ses mains agiles. Cependant, Ikshän n’est pas mauvais. Il rapporte sa part de pièces et de bijoux précieux, sans compter les mets épicés qu’il aime dérober sur les étalages des marchands de rue quand il a un creux ou qu’il veut offrir un bon dîner à ses amis. C’est que Ikshän a un don pour choisir le bon moment. Il est le premier surpris : il se sait impatient et parfois trop imprudent. Pourtant, il n’a pas de mal à garder ses distances jusqu’à ce que sa cible lui semble suffisamment distraite. Il ne se l’explique pas vraiment, si ce n’est qu’il aime ces petites filatures qui lui permettent de voir à quoi ressemble la vie de ces autres inconnus, ne serait-ce que pour une poignée de minutes. Des fois, ça va vite : une rue bondée, une personne distraite par un coup d’épaule ou un spectacle itinérant, et il repart avec une bourse ou un bracelet en main. Il a dû pratiquer pour en arriver là : des heures et des heures d'entraînement sous l’oeil vigilant d’Ebraheim. Il a aussi goûté plus d’une fois aux conséquences d’un vol mal exécuté, continue d’ailleurs à en faire l’expérience de temps en temps.

Ce n’est pas quelque chose qu’il tient à répéter. Alors Ikshän garde ses distances et prend son mal en patience. Il se mêle aux flâneurs plus ou recommandables sans jamais perdre des yeux le riche personnage qui a attiré son attention. Du moins, il essaie. Ce n’est pas exactement chose aisée quand une jeune femme connue et reconnue passe un bras autour de ses épaules. « Eh bien eh bien, qui est-ce que je ne suis pas étonnée de croiser ici. » Il aimerait dire partager le sentiment, Ikshän, mais la vérité est qu’il ne s’attendait pas à recroiser Köl ici. Encore moins maintenant. « Qu’est-ce que tu fais par ici ? » Un coup d’oeil rapide autour de lui et il reprend sa marche, entraînant la brune avec lui, un bras autour de sa taille. « Disons que je travaille. » Il n’a aucune honte associé avec son activité, même s’il évite de crier son statut de voleur sur les toits. Ce serait juste contreproductif. « Et que me vaut le plaisir de ta compagnie ? »

La discussion n’est pas malvenue. Au contraire, elle l’aide à se fondre un peu plus dans la foule anonyme des badauds Ils ont quelques minutes pour échanger des banalités -autant que quelqu’un puisse appeler une discussion avec Köl banale- avant que Ikshän ne s’arrête de marcher. Sa cible s’est éclipsée dans l’échoppe poussiéreuse d’un antiquaire, chose plus que curieuse car il ne doit pas manquer de marchands dans le genre dans les cercles plus riches. Soit. Qui est Ikshän pour juger des activités paralégales de ses concitoyens ? Ne pas jeter la première pierre et tout le tralala. « Tu penses que tu pourrais me donner un petit coup de main ? » Une autre chose qui ne le dérange pas : profiter des opportunités que le hasard a créées. « Tu t’estimes plutôt bonne actrice ? » Autant évaluer l’opportunité en question avant de jeter les dés. Si Ikshän peut avoir une meilleure idées des talents de son amie, peut-être qu’il pourra forcer le moment opportun à se produire plus vite.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Köl Azalaë
Köl Azalaë

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 09/06/2019
✧ Orbes : 325
✧ Opales : 2271
✧ Faceclaim : Lesley-Ann Brandt
✧ Crédits : arté
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_inline_oyezfvvPrc1rxppp7_500
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : Chamane - soigneuse - supervise le funérarium
✧ Idéologie : Neutralité qui s'effrite
✧ Clan : Aigles des steppes (clan) - Hibou Grand Duc (totem)

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

Il avait l’air concentré, Ikshän et Köl ne pouvait que s’empêcher de sourire, oiseau fouineur qui aimait faire des siennes. Elle ne l’avait jamais vu comme ça, penché sur un problème qu’elle ne voyait pas encore. Ainsi, elle suivit son regard, laissant son intuition la guider, pour tomber sur une figure bien ronde, bien riche. « Et je ne doute pas que tu as un travail admirable. » Elle n’en dirait pas plus, la changeforme. Ils ne s’étaient pas rencontrés dans un des lieux les mieux famés de la ville, Köl n’aimait pas ça, les hommes trop sages – il n’y avait qu’Icare qui faisait exception à cette règle, l’exception d’une vie, surement. Et quand il s’enquit de sa présence, le jeune hibou haussa ses épaules avec une nonchalance caractéristique de son âge. « C’est une rencontre fortuite, mon ami. » Et elle échappa un rire, alors qu’il passait son bras autour de sa taille, la joignant à sa charmante besogne avec un naturel plus qu’amusant. « Mais il semblerait que tu aies déjà trouvé une manière d’en tirer parti. » Il y eut un semblant d’adrénaline qui courut sous sa peau, ce fut pareil à ces rapaces qui se préparaient au premier vol d’une longue série.

Ils suivirent l’individu gros et gras de loin, Köl le suivant à peine du regard, laissant son attention trainer sur les boutiques peu recommandables, se mêlant avec aisance dans cette foule qu’elle ne connaissait que trop bien, maintenant. « J’ai cru que tu ne demanderais jamais ! » Dit-elle avec un amusement qu’elle ne prenait même pas de cacher, l’apprentie chamane. Ses mains se serrèrent avec une joie caractéristique autour du bras d’Ikshän qu’elle avait saisi pour parfaire cette fausse image d’un couple qui flânait. « Je ne dirais pas que je suis bonne actrice, mais je suis une bonne menteuse. » Pour elle, il y avait une légère différence, une distinction qui était importante de mettre. « Tu ne sais toujours pas quand je bluff, non ? » Ce n’était pas vraiment compliqué pour elle, douée de nature avec tous les jeux de hasard. Non pas qu’Ikshän ait besoin de savoir cela dans l’immédiat. Un jour peut-être, quand elle serait lassée de le dépouillé aux cartes.  « J’aime l’improvisation. » Et surtout, elle aimait le chaos, secouer les plumes de tout ce beau monde pour y voir ce qu’il se passerait. Elle ne doutait pas qu’elle aurait son lot de surprise aujourd’hui. Après tout, elle avait bien croisé Shan sur le point de commettre un délit quelconque. « Qu’est-ce que je dois-faire ? » Murmura-t-elle, prête à se faire complice de n’importe quel vice.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

We used to play outside when we were young and full of life

Köl est perspicace. Si Ikshän a fait l’erreur de la sous estimer la première fois qu’ils se sont rencontrés, il a vite été corrigé. Il ne devrait donc pas être surpris quand elle comprend facilement ce qui occupe son esprit à l’instant présent, ce qui l’empêche de lui accorder toute son attention malgré la surprise de tomber sur elle ici. « Et je ne doute pas que tu as un travail admirable. » Il sourit, amusé en dépit de lui. Le brun trouve ça admirable, en effet, la dextérité et le talent requis pour vivre des fruits de leurs larcins, même si les trois amis ont tous une façon de s’y prendre différente de celles des autres. Il y a toujours cette vivacité et cette discrétion indispensables. Il se contente pourtant de hausser les épaules. « Il faut bien que je me remplume. Jouer avec toi coûte cher. » Il lui adresse un sourire entendu : il a beau continuer à parier, il continue aussi à perdre. C’est qu’en plus d’être perspicace, la jolie brune est aussi difficile à cerner. Par exemple, s’il sait exactement ce qu’il fait ici, au milieu de ces rues bondées et pauvres, il ignore pourquoi Köl vient s’y perdre. Il ignore beaucoup de choses sur elle. Pourtant les découvrir au fur et à mesure semble plus distrayant que de poser les questions de but en blanc. « C’est une rencontre fortuite, mon ami. Mais il semblerait que tu aies déjà trouvé une manière d’en tirer parti. » Ebraheim lèverait les yeux au ciel en voyant sa tête et lui grognerait de ranger son air innocent, que ça ne trompe plus personne depuis bien longtemps; Il a surement raison sur ce dernier point. Comme sur bien d’autres. « Ce serait criminel de ne pas faire honneur à un tel hasard. » Il s’amuse tout seul des termes soigneusement choisis, encore jeune et imprudent, ravi par un simple jeu de mots anodin.

Le passage dans la boutique d’antiquité le ravit moins. Une part de lui meurt d’envie de continuer de filer le riche homme pour découvrir quelle est son histoire, ce qui l’a motivé à descendre dans ces bas quartiers et ce qui se trame devant cette devanture de magasin bien tranquille. Il a toujours rêvé d’aventures et de complots, Ikshän, mais ce n’est pas l’objectif du jour. Il lui faut simplement une bourse bien remplie pour enfin battre Ebraheim à son propre jeu. L’aide de Köl ne serait pas de refus pour ce petit tour de force. « J’ai cru que tu ne demanderais jamais ! Je ne dirais pas que je suis bonne actrice, mais je suis une bonne menteuse. Tu ne sais toujours pas quand je bluff, non ? » Au moins la jeune femme se montre-t-elle enthousiaste à l’idée. Il plisse les yeux en sa direction. « Un jour je saurais faire la différence, et tu seras bien embêtée quand ça arrivera. » Non mais, il a son honneur le petit voleur ! « En attendant, ce talent peut s’avérer utile, tu ne crois pas ? » Il ne perd pas le nord ; une chose est sûre, Ikshän a toujours été un homme têtu. Heureusement, Kôl est déjà toute convaincue. « J’aime l’improvisation. Qu’est-ce que je dois-faire ? » Il fronce les sourcils, regard fixé sur la porte de la boutique, esprit bien affairé à évaluer les possibilités. Entrer est un risque : il n’y aura pas beaucoup de monde, vraisemblablement, et ils n’en sauront que plus reconnaissables. Ceci dit, on ne sait pas quand une distraction pourra se présenter, le seul moyen est d’en créer une, et dans un espace si restreint, le piège n’en serait que plus efficace… Il retient un geste de main vers sa propre bourse alors qu’un scénario se forme dans sa tête. Il sait combien de pièce il a récolté dans la journée, pas besoin de le vérifier au toucher. « On entre pour chercher un objet que ta pauvre soeur a été obligée de vendre mais que nous pouvons maintenant racheter. » Ce n’est pas rare dans ce genre d’endroit. « Si tu es plus douée pour mentir que pour jouer la comédie, il vaut mieux que je sois celui qui simule le malaise. Tu cours chercher un médecin et en profite pour ramener le plus de monde possible dans la boutique pour voir ce qui s’y passe. L’endroit devrait être suffisamment bondé pour qu’on puisse en tirer partie. » Il se tourne vers elle, délaissant son air pensif pour un sourire de sale gosse si familier sur son visage. « Qu’est-ce que tu en penses ? » Il est plus habitué à élaborer ce genre de plans avec Ebraheim à ses côtés et un peu plus rassuré car l’autre brun a plus d’expérience dans ce domaine. Mais lui et Köl vont très bien se débrouiller. Pas vrai ?
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Köl Azalaë
Köl Azalaë

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 09/06/2019
✧ Orbes : 325
✧ Opales : 2271
✧ Faceclaim : Lesley-Ann Brandt
✧ Crédits : arté
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_inline_oyezfvvPrc1rxppp7_500
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : Chamane - soigneuse - supervise le funérarium
✧ Idéologie : Neutralité qui s'effrite
✧ Clan : Aigles des steppes (clan) - Hibou Grand Duc (totem)

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

L’oiseau de malheur eu un sourire énigmatique sur ses lèvres, quand Iksän fit notion à son bluff. S’il croyait encore que c’était la raison pour laquelle il perdait, alors oui, jouer avec elle lui couterait cher à de nombreuses reprises à venir. Mais elle aimait préserver ses secrets, Köl. A quoi cela servait-il de lui dire que ce n’était pas le même genre de talent auquel il pensait avoir à faire ? Elle n’irait quand même pas lui dire que la chance pouvait être contrôlée. Lui faire croire que c’était du bluff était une solution amusante pour le moment. Et elle ne mentait pas vraiment, quand elle disait qu’elle était une bonne menteuse. Car rien ne changea sur son visage, seul l’amusement visible sur ses traits si jeunes. C’était à peine si elle paraissait concentrée, alors qu’il expliquait le début de son plan. Ses doigts jouaient sur la manche d’Ikshän, triturant le textile. Elle visualisait l’endroit, les potentiels clients. Elle retint un rire quand son ami évoqua un malaise, un grain de malice s’éveillant dans son regard.

Ikshän était intelligent. Pour qu’il parvienne à élaborer un plan aussi vite prouvait qu’il était débrouillard. Serait-ce suffisant pour les aider à obtenir l’objet de ses désirs ? « Si tu es après lui, penses-tu qu’il serait vraiment du genre à se soucier de ton état ? » L’index de Köl se posa sur ses lèvres, son ongle, effleurant sa commissure. « Les généreux ne sont pas riches. » Ce même doigt se dressa dans les airs, puis, elle pointa un objet quelconque de ces étales du marché noir. « Plus encore, ce n’est pas vraiment l’endroit non plus. » Tout ce qui faisait la mauvaise réputation d’Eredhel gravitait autour d’eux, et le voleur et la chamane collaient très bien au cadre, le hibou plus qu’à son aise dans son élément. Elle fit mine de réfléchir encore, son autre main abandonnant finalement le côté d’Ikshän pour chercher dans ses poches un baton de Mélion, qu’elle s’alluma rapidement. « Pourquoi ne pas faire croire que c’est un objet de l’antiquaire qui t’a fait perdre connaissance ? » La magie fascinait tout le monde, et ce qui était empreint de celle de la Mère attirait toujours son lot de badauds. « Ça pourrait attirer son attention, et ce serait l’antiquaire qui serait plus facilement remis en cause, que toi. » Ikshän était intelligent, oui, mais il n’était pas le seul. Köl avait cette soif de faire ses preuves, de tester les possibles et les inimaginables, teste les limites des différentes espèces. Une soif de chaos et d’aventures. Et elle espérait obtenir son saoul aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

We used to play outside when we were young and full of life

Le plan est un classique, mais un classique risqué. Ikshän ne voit pas trop comment tourner autrement la situation à leur avantage, alors le risque lui semble néanmoins en valoir la chandelle. Il n’a pas besoin de cet argent. Pas vraiment. Il en a juste l’envie et l’ambition de prouver qu’il peut y arriver. « Si tu es après lui, penses-tu qu’il serait vraiment du genre à se soucier de ton état ?  » Il grimace. Il est peut-être encore un peu trop naïf -les dires de Ebraheim, pas les siens-, mais il n’est pas complètement idiot. Ce qu’il a vu de ce riche malotru ne lui redonne pas foi en l’humanité, c’est certain. « Les généreux ne sont pas riches. Plus encore, ce n’est pas vraiment l’endroit non plus. » Il hausse les épaules. « Je ne compte pas faire appel à sa générosité et encore moins à sa sollicitude. Mais il semble bien embêté pour venir faire un tour aussi loin de son cercle habituel. Le propriétaire de la boutique ne voudra pas qu’on s’entende dire qu’il ne vient pas en aide aux clients faisant des malaises chez lui et, quoi qu’il soit venu chercher, ça m’étonnerait que notre cher seigneur daigne partir sans. » Ca fait beaucoup de conditions qui s’amoncellent. Même à ses oreilles, tout cela sonne comme une justification un peu creuse pour se donner l’air plus intellignet, petit orgueil un brin froissé. Mais on ne survit pas longtemps comme voleur débutant si on s’arrête à chaque fois que sa fierté doit en prendre un coup. Ikshän soupire. Il adresse un sourire d’excuse à son amie, conscient qu’elle ne méritait pas ce discours vexé pour avoir pointé du doigt le défaut dans sa réflexion. « Mais tu as raison. On doit pouvoir faire moins hasardeux. »

Il ne faut qu’il oublie que Köl est d’accord pour l’aider, sans poser de questions ni rien, alors autant essayer de faire le moins risqué possible. Puis de la laisser aider, aussi, ce serait pas mal. « Pourquoi ne pas faire croire que c’est un objet de l’antiquaire qui t’a fait perdre connaissance ? » Ikshän cligne des yeux plusieurs fois. Il a beau convenir du fait que son plan manque de raffinement, celui-là lui échappe presque complètement. A moins que Köl ne décide de l’ensevelir sous une avalanche de lourdes bibliothèques et étagères, mais il préfère passer son tour. Chacun son délire, si seulement elle veut bien garder sa vie privée… et bien, privée justement. « Ça pourrait attirer son attention, et ce serait l’antiquaire qui serait plus facilement remis en cause, que toi. » Pour attirer l’attention, il veut bien la croire, en effet. Incertain, il préfère ne pas jouer le gars qui a tout compris et poser sa question, au risque de paraître un peu lent du cerveau. « Qu’est-ce que tu entends par faire croire que c’est un objet qui a provoqué ma perte de connaissance ? Parce que je suis partant pour pas mal de chose, mais j’aimerais autant ne pas me casser un os aujourd’hui. » Ca ferait râler Ebraheim.

Une fois les choses expliquées, Ikshän se sent en effet bien bête de ne pas avoir considéré les choses sous cet angle. La magie, ça aidera encore plus à créer une ouverture, pour peu que leur cible s’y intéresse ou s’en méfie, et ça attirera facilement les curieux dans la boutique. Il peut même pousser le bouchon, si l’occasion se présente. « C’est super comme idée ! Merci, Köl, tu gères. Maintenant qu’on est d’accord, allons y ! »  D’ailleurs il réalise trop tard qu’un autre changement de script peut-être judicieux. Il ouvre la porte alors qu’il se fait la réflexion ; tant pis, Köl a déjà démontré plus d’une fois qu’elle a une sacrée capacité d’adaptation et ce n’est pas lui qui va la remettre en question. Ils interrompent visiblement une discussion à voix basse. Le regard suspicieux du vendeur lui fait aussitôt lever les deux mains en geste d’apaisement. L’endroit n’a pas bonne réputation, pas plus que les jeunes gens dans son genre qui le connaissent si bien. « On nous a envoyé chercher les bonnes affaires », il lance comme explication d’un ton peu aimable. C’est assez courant que de riches clients donnent quelques pièces aux locaux pour leur rapporter un objet qu’ils n’ont pas envie d’aller chercher par eux-mêmes. Se mêler à la foule, c’est à garder pour les cas spéciaux. Il attire Köl avec lui et déambule entre les étagères, laissant le temps aux deux hommes de reprendre leur conversation. Encore une minute. « N’oublie pas d’ameuter un maximum de monde. » Il murmure avec un clin d’oeil de sale gosse avant de prendre un main un pendentif, dos bien visible pour le propriétaire de la boutique et son illustre client du jour. Ikshän s’écroule sur le sol, renversant un plateau en argent travaillé avec lui pour faire bonne mesure. Il se demande si ajouter des convulsions à la scène aurait été de bon goût, mais il n’a pas assez confiance en ses maigres talents pour les simuler.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Köl Azalaë
Köl Azalaë

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 09/06/2019
✧ Orbes : 325
✧ Opales : 2271
✧ Faceclaim : Lesley-Ann Brandt
✧ Crédits : arté
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_inline_oyezfvvPrc1rxppp7_500
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : Chamane - soigneuse - supervise le funérarium
✧ Idéologie : Neutralité qui s'effrite
✧ Clan : Aigles des steppes (clan) - Hibou Grand Duc (totem)

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

Köl se retrouva à expliquer le fond de sa pensée, ce qu’elle entendait brièvement avec la magie. C’était une seconde nature, et elle n’avait guère songé qu’Ikshän n’aurait pas eu ce réflexe de songer à cette possibilité. Elle qui n’aurait jamais prévu sa vie baignée de magie, voilà qu’elle en oubliait presque que ce n’était pas commun pour tous. Elle en oubliait presque que Shän n’avait pas vécu toute sa vie à Eredhel, qu’il venait d’un simple village de pêcheur, où il n’y avait rien de mystique à vider les entrailles d’un poisson – le chamane du clan des saumons pourrait contredire ce point, mais elle ne s’était pas encore rendue jusqu’aux rivières qui protégeaient ses frères et sœurs changeforme. Soit, elle expliqua avec une patience rare, une patiente qu’elle n’avait que pour ce sujet et qui ferait qu’elle serait un bon maitre dans sa prochaine décennie.

Ce fut suffisant pour chasser le scepticisme du voleur et elle sourit devant l’entrain de son ami. Sur ce, ils pénétrèrent dans la boutique d’antiquité et, suivant les paroles improvisées elle laissa courir son regard sur les divers objets, cherchant quelque chose d’intéressant. Finalement, Ikshän s’intéressa à un objet quelconque, qui ne vibrait d’aucune particularité. D’un tour de poignet, elle tira sur la corde de la Magie Mère, d’une manière maladroite, qui éclaira la pièce d’une vive lueur orangée. Son comparse commença à tomber et elle le regarda choir, comme si elle ne comprenait pas la suite des évènements. Pour sa défense, elle fut un peu choquée du son du métal, et son sursaut fut sincère, alors qu’elle retenait les tremblements de ses tendons sous une incantation ratée. « Miriam ! » Prénom emprunté d’un passé lointain, elle se jeta contre son torse, le secouant par les pans de sa veste. « Miriam. Tu m’entends ? » Sans grande surprise, il n’y eut pas de réaction et elle leva les yeux vers l’antiquaire. « Qu’avez-vous fait ? » Ce fut dit bas et elle songea qu’elle pourrait revenir bien des jours plus tard, pour demander une compensation à ce vilain capharnaüm. « Vous vendez des objets maudits ? » Et elle se recula soudainement d’Ikshän, comme si cette fausse malédiction aurait pu l’atteindre également.

A défaut de pouvoir feindre la peur, elle serra un peu plus ses muscles, qui tremblèrent de la magie qu’elle avait secoué dans l’air. Elle se retourna alors jusque la porte, appelant les badauds qui s’étaient arrêtés suite au flash lumineux. « S’il-vous-plait, de l’aide ? » C’était plaisant, elle jouait si rarement les demoiselles en détresse. Elle se jeta vers l’un des curieux, qui se recula, ne voulant pas être mêler à cette histoire. « Que quelqu’un l’aide. » Et sans savoir si c’était son jeu d’acteur ou l’intérêt des choses magiques, mais plusieurs âmes s’avancèrent autour du faux Miriam, l’œil de la tempête.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

We used to play outside when we were young and full of life

Il remercie silencieusement Àdlai pour toutes les choses bizarres et inattendues qu’il a fait par le passé, sans le prévenir, simplement parce que ”Je le sentais bien, Shän, t’en fais pas”. Maudit gosse. Pourtant ça a l’appréciable conséquence d’avoir fait d’Ikshän un maître de l’improvisation qui ne se laisse pas facilement distraire par la tournure imprévisible des événements. Il ne dévie pas du scénario alors même qu’il peut discerner l’étrange lumière à travers ses paupières fermées, tâches oranges et rouges fleurissant au milieu du noir d’encre, impressions fantômes d’une agitation qu’il ne peut voir clairement. Il musèle sa curiosité et se laisse choir. N’empêche qu’il aurait aussi apprécié savoir qu’elle avait prévu de faire un truc dans le genre. Qu’elle peut faire un truc dans le genre. Köl n’est vraiment pas n’importe qui.

Ikshän n’a pas la position la plus confortable. Ce n’est pas son rôle préféré, il doit l’avouer, notamment parce qu’il n’aime pas être aussi vulnérable, muscles détendus et épaule un peu endolorie de sa chute, yeux fermés à tout ce qui se passe autour de lui et ouïe d’autant plus sensible. Il n’a aucune idée de la réaction de sa cible. Et il doit avoir confiance en Köl ce qui, maintenant qu’elle se relève après l’avoir secoué, lui apparaît comme quelque chose qu’il n’a pas assez réfléchi. Il ne sait pas grand chose de la jeune femme, si ce n’est qu’elle a un bluff d’enfer et une envie d’aventures qui brille dans ses yeux. Qui lui dit qu’elle ne peut pas en profiter pour le doubler ? Ou qu’elle ne sauvera pas ses plumes si les choses se compliquent ? C’est bien le moment d’y penser, Ikshän. Bravo pour t’être foutu dans de beaux draps de ta propre initiative, encore une fois.

Il entend quelques murmures pressées et excuses du vendeur, qui se défend de ne pas comprendre, ce n’est qu’un pendentif, quelque chose de tout à fait inoffensif, vraiment, puis les bruits de pas sur les tomettes poussiéreuses noient le reste. Finalement quelqu’un à la merveilleuse idée de le redresser et lui faire respirer des sels. L’odeur forte et abrasive ne peut pas le laisser indifférent. Il rouvre les yeux. Ses paupières papillonnent alors que plusieurs voix demandent à savoir comment il va et ce qu’il s’est passé. « Maxime », il murmure, voix rauque, cherchant Köl du regard. « Maxime ! Je l’ai vue, Max, ta mère, je l’ai vue près de la mer. » Quitte à ce qu’ils jouent la carte de la magie, autant la pousser jusqu’au bout, non ? « C’est cet objet, j’en suis sur. C’est lui qui m’a donné cette vision, et maintenant on sait enfin où elle est ! » Du coin de l’oeil, il ne manque pas le changement d’expression du riche homme qu’ils ont suivi jusqu’ici.

« Allons, allons, laissez ce jeune homme respirer et reprendre ses esprits ! » La magie intéresse, Köl a bien raison. Les curieux se reculent un peu mais restent dans la boutique et observent d’un oeil nouveau les objets d’apparence si mondaine offerts à leurs yeux. « Es-tu bien certain de ce que tu dis ? » Intéressé, mais prudent. Ikshän devrait se méfier de son regard calculateur, mais il n’y voit que la preuve qu’ils ont réussi à ferrer un beau poisson. « Je… Je pense, oui ? Maxime est plus sensible que moi aux influences magiques, elle pourra mieux vous dire. Mais c’est pour ça que nous sommes entrés ici, il y a beaucoup d’échos de magie dans cette pièce. » Il espère que ce qu’il dit fait un peu sens. Maintenant qu’il a attiré l’attention et que beaucoup de gens sont présents, il faut qu’il se fasse un peu oublier pour parvenir à dérober sa bourse au nez et à la barbe de cet homme.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Köl Azalaë
Köl Azalaë

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 09/06/2019
✧ Orbes : 325
✧ Opales : 2271
✧ Faceclaim : Lesley-Ann Brandt
✧ Crédits : arté
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_inline_oyezfvvPrc1rxppp7_500
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : Chamane - soigneuse - supervise le funérarium
✧ Idéologie : Neutralité qui s'effrite
✧ Clan : Aigles des steppes (clan) - Hibou Grand Duc (totem)

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

Cela ressemblait à ces histoire qu’une conteuse du nom de Sjaël lui raconterait bien des années plus tard. Des victimes d’une magie constante et bien présente, discrète mais réelle, qui chamboulait les vies, pour un meilleur ou pour un pire. Köl n’avait toujours aucune idée de la raison pour laquelle ils en avaient après le gros, le gras, bien qu’elle se doutait que c’était sa bourse. Mais pour l’heure, elle n’avait pas d’yeux sur lui, elle laissait ce plaisir à Ikshän, toujours allongé sur le sol. Elle s’amusait d’une autre manière, comédienne de dernière minute qui parvint à tirer quelques curieux par le bras à l’intérieur de la boutique, pour ajouter à la commotion, à la distraction. Et son ami s’anima, marmonnant un nom qu’elle crut comprendre être le sien. Bien, il était rapide à l’adaptation et elle se faufila entre les silhouettes, se jetant aux côtés du faux-Miriam. « Comment ? Mère ? » Elle porta ses mains à ses lèvres et pencha sa tête en avant, dissimulant son sourire avec ses longs cheveux noirs. « Où est-elle ? » Oh, et combien sa mère se serait amusée de la situation, si elle était là. Mais le corbeau reposait bien au Nord, dans l’un des nombreux char à voile qui coupait l’horizon.

Elle fut repoussée sur le côté par le gros, le gras et elle ne dit rien, prenant une brève inspiration. Elle profita de cet instant de pause pour observer le peuple qui ne quittait pas la scène des yeux. Tout ce qu’un charlatan avait besoin. Elle se demanda jusqu’où ils pousseraient le vice. Et elle n’eut pas besoin d’attendre, qu’Ikshän lui renvoyait la balle. « Mais Miriam, tu sais que… » Elle renifla, prit une seconde ou deux pour réfléchir sous cet air incertain qu’elle grossit sous le manque d’idée. Et elle rebondit de plus belle. « Il ne fallait pas le dire. » Une manière de gagner un peu plus de temps. Elle savait ce qu’il faisait, ce qu’il offrait, le voleur. Si elle se montrait comme le centre d’intérêt, peut-être pourrait-il s’emparer de ce qu’il cherchait. « Et regarde dans quel état cela-t’a mis ? » Elle n’avait pas nié et sa pudeur soudaine élèverait l’envie des badauds d’en savoir plus. Elle l’espérait. C’était un jeu courant, facile. Se rétracter pour forcer les autre à la pousser. Et qui n’adorait pas un mauvais drame, comme celui qui se jouait dans cette boutique d’antiquaire.

Elle attrapa alors la main de son ami, qu’elle serra et qu’elle porta à son front. « Que dois-je faire Miriam ? J’ai si peur. Depuis la dernière fois, je… je. » Et elle ne voulut rien ajouter, secouant juste vivement la tête. S’il était aussi vif d’esprit, il attraperait l’opportunité, et s’en servirait à sa guise.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

We used to play outside when we were young and full of life

Il ne peut pas être certain, Ikshän, des talents d’improvisation de son amie, pas plus qu’il ne peut l’être de la confiance qu’il devrait lui accorder ou non. Ce sont toujours des choses auxquelles il songe trop tard. Si Àdlai sera ravi de s’entendre compter toute cette histoire, il sait d’avance que, réussite ou non, Ebraheim aura son air grincheux des beaux jours. Bah, il ne tiendra qu’à lui de l’effacer du visage de son vieil ami. En attendant, il a intérêt à ce que son pari rapporte, sinon il se retrouvera dans de beaux draps. Au sens figurés. Il n’aurait rien contre se retrouver de beaux draps au sens propre, ou même s’en acheter, le jour où ils auront assez de sous pour vivre comme des bourgeois, butin de leurs larcins leur permettant déjà un confort auquel ils ne pouvaient prétendre en arrivant à la capitale. « Comment ? Mère ? Où est-elle ? » De là où il est, il ne peut rater le joli sourire de Köl. Au moins s’amuse-t-elle autant que lui. Avec tout ça, il ne veut jamais avoir affaire à la mère de l’impressionnante jeune femme. « J’ai vu la mer, une plage de galets… Je n’en sais pas plus, mais nous ne la cherchons pas au bon endroit, Maxime. » Il murmure, consciencieux jusqu’au bout, prudent à l’idée que quelqu’un puisse s’apercevoir de leur bluff s’il n’y prend pas garde.

Ca ne l’empêche pas d’en rajouter une couche, car il en faut plus que ça pour appâter leur proie du jour. « Mais Miriam, tu sais que… » Il s’inquiète un instant d’avoir pousser la comédie trop loin, d’avoir perdu Köl quelque part au milieu de ses méandres qu’ils tissent de leurs mots entremêlés et qu’elle n’en rattrape pas le fil. Encore une fois, et malgré ce qu’il sait d’elle, il la sous-estime. Il retiendra la leçon un jour. « Il ne fallait pas le dire. Et regarde dans quel état cela-t’a mis ? Que dois-je faire Miriam ? J’ai si peur. Depuis la dernière fois, je… je. » Il secoue la tête et lui offrit un maigre sourire, serrant sa main de plus belle dans la sienne.. « La magie a tellement à nous offrir, à nous tous. On ne peut continuer à ignorer et avoir peur de tes dons, Max. Regarde, grâce à eux nous avons une nouvelle piste pour trouver ta mère ! » Il n’en faut pas beaucoup plus pour que le riche seigneur les sépare de nouveau de son imposante présence, curiosité et avidité piquées au vif. « Il vous faut reconnaitre la raison dans les propos de votre compagnon, mademoiselle. Si ce contact aux objets magiques vous permet de retrouver votre mère, pourquoi ne pas rester un moment de plus ici ? Il y a d’autres artéfacts comme celui-ci, n’est-ce pas ? » D’autres babioles sur lequel il serait plus qu’heureux de mettre la main avant de s’apercevoir s’être fait berner, sans aucun doute. « Laissez moi vous aider dans votre quête pendant que ce garçon se remet de son choc. »
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Köl Azalaë
Köl Azalaë

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 09/06/2019
✧ Orbes : 325
✧ Opales : 2271
✧ Faceclaim : Lesley-Ann Brandt
✧ Crédits : arté
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_inline_oyezfvvPrc1rxppp7_500
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : Chamane - soigneuse - supervise le funérarium
✧ Idéologie : Neutralité qui s'effrite
✧ Clan : Aigles des steppes (clan) - Hibou Grand Duc (totem)

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

Il n’y a pas à dire, Ikshän aurait pu être bien plus qu’un simple voleur avec l’aisance de son mensonge et de son jeu de comédien. Köl en était impressionnée, bien qu’elle ne le montrait pas, enfoncée dans la supercherie qui prenait place dans la boutique d’antiquités. Mais elle comprenait, l’attrait d’une vie de délits et de frisson. Cela était beaucoup plus grisant que celle d’un piètre pêcheur ou d’une taxidermiste du clan... elle aurait pu y prendre gout indéfiniment, s’il n’y avait pas l’appel de l’Aigle. Soit. Ce n’était pas le moment de la contemplation silencieuse et le faux Miriam continuait sa comédie, lui tenant la main. Elle continuait d’avoir les traits fermés, de froncer les sourcils. Elle ne sut cependant retenir ses brefs mouvements de tête, comme si elle était convaincue par les propos de son ami. Bien entendu que Köl voyait tout le côté bénéfique de la magie. Maxime, elle, restait encore effrayée de ce qu’il se trouvait dans ses veines, d’un don qu’elle ne contrôlait pas et qui pourrait entrainer sa perte.


Le gros, le gras ne l’entendait pas de cette oreille et à nouveau il s’invita dans leur conversation. Il avait plus que mordu à l’hameçon et si Köl ne perdait pas de vue qu’il était en effet leur gros poisson, elle tenta de chasser son agacement. Elle devait suivre la cadence, temporiser. « Je ne sais pas. » Elle pointa son doigt vers le pendentif qui était resté intouché au sol. « Il y a définitivement de la magie dans cet artefact. » Utiliser les bons mots, suivre par mimétisme le riche homme, qui devait être un amateur des soirées de mauvais gout, plutôt que de la réelle magie. Cela la rendait malade. Devrait-elle détourner le sujet, pour lui faire bien sentir la perversion de sa passion ? Elle fit mine de réfléchir, une légère détermination brillant dans son regard. « Je préfèrerai que vous restiez avec Miriam. Je pourrais gérer ce qui vient. » C’était plausible, et comme ça peut-être offrait-il la possibilité à Ikshän d’obtenir l’objet de ses désirs.


Elle serra une dernière fois la main de son partenaire de crime, poussa le vice jusqu’à glisser sa main dans les cheveux de Shän. Puis, elle se leva, errant à travers les objets qui ronronnaient de leur intérêt curieux. Ses doigts glissèrent sur les diverses surfaces de bois et de métal, alors qu’elle jetait de temps à autre un regard inquiet vers son ami. Elle s’arrêta sur une petite boite à bijoux, sculptée dans le l’onyx vert. Il y eut un frémissement et elle remassa la boite sculptée. Elle l’ouvrit et récupéra ce qu’il se trouva à l’intérieur. Cette fois-ci, il y eut un flash de l’intensité du soleil. Köl tomba.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

We used to play outside when we were young and full of life

Il ne sait pas ce qu’il raconte, Ikshän, pas plus qu’il ne s’y connait en magie. Est-ce possible d’avoir des visions, comme il le prétend ? Aucune idée. Si c’est le cas, il espère pour les personnes à qui cela arrive, qu’elles ne sont pas victimes de malaise à chaque fois. Ca doit vite laisser sa dose de bleus ces conneries. Est-ce qu’il y a des gens capables de déceler une quelconque énergie magique se dégageant de certains objets ? Encore une fois, il donne sa langue au chat. Sauf que c’est bien sa langue qui forme les mots et dessine pour toute l’assemblée cette fable qu’il est bien incapable de rattacher au réel. Tant que l’illusion tient, tout va bien. Après tout, Ikshän a toujours été un avide lecteur et il se contente donc de créer l’histoire la plus accrochante possible, de tenir leur audience captive du moindre rebondissement et assez crédule pour espérer mettre la main sur un de ces rares objets aux pouvoirs ensorcelants. Köl avait raison depuis le début ; miser sur la cupidité est le pari le moins risqué.

« Je préfèrerai que vous restiez avec Miriam. Je pourrais gérer ce qui vient. » Ca ne plait pas à leur bien gras seigneur. Ikshän le regarde froncer les sourcils et fait de même, yeux tournés vers cette Maxime bien courageuse après la timidité dont elle a fait preuve quelques minutes plus tôt. « Sois prudente », il lui intime avec sérieux, ce qui finit de convaincre leur cible que tout ça peut être un brin dangereux et qu’il vaut mieux rester en retrait. Autant pour la galanterie. Il doit faire appel à toute sa concentration pour ne pas lever les yeux au ciel quand Kôl passe sa main dans ses cheveux. C’est gratuit, ce geste. N’empêche que ça l’amuse un peu, lui aussi, et il s’efforce de suivre Köl des yeux quand elle se déplace dans la boutique, au lieu de trop faire attention au poisson du jour. Guetter le bon moment, oui, mais attention à ne pas le faire trop ouvertement.

Heureusement, Köl prend son temps pour traverser la boutique, les badauds s’écartant sur son passage, chacun retenant son souffle pour savoir ce qui va se passer. Elle attise les convoitises. La tension monte d’un cran alors qu’elle s’empare d’une boîte ouvragée. Ce qui suit est du grand spectacle : Ikshän est heureux qu’elle ait déjà fait un premier tour avec la lumière, sinon il aurait trop surpris pour saisir l’opportunité. Il se lève,  le pauvre Miriam vascille sous le coup d’une faiblesse magnifiée par la hâte, pose une main sur le riche homme pour se soutenir et, Ikshän, en un mouvement rendu souple par les innombrables répétitions, se saisit de la bourse qui l’intéresse tant. Il ne perd pas un moment de plus et se précipite vers Köl qui est déjà entourée de la foule. « Ecartez-vous ! » La voix claque, impérieuse et froide, avant que l’homme ne se reprenne. « Ecartez-vous, laissez cette pauvre femme respirer, voyons ! » Toujours le soucis de l’autre en premier, comme c’est rassurant. « Maxime, je t’avais dit d’être prudente ! Maxime, tu m’entends ? » Il soulève la tête de Köl avec des gestes doux et prudents -il tient à ses mains, merci bien- et la pose sur ses genoux, la parfaite image de l’ami attentionné. « Reviens à nous, Max. Ce n’est pas grave si on n’a pas ce qui nous faut, je n’aurais pas dû te pousser. On a assez, d’accord ? » Tentative plus ou moins maladroite de lui faire comprendre que maintenant, il est temps de s’éclipser.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Köl Azalaë
Köl Azalaë

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 09/06/2019
✧ Orbes : 325
✧ Opales : 2271
✧ Faceclaim : Lesley-Ann Brandt
✧ Crédits : arté
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_inline_oyezfvvPrc1rxppp7_500
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : Chamane - soigneuse - supervise le funérarium
✧ Idéologie : Neutralité qui s'effrite
✧ Clan : Aigles des steppes (clan) - Hibou Grand Duc (totem)

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

Cela souffla sur sa nuque, pénétrant à la base de ses cheveux et chassant toutes les sensations de son corps. Ce n’était plus qu’un grand endolorissement, baigné dans une magie qu’elle connaissait vaguement, un goût familier, celle de retrouver une vieille connaissance. Une sorte de fourmillement douloureux qui s’éparpillait dans tout son corps, tourna, tourna, jusqu’à trouver une sortie, un moyen de fuite. Köl ouvrit ses yeux, rendus noirs par la magie, cornée et pupille indiscernables. Son dos s’arqua, alors qu’elle était encore appuyée sur les genoux de Miriam. Et de ses globes oculaires s’évapora une substance sombre, mélange de pourpre et de vermeil. Elle échappa un léger grognement de douleur, alors que l’apparition disparaissait définitivement, capturée par l’éther d’un monde invisible. Elle tourna, réfugia son visage dans les vêtements d’Ikshän, ses mains serrant le corps avec une force particulière.

Une vilaine migraine la saisit, alors qu’elle sentait ses yeux plus secs que jamais. Ainsi réfugiée dans l’obscurité des vêtements du voleur, elle cligna à plusieurs reprises, avant qu’elle ne se mette à tousser. Köl était désorientée et elle n’avait rien entendu des propos de son ami. Mais elle se remémora la situation, la présence, l’époque. Elle toussa encore un peu, et si elle ne se souvenait plus du prénom inventé, elle balbutia quelques mots brefs. « Ce n’était pas ma mère. » Et dans son esprit confus, elle trouva une porte de sortie, une excuse. Elle espérait que Ikshän avait obtenu ce qui avait motivé leur chasse, car elle avait définitivement donné de sa personne. « C’est un piège. » Elle secoua un peu plus nerveusement, alors qu’elle se redressa, s’appuyant sur le faux Miriam, vidée de toutes ses forces. Elle murmura, assez fort pour que les badauds qui s’étaient penchés sur ce qui n’était plus vraiment un jeu d’acteur puissent l’entendre correctement. « Nous devons partir, Miriam. » Elle ne savait pas s’il avait conscience que tout ne s’était pas déroulé comme prévu, mais ils éclairciraient ça plus tard.

Köl fit mine de se lever, mais ses jambes tremblaient encore de cette magie qui s’était éveillée à travers d’elle. « Je suis désolée. » S’excusa-t-elle, à destination du gérant qu’elle ne trouvait pas du regard. « Cet objet… » la boite verte qu’elle avait fait tomber, ouverte, vide de ce qu’il s’y trouvait auparavant. « Cet objet est dangereux. Vous devriez être prudent. » Alors que dans sa paume reposait réellement le coupable, l’artefact qu’elle n’aurait aucune honte de dérober à son tour. On ne se jouait pas ainsi d’une apprentie chamane, il en était hors de question. Köl ne lâchait pas Ikshän, incapable de se repérer seule. « Nous devons partir. » Répéta-t-elle. « Ce n’est plus sûr ici. » Mais elle ne partirait pas sans lui, il en était hors de question.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

We used to play outside when we were young and full of life

Le spectacle est effrayant. Si l’apparition de la lumière a déjà fait son petit effet, ce qui suit pousse les curieux à reculer un peu des deux jeunes gens. Ikshän aimerait bien pouvoir reculer, lui aussi, mais il est cloué sur place par ses yeux beaucoup trop noirs et il passe un bras autour des épaules de Köl quand son dos s’arque, courbe inquiétante d’un phénomène peu naturelle, essayant tant bien que mal de la tenir contre lui. Il ne sait pas ce qui se passe. Il espère franchement que son amie a le contrôle sur la situation parce qu’il a la chaire de poule alors qu’une étrange substance s’élève et disparaît dans l’air, à quelques centimètres de sa petite personne pour qui la magie a toujours été un lointain concept. Voilà un cours d’introduction pour lequel il n’a pas signé. « Ce n’était pas ma mère. » Ah bah oui, ça vaudrait mieux. Il cligne des yeux et il lui faut quelques secondes pour comprendre qu’elle parle de sa prétendue vision et non de ce spectre effrayant qui s’est évaporé dans la nature. Il adresse une excuse silencieuse à la mère de Köl dont les oreilles doivent bien siffler.

Ça ne les avance pas beaucoup, si ce n’est pour la fascination soudaine que la boîte exerce maintenant sur le reste des personnes présentes dans la boutique. Il ne s’en rend pas tout de suite conte. C’est qu’Ikshän fait de son mieux pour soutenir une Köl encore vacillante qui se redresse, tous deux assis au sol, l’incertitude qui lui ronge le ventre. « Nous devons partir, Miriam. » Exactement ce qu’il disait avant ce joli bordel, oui. La bourse est un poids satisfaisant dans les grandes poches de sa veste et il hoche la tête. « Oui. Oui, tu as raison, bien sûr Maxime. Il faut qu’on t’éloigne de cet endroit et que tu te reposes. » Ça parait être la chose à dire. Du moins c’est ce qu’il aurait dit si c’était arrivé à Ebraheim, quoique d’une voix un peu plus autoritaire, et il estime que, s’il le dirait spontanément au brun, c’est que ça vend bien une relation plus profonde entre ce Miriam et cette Maxime.

Il la laisse pointer la boîte comme responsable de tout ce qui vient de se produire, ce qui rajoute aux chuchotements et convoitises de l’assemblée alors qu’il l’aide à se lever, gardant un bras autour d’elle pour l’aider si jamais elle en a besoin. Quand il relève la tête, Il n’est pas surpris de voir que leur proie a déjà ramassée la dite boîte et la fixe avec une avidité qui lui fait presque froid dans le dos. A quel point doit-on être malsain pour convoiter un objet que l’on pense avoir provoqué tout cela ? Enfin, ce n’est plus son problème. Il a l’argent et c’est tout ce qui compte. « Nous devons partir. Ce n’est plus sûr ici. » Ce qui lance l’antiquaire dans une tirade bégayante comme quoi il n’a jamais eu le moindre problème dans sa boutique et que tout y est inoffensif, il ne faut pas s’inquiéter. Ikshän fronce les sourcils. « Désole si nous avons posé le moindre soucis pour vous. » Il répond d’une voix froide qui fait bien comprendre que sa priorité est la santé de cette dénommée Maxime. Il l’aide à marcher jusqu’à la sortie, les gens s’écartant sur leur passage, aussi intrigués que craintifs. Il n’ose pas la lâcher une fois sorti et il l’emmène donc plusieurs rues plus loin, dans une impasse que personne ne fréquente. Il la guide pour s’asseoir sur des marches avant de s’y installer aussi, près d’elle. « C’était quoi, tout ça ? » Ce n’est pas ce qu’il voulait demander : il voulait savoir si Köl va bien, mais ce sont les seuls mots qui lui viennent aux lèvres.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Köl Azalaë
Köl Azalaë

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 09/06/2019
✧ Orbes : 325
✧ Opales : 2271
✧ Faceclaim : Lesley-Ann Brandt
✧ Crédits : arté
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_inline_oyezfvvPrc1rxppp7_500
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : Chamane - soigneuse - supervise le funérarium
✧ Idéologie : Neutralité qui s'effrite
✧ Clan : Aigles des steppes (clan) - Hibou Grand Duc (totem)

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

Köl était encore trop déboussolée pour comprendre ce qu’il s’était passé. Elle avait mis la main sur quelque chose d’endormi, car elle avait senti l’entité quitter l’objet comme il avait quitté son sommeil, sa prison. L’artéfact reposait dans sa main fermée, accrochée contre Ikshän, elle aurait toute l’occasion de l’étudier plus tard, loin de l’attention des curieux qu’ils avaient réussi à attirer dans la boutique. Déjà, le gros, le gras récupérait la boite en onyx vert et elle craignait qu’il ne cherche à l’acheter. Partir semblait être la meilleure des solutions et finalement le faux Miriam accepta d’ouvrir la foule, ouvrir la marche pour les attirer loin de tout ce beau foutoir qu’ils avaient créé. Si l’apprentie chamane n’avait pas été aussi bousculée par sa rencontre inooporune, aurait-elle était fière de ce qu’ils avaient réussi à faire. Pour un plan de dernière minutes, les deux crimiels en herbe ne s’en étaient pas trop mal sorti. Le jeu de Köl en moins.

D’ailleurs, elle était plus que soulagée que son ami soit là pour la soutenir. En premier temps fidèle à son rôle de chevalier servant, puis quand ils furent loin des regards, la changeforme continuait de s’aider de la carrure du pêcheur, preuve qu’elle avait encore du mal avec son équilibre. Tous ses muscles grinçaient dans sa peau, son corps se battant avec ce qu’il l’avait traversée, perturbé de ce qui avait été l’espace d’un instant. Et ce mal de crâne qui continuait, tambourinant derrière ses paupières jusqu’à l’arrière de ses tympans. Heureusement qu’elle était habituée à cette sensation pour ne pas trop s’y inquiéter. Quand Ikshän la posa sur une marche, à l’abri des regards, elle échappa un long soupir, Köl. Déjà ses mains farfouillait dans la succession de ses poches, cherchant une de ses herbes qui l’aiderait à se détendre ainsi qu’à apaiser le mal. « Je ne sais pas. » D’un geste expert, elle se roula une cigarette d’herbes, le front plissé non par la concentration du geste, mais bien de la réflexion. Elle se rappela la sensation et contre sa hanche, où reposait ce qu’elle avait dérobé, elle cru y sentir une brulure. « Hmmm. Je dirais un exorcisme ? Je n’en ai jamais fait avant. » Et quelque chose brilla dans son regard, à l’idée qu’elle en avait fait un. Son maitre serait tellement désespéré de l’apprendre.

Soit, il y avait une question d’une plus grande importance. « Est-ce que tu as obtenu ce que tu désirais ? » Ils s’étaient amusés, oui, à n’en pas douter. Et si elle aurait été d’humeur à faire ça juste pour le plaisir de mettre un peu d’animation dans la ville, leur aventure aurait été ternie sous le symbole de l’échec. Elle ne pouvait l’accepter.
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

We used to play outside when we were young and full of life

Plus ils s’éloignent de la boutique, moins Ikshän est rassuré. Köl continue à s’appuyer sur lui et il a l’impression qu’elle en viendrait à s’écrouler si jamais il la lachait. Il n’a pas à réfléchir longtemps avant de l’emmener vers un de ces coins tranquilles, en retrait, presque secrets qu’il connait si bien depuis qu’il a décidé de faire ses affaires de ce côté de la ville. C’est important, de savoir où il peut s’abriter. « Je ne sais pas. » La réponse le fait grimacer. Ok, son inquiétude est toute justifiée, mais il aurait préféré avoir tort cette fois-ci. « Hmmm. Je dirais un exorcisme ? Je n’en ai jamais fait avant. » Il aurait aussi préféré rester sur une réponse plus vague que celle-ci. Ikshän et le surnaturel, c’est pas gagné. « Un quoi ? Ca existe ces trucs là ? Et les esprits et les démons aussi ? » Il fronce les sourcils, se rappelant la chaire de poule qui l’a pris chez l’antiquaire alors que cette substance noire s’évaporait. « Cette chose est dans la nature maintenant ? » Bonjour les cauchemars. Il porte un regard nouveau sur la jeune femme : qui est-elle vraiment pour parler de ces choses avec un si simple sens de l’évidence ? Il ouvre la bouche. Il est sur le point de poser sa question à voix haute, sa ravise au dernier moment, hausse les épaules et laisse tomber. L’important c’est que Köl l’ait aidé. « Ca va aller, toi ? » Elle n’a pas l’air en grande forme et, ça aussi, c’est important. S’il y a toujours eu la possibilité que les choses tournent mal et qu’ils s’attirent des ennuis, il n’a jamais songé à ce genre d’éventualités et il n’a rien pu faire pour l’aider. Il se sent un peu coupable.

Köl ne tarde pourtant pas à revenir au but premier de l’expédition. « Est-ce que tu as obtenu ce que tu désirais ? » Le sourire que ces mots lui tirent affiche toute la satisfaction d’un gosse des rues qui a réussi à rouler dans la farine un homme plus riche, plus imposant et bien plus important que lui. Ikshän hoche la tête. « Comment j’aurais pu louper quand tu as fourni la parfaite distraction ? Grâce à toi, l’opération est couronnée de succès. » Ca fait quelques temps déjà qu’il n’a plus à s’inquiéter de gagner assez pour payer le médicament et les soins pour sa mère, mais lui et ses amis ne vivent pas vraiment dans le luxe. En plus de lui donner une bonne chance de l’emporter sur les autres aujourd’hui, cette dernière prise permettra de fêter l’anniversaire d’Àdlai comme il se doit. Peut-être même qu’ils lui feront faire de nouvelles chaussures et un manteau pour l’hiver ? Il y a tant de possibilités quand on a une si lourde bourse en main. « Ah, au fait ! » Il fouille dans ses poches avant d’en tirer le pendentif qu’il a choisi comme objet maudit, source de visions factices, mais assez joli. Pour le moins qu’il puisse en juger, en tout cas : il n’a jamais été très bijoux. « J’ai gardé ça en souvenir. J’ai pensé que peut-être il te plairait. Tu le veux ? »
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Köl Azalaë
Köl Azalaë

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 09/06/2019
✧ Orbes : 325
✧ Opales : 2271
✧ Faceclaim : Lesley-Ann Brandt
✧ Crédits : arté
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_inline_oyezfvvPrc1rxppp7_500
✧ Peuple : Changeforme
✧ Profession : Chamane - soigneuse - supervise le funérarium
✧ Idéologie : Neutralité qui s'effrite
✧ Clan : Aigles des steppes (clan) - Hibou Grand Duc (totem)

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

Quand elle avait demandé à son maitre de lui parler des exorcismes, celui-ci lui avait répondu qu'elle l'apprendrait le moment venu ; quand elle serait prête. Le chamane du clan des aigles était un grand adepte de l'apprentissage en autodidacte. Cela ne déplaisait pas à Köl, car elle avait voyagé plus que ce qu'elle n'aurait cru possible et de passer quelques années de sa vie à Eredhel. Mais elle aurait aimé savoir que cela se passerait de la sorte... de là, ce n'était pas difficile de savoir d'où son goût pour les mystères lui venait. Köl ne manquerait pas d'en tenir informer son maitre, qui lui répondrait surement qu'il était déjà au courant. Ca n'enlevait rien à l'excitation du hibou, qui avait été traversé par cet esprit.

Les sensations étaient assez particulières. Elle s'était habituée aux possessions passagères des animaux, se tenant loin de ce qui possédait une conscience plus forte. C'était nouveau, et il y avait ce goût qui restait accroché à son palais et qui ne fut nullement chassé par la cigarette qu'elle avait fini de rouler. Ce parfum de métal et d'alun était ancré plus profondément et resterait pour plusieurs jours, elle en était persuadée. Elle se massa un peu la tempe, se concentrant sur les traits inquiets de son ami, qu'elle chassa d'un geste de la main et d'un sourire un peu forcé, un sourire tout de même. « Seulement dans le cœur des autres. » Répondit-elle, joueuse, à la remarque sur les démons. Ikshän ouvrit la bouche et elle vit la question se formuler dans sa tête. Pourtant, rien ne vint et son sourire s'élargit, rapace. Le voleur était de plus en plus intéressant, elle ne pouvait que le reconnaitre. « Ca va, je suis un peu secouée, mais rien d'aussi impressionnant que ta prestation. » C'était un mensonge, mais elle avait dit qu'elle était bonne menteuse. « Tu n'as pas à t'inquiéter pour cette...chose. » Elle n'arrivait pas à encore à nommer ce qui l'avait traversé. Elle creuserait la question, l'artéfact était dans sa poche, et il n'attendait qu'à être étudier. « Elle est dans un autre plan. » Köl la sentait loin, loin des yeux, loin du cœur, loin d'elle. « Elle ne reviendra pas. Tu peux dormir tranquille. » Et le mot lui échappa. « Merci. »

Il y avait plus intéressant, il y avait la richesse dont s'était emparé Shän et face à la joie évidente de son ami, Köl regagna un peu d'entrain. Ça, ou l'effet des herbes qui embaumait l'air d'une présence rassurante. Un pendentif apparut soudainement et le rire vint perturber la tranquillité du cul-de-sac où ils s'étaient réfugiés. « Tu n'es pas croyable. » Et elle rit encore un peu, alors qu'elle tendait ses deux mains pour recevoir le pendentif qui était offert. « Une femme ne dit jamais non aux belles choses. » Surtout quand celle-ci brillaient et attiraient l'attention de l'apprentie. Le contact froid du métal se retrouva dans ses paumes et elle étudia le médaillon. « Ca fera un bon souvenir. » Elle dégagea ses longs cheveux de sa nuque. « Tu m'aides ? » Et quand il fut posé, elle le regarda avec une certaine satisfaction. « Du beau boulot tout ça. » Elle donna une petite tape sur l'épaule de l'ancien pêcheur. « Mais ne va pas croire que ça va t'éviter de me payer à manger, maintenant que tu as la bourse la plus remplie. »
Revenir en haut Aller en bas
Ikshän Banerjee
Ikshän Banerjee

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 08/08/2019
✧ Orbes : 129
✧ Opales : 798
✧ Faceclaim : Oscar Isaac
✧ Crédits : Toothi
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Tumblr_o0gvfzkBgy1tnlixdo2_400
✧ Peuple : Humain
✧ Profession : Cocher et palefrennier
✧ Idéologie : Pas convaincu par la couronne, mais préfère éviter les ennuis.
✧ Guilde : Le Lys Blanc, où il cherche une ombre de sagesse

[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

We used to play outside when we were young and full of life

Il en a entendu, petit, des histoires sur les démons et autres créatures maléfiques qui se nourrissaient, au choix, d’enfants pas sages ou des peurs qui grandissaient dans le coeur des hommes, attisant leur anxiété, leur colère et leur cupidité. Ce sont des comptes pour enfant. Il y a là toute sorte de morales à retenir et respecter pour ne pas attirer sur soi ces entités maléfiques qui gâcheront la vie de quiconque se coltinera leurs mauvaises compagnie. « Seulement dans le cœur des autres. » Köl leur donne une sorte de légitimité qui ne plait pas au jeune voleur. Ce n’est pas quelque chose qu’Ikshän a jamais aimé. Il préfère les aventures pleines de sirènes et de harpie. Ce genre de magie lui réussit bien mieux, notamment parce qu’elle est réelle, visible, essence même de ces autres êtres qui vivent en harmonie avec les humains. Enfin, en harmonie, faut le dire vite. Mais ça, enfant, il ne le savait pas, et il se plaisait à s’imaginer s’en faire des amis avec qui vivre toute sorte de choses excitantes. Pour ça, on peut dire qu’il a plus ou moins réussi le jour où il a repêché Ebraheim sur la plage.

Puis il y a Köl et tout ses secrets. La curiosité brûle un moment, plus forte que les craintes enfantines d’Ikshän, mais ce n’est pas le moment ni la façon dont il veut découvrir la vérité. Une autre fois. Là, tout de suite, ce qu’il souhaite vraiment savoir, c’est comment Köl se porte après cette scène frappante qui a eu lieu dans le magasin. « Ca va, je suis un peu secouée, mais rien d'aussi impressionnant que ta prestation. » Il lève les yeux au ciel. Si ça avait été Eb devant lui, il se serait lancé dans une leçon sur l’importance de prendre soin de soi et de ne pas jouer les braves idiots. Seulement, ce n’est pas Eb et il ne la connait pas aussi bien que ça. Si elle veut prétendre, grand bien lui en fasse. Ils sont assis et en sécurité, alors elle a le temps de remettre, n’est-ce pas ? Ce n’est pas comme si elle tirait sur la corde. « Tu n'as pas à t'inquiéter pour cette...chose. Elle est dans un autre plan. Elle ne reviendra pas. Tu peux dormir tranquille. » Ikshän se redresse avec surprise avant de rougir. « Je ne m’inquiète pas ! C’est cette chose qui devrait s’inquiéter de me recroiser oui ! » Il balbutie quelque peu, ce qui ruine son air de jeune homme courageux et valeureux. Soit. Mais il ne sera pas dit qu’il tremble devant l’intangible ! Les remerciements sont tout aussi inattendus et il esquisse un petit sourire. C’est à lui de la remercier, surement pas l’inverse, mais il ne va pas se montrer pointilleux maintenant. « De rien », répond-il simplement.

Sa gratitude, il la montre sous la forme du pendentif volé soudainement offerte à la personne qui a rendu tout ça possible. Son sourire s’accentue encore plus quand elle rit. Il n’aura pas gardé le bijoux pour rien, c’est certaine. Sans un mot, il se déplace pour accrocher le collier autour de son cou. C’est bien plus agréable que de discuter de démons et autres choses sombres. Il a un mouvement de recul et un petit rire à la tappe sur son épaule. « Mais ne va pas croire que ça va t'éviter de me payer à manger, maintenant que tu as la bourse la plus remplie. » Elle ne perd pas le nord, Köl ! L’éclat de rire est plus franc alors qu’il secoue la tête. « Loin de moi l’idée, mademoiselle ! Comment pourrait-on fêter cette réussite sans un repas digne de ce nom ? » Il se redresse et lui tend la main. « Si mademoiselle veut bien me suivre, on pourra surement lui trouver de quoi ravir ses papilles. » Ikshän ponctue le tout d’un clin d’oeil amusé. Il n’est pas là depuis longtemps, mais il sait quels vendeurs de rue éviter et lesquels, au contraire, ont fait de leur spécialité un véritable chef d’oeuvre avec le temps et l’expérience.
the opal crown - our stories are not yet legends
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] We used to play outside when we were young and full of life || Köl
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hentaï RP
» [RP Hentaï -18] [•] Le retour des Ramens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Opal Crown :: Marché noir-
Sauter vers: