AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Bottins  Annexes  Animations  Flood  
Membres à l'honneur
Félicitations à Orion et Sjael !

Fermeture du forum
nous vous remercions pour cette
incroyable aventure
Ils sont attendus

Le deal à ne pas rater :
Red by SFR : Forfait 100 Go à 12€ sans engagement et à vie
12 €
Voir le deal

Partagez
 

 once a snake for your heart, now a snake for your steal ○ Oberyn

Aller en bas 
AuteurMessage
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

once a snake for your heart, now a snake for your steal ○ Oberyn Empty

Il y avait des règles claires et précises qu’Ëlith avait instauré avec le temps au sein de son entreprise. Ses employés, qui étaient là depuis tant d’années maintenant, avaient appris à déchiffrer les humeurs de leur responsable qui parlait peu, pour rencontrer au mieux ses attentes, sans qu’aucun n’ait besoin de s’exprimer. Il y avait des signes qui ne trompaient pas, comme la porte de son atelier ou l’expression de son assistant. Les bruits de couloirs avaient également leur importance. Si un nouveau djinn avait eu la langue trop pendue devant leur patron, il ne fallait pas douter que l’elfe serait de bonne humeur… ou d’aussi bonne humeur que ce que la Tel’Domiel pouvait être. Il y avait juste des journées qui étaient plus faciles que d’autres, et qui se fondaient dans la monotonie qui brulait les hauts-fourneaux qui ne s’éteignaient jamais.

Cette journée ne serait pas monotone. Quand l’un des responsables de l’entrée vint, débarquant dans le bureau d’Ëlith sans regard pour la bienséance et la nécessité de s’annoncer, elle le détailla en silence de ce regard sombre et usuel. L’humain reprit difficilement son souffle, et ce fut cet état déplorable qui fit qu’elle ne le remit pas à sa place. « Eh bien ? » Demanda-t-elle, avec une légère pointe de curiosité non dissimulée. Ses employés connaissaient suffisamment les règles, que pour les bafouer, cela devait avoir son lot d’importance. « Il y a un Greyhand qui s’est invité dans l’usine malgré les interdictions. » Elle serra la base de sa plume, ne s’attendant pas à ce genre de visite. Qui osait se désintéresser de l’autorité qu’elle avait instaurée ici ? « C’est le bras-droit des Greyhand, sieur Merigold. » Et finalement, ce fut un sourcil qu’elle haussa, en même temps qu’elle-même, alors qu’elle quittait sa chaise peu confortable.

Alors qu’elle menait le pas, la troupe habituelle de ses subordonnés derrière elle, on lui fit un bref topo de la situation, qui manquait cruellement d’information. Oberyn Merigold s’était présenté, sans aucune annonce préalable, et quand le garde à l’entrée lui avait refusé l’accès par manque d’autorisation, le ton était monté. Oberyn était à présent accompagné d’un des chef d’atelier, qui avait été assez intelligent pour lui offrir un tour sommaire de l’un des ateliers les plus communs. Elle prit son nom, pour s’assurer de féliciter la prise d’initiation. Il leur fallut encore quelques minutes pour traverser la longues succession d’ateliers de découpes, pour finalement voir sans mal le duo qui évoluait lentement. « Merigold. » Loin était l’époque où elle l’appelait Oberyn, alors qu’il lui faisait la cour. Loin était l’époque, oui, où elle s’était imaginée à plusieurs reprises dans ses bras. Il avait disparu du jour au lendemain quand il avait été chassé par des fiançailles qu’il ne pouvait surpasser. Lâche. « Ce n’est pas parce que le lieu est rempli d’ouvriers qu’il faut en oublier la bienséance. Une note, au moins, aurait été appréciée. » Son regard terne brilla de cette dureté qui était sienne, maintenant. Cela jura terriblement avec ce faux sourire qui reposait sur ses lèvres. « Ainsi je n’aurais pas eu à vous rejeter devant ce public. » Ce faux sourire qui se mua en une mâchoire crispée. « A moins que vous n’ayez une bonne raison de votre venue ? » Mais elle savait déjà, qu’aucune ne serait suffisante.
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

once a snake for your heart, now a snake for your steal ○ Oberyn Empty

Once a snake for your heart, now a snake for your steal
 
Les hauts fourneaux et les grandes forges de la capitale n’étaient pas un lieu qu’Oberyn appréciait particulièrement. Tout d’abord parce qu’il fallait traverser tous les quartiers commerçants grouillant de monde, les uns tentant de lui vendre leurs babioles, les autres hurlant à la mort pour glorifier les mérites de leurs nouveaux produits. Un gigantesque bazar, une souricière à vendeurs de tapis. Toute sorte de gens passaient leurs journées dans ces dédales, sans que le Greyhand n’ai jamais compris pourquoi.
C’est un tout autre objectif qu’il visait aujourd’hui. Car il lui fallait toujours une motivation pour sortir de la forteresse volante, sans quoi il préférait largement se terrer dans sa bibliothèque à étudier les runes, ou repousser les limites de la science. Bien qu’incertain et très contesté au sein de la communauté de Fell’Gost, l’alliage de la magie et de la technologie résonnait en lui comme une opportunité à saisir pour mieux comprendre le fonctionnement du flux primaire coulant dans ses veines. Pourquoi pas non plus, pour trouver une solution à ses maux, qui s’étaient actuellement calmés. Le nouveau remède qu’il avait concocté semblait bien plus efficace que les pseudo cataplasme miraculeux hors-de-prix achetés ici même aux commerçants.

C’était une habitude pour lui. Quand le soleil commençait à réchauffer la terre de ses rayons lumineux, et que l’air se faisait frais et bon, il sortait de sa tour d’ivoire pour se faufiler parmi le peuple et atteindre les ateliers d’ingénierie. Sur ces paillasses se trouvaient toutes sortes d’inventions, imaginées par les nains et les djinns travaillant jour et nuit pour tenter de mettre au point de nouvelles machines incroyables. Ho, Oberyn n’affectionnait pas particulièrement toutes ces inventions, mais leur trouvait toutefois quelque chose d’unique… de pratique.
Là, il marchandait avec les ouvriers, derrière une forge ou un bac à faire fondre l’argent pour essayer de récupérer ce qui l’intéressait. Depuis le temps, certains le reconnaissaient, et lui gardaient de côté certaines pièces. Une sorte de business bien caché et peu scrupuleux, comme à son habitude. Si les surveillants ou chefs de fabrication étaient trop insistants, il n’hésitait pas à les intimider, faisant jouer de son statut ou usant même de ses pouvoirs. C’était ainsi, rien ne pouvait arrêter le second des Greyhands : lorsqu’il décidait, sa volonté s’appliquait.

Mais ce jour-là, rien ne se passa réellement comme il l’avait décidé. Tout d’abord parce que la garde était différente de celle de d’habitude. Il dût donc redoubler d’effort et de diplomatie pour pouvoir rentrer et retrouver ses contacts habituels. Comme à son habitude, l’usine était pleine. Les flames jaillissaient et les fourneaux tournaient à fond.
Pourtant, quelque chose vint irriter le mage : aucun de ses receleurs habituels n’était là. Il les avait pourtant choisis pour leur discrétion et travail irréprochable, espérant ainsi qu’il ne se fassent jamais rejeter par les maîtres d’ouvrage. C’était ainsi que le serpent arrivait toujours à ses fins : en choisissant minutieusement ses cibles. C’est alors qu’un nouveau vint à sa rencontre. Probablement n’avait-il pas été averti du statut de l’invité mystère qu’il était car il lui proposa un tour de l’atelier de réparation. Un atelier des plus commun, inintéressant pour Oberyn. Vu la situation, il était obligé d’accepter. Cela lui permettrait peut-être d’emprunter quelques plans ou pièces au passage…
Le Greyhand faisait tâche dans ce décors viril de dur labeur. Et il le savait. Aussi devait-il rester le plus discret possible pour ne pas attirer les regards suspicieux. Car par-dessus tout, il ne fallait pas que la propriétaire des lieux soit informée de sa présence. Aussi, il tenta de se faire passer pour un investisseur ou riche marchand, posant des questions inintéressantes au pauvre bougre se prenant pour un guide touristique.  

Manque de bol, il n’eu pas le temps de sortir par la porte de service que déjà il entendit une voix familière derrière lui. Elle avait été mise au courant de son arrivée. « — Par les deux lunes… Ëlith Tel’Domiel. dit-il en se retournant, faisant mine de découvrir qu’elle était à présent responsable de la métallurgie et des fonderies familiale. De toute les façons, les Tel’Domiel étaient aujourd’hui propriétaires de la moitié des commerces et grosses industries de la capitale. Leur maudite famille était partout, au grand damne d’Oberyn qui les détestait par-dessus tout, la faute à l’oncle de la demoiselle. Que me vaut l’honneur de ta rencontre. Si j’avais su, je serais venu te voir en première, vraiment. Il ne pu s’empêcher de sourire à sa vue, d’un rictus sournois et malicieux. »
Il se souvint alors de cette période post-accident où il avait tenté de la séduire pour arranger un mariage facile, et ainsi avoir un pied bien ancré chez les Tel’Domiel. C’était une très belle occasion de se faire ami avec son ennemi, et surtout de se rapprocher de la Cour, aussi, avait-il tout misé sur Ëlith. Le jeu de séduction n’avait pas été compliqué, tant il avait travaillé son plan. Mais les anciens de la famille avaient d’autres plans pour elle, et Oberyn eu vit compris qu’elle ne lui serait plus d’aucune utilité. Il avait alors pris un malin plaisir à la quitter sans dire moindre mot, permettant à son chagrin de déteindre sur le Chef de la Guilde des Greyhands.
« — Allons, allons Ëlith, est-ce ainsi que tu accueilles un vieil ami ? Tu as bien changé. Autrefois tu étais bien plus… attachée. » C’était une habitude pour lui que de discréditer, de faire vaciller pour reprendre le contrôle d’une situation. Cette fois-ci encore, la technique sembla fonctionner puisque les ouvriers réunis autour d’eux échangèrent regards et murmures.

Icons by SIGYN, frost42 et Bambistark.
the opal crown - our stories are not yet legends


Dernière édition par Oberyn Merigold le 01/12/19, 11:00 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

once a snake for your heart, now a snake for your steal ○ Oberyn Empty

Aujourd’hui, en repensant à la situation, il était évident que les sentiments d’Oberyn, bien des années auparavant n’étaient pas sincères. Ëlith pouvait-elle lui en vouloir ? Elle était loin de son innocence, de ce besoin d’attention, de cette confusion totale quant à sa vie. Ils évoluaient dans un monde où tout était dicté par l’ambition, les titres, l’argent. Il avait essayé de se servir d’elle, comme sa famille s’était servi de l’homme qui était aujourd’hui son époux. Ils n’appartenaient pas à un monde où les sentiments et la romance avaient leur place, contrairement à ce que quelques esprits rebelles pouvaient croire. Non, si elle ressentait un semblant d’agacement, c’était qu’il arrive ainsi dans ses fonderies, sans aucune invitation. Les lieux étaient hautement protégés, encore plus depuis l’assassinat de sa sœur. Ëlith était extrêmement prudente quant à leur savoir-faire, et qu’importe que celui qui passait le seuil des fonderies était un nain ou un greyhand, ici c’était son royaume, ils se devaient d’obéir à ses règles.

Il y eut un sourire mielleux, un sourire faux et elle lui répondit avec cette même aisance de faux-semblant. « La prochaine fois vous feriez mieux de vous renseigner sur le lieu que vous visitez. » Elle n’était plus la jeune gamine innocente, elle lui ferait comprendre. Mais la réplique ne sembla guère plaindre à l’infirme, qui joua d’une mièvrerie qui l’agaça un peu plus. C’était bien audacieux de faire notion du passé, lui qui avait disparu du jour au lendemain. « Vous n’aviez rien d’un ami. » Non, il avait été plus important que ça. Aujourd’hui, lui était le bras-droit de son oncle, elle le considérait à peine. Et peut-être était-ce cela qui transparaissait dans sa voix. « C’est de l’ordre du passé. » Elle n’avait aucun mal de le reconnaitre, car il n’était pas la premier qui lui avait fait la cour. Mais il était le premier qui lui avait fait croire à quelque chose. Ce n’était pas grave, son monde avait été détruit par une trahison plus douce encore.

Ëlith restait fidèle à elle-même, à peine dérangée par les réactions de ceux qui l’entouraient et qu’elle percevait à peine, car ils étaient ses ouvriers, pareils à des extensions d’elle-même. Des éléments dont elle pouvait se débarrasser en tout temps, ce qu’elle ne faisait pas. C’était de là qu’elle gagnait une partie de leur respect. Le reste venait d’échanges comme ceux qui se déroulaient actuellement. « Eh bien, j’attends toujours la raison de votre présence ? Plus vous tarderez à me la donner, plus vous aurez tout intérêt à ce qu’elle soit bonne. » Et son regard terne ne brilla même pas, quand elle lui adressa, à nouveau, ce sourire faussement poli.
Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

once a snake for your heart, now a snake for your steal ○ Oberyn Empty

Once a snake for your heart, now a snake for your steal
 
Dans leur jeunesse, Oberyn n’avait pas été tendre avec Ëlith. Sa réaction d’aujourd’hui était peut-être liée. Peut-être ne voulait-elle pas revoir l’homme qui avait pu briser ses rêves d’enfant. Pourtant le monde était fait ainsi, un grand jeu de chaises musicales, un opéra dramatique et violent, une chasse sauvage à la poursuite du pouvoir où nobles et paysans se font la guerre… Grâce à lui, elle avait au moins appris très jeune que les contes de fées n’existaient pas. Lui, avait compris qu’Uriah n’avait aucun amour propre et aucun cœur. Il était prêt à laisser sa nièce à n’importe qui sous prétexte qu’il ait un tant soit peu de pouvoir pour maintenir le statut de sa lignée. Ce changeforme n’avait rien de noble mais l’intrigue familiale avait permis à sa sœur de s’échapper des fiançailles pour condamner la pauvre Ëlith a une vie de couple avec un paria. Il n'avait même pas daigné donner son avis pour éviter à sa nièce une vie dont elle ne voulait pas. Pour cacher cette union aux yeux du monde, ils étaient même allé jusqu’à l’enfermer dans les usines familiales. Oui, tel était le monde : cruel. Et Uriah en était l’exemple même. Ils n’avaient jamais partagé la même vision des choses. Oberyn, bien que tête brûlée dans sa jeunesse, était devenu un homme meilleur. Brisé, mais profondément humain. La haine, la rage, la rancœur… Tous ces sentiments l’avaient rendu plus proche du commun des mortel, si bien que le faussé avec Uriah s’était creusé à mesure qu’il retrouvait l’usage de sa jambe.

Ëlith faisait parti elle aussi de ces gens qui avaient regardé l’infirmité du mage avec compassion. Ce regard dégoûté mélangé à un sentiment de gâchis, Oberyn le connaissait bien. C’était son boulet quotidien. Aussi, ne fût-il pas surpris de la voir fixer de nouveau sa blessure. Elle connaissait sa faiblesse, et savait appuyer dessus. Elle le connaissait mieux que personne ici.
Mais elle choisit de ne pas utiliser cette arme-là. Preuve de son intelligence. Non, elle était obnubilée par la raison de sa présence. Bien évidemment, il ne pouvait pas expliquer que ses visites étaient bien plus fréquentes qu’elle ne l’imaginait, et que cette fois-ci elle avait été avertie parce qu’un ouvrier espérait obtenir une prime en la prévenant de l’intrusion d’un inconnu. « — Je suis venu pour toi Ëlith… ces mots sortirent de sa bouche sans qu’il ne puisse les retenir. Regrettant déjà de ne pas avoir lutté contre sa conscience, il dû trouver rapidement le moyen de s’échapper de cette situation désagréable. Elle ne devait surtout pas avoir connaissance de son petit marché noir, au risque de mettre en péril toutes ses recherches. Le passé est bien douloureux pour qui ne se pardonne pas. Mais il peut être un allié de taille lorsqu’on parvient enfin à l’accepter. » Très rapidement, le mage réussi à retomber sur ses pattes : c’était l’opportunité unique de se rabibocher avec la jeune Tel’Domiel, bien que la situation n’y soit pas propice. Elle avait bien changé, et son cœur s’était probablement bien assombri.

La tâche était difficile. Il devait la jouer fine. Rendosser sa peau et ses crochets de vipère. Elle n’avait jamais été facile à duper. « — Je suis là en paix. Lui dit-il finalement avec un sourire faux. Bien évidement il ne l’était pas. Rien que le fait qu’il tente de lui voler son matériel prouvait qu’il n’étant en paix qu’avec lui-même… Mais il devait vite répondre aux interrogations de la cheffe des lieux, sans quoi il risquait de se faire jeter salement. Il devait attirer son attention, la retenir. Il croisa ses mains dans le dos et se mis à marcher lentement autour d’elle. Tu sais à quel point je suis reconnaissant envers Uriah… A quel point il compte pour moi. Pourtant, aujourd’hui, je suis inquiet pour lui. Prêcher le faux pour le vrai était la base de la manipulation. Oberyn était très doué dans ce jeu-là. Mais fallait-il encore qu’Ëlith rentre dedans… J’ai besoin de ton aide pour l'aider, Ëlith. Puis-je compter sur toi… mon amie ? »

Icons by SIGYN, frost42 et Bambistark.
the opal crown - our stories are not yet legends


Dernière édition par Oberyn Merigold le 13/12/19, 09:14 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

once a snake for your heart, now a snake for your steal ○ Oberyn Empty

Ëlith ne prenait même pas la peine de dissimuler sa méfiance. Elle se devait de montrer à ses employés qu’importe le statut social de ceux qui venaient la visiter, il fallait faire preuve d’un minimum d’esprit critique. Les fonderies n’étaient pas un moulin et elle le répétait assez à ses ouvriers pour que ce genre d’évènement ne se produise pas trop souvent… elle l’espérait. Alors oui, Oberyn avait beau être le bras-droit de son oncle, l’autorité des greyhand était nulle dans les industries qu’elle dirigeait, car cela n’avait rien à voir avec la magie. Elle savait que quelques membres de la garde faisaient partie de l’œil d’opale et c’était la seule incursion de l’autorité royale qu’elle accepterait. Ils restaient les Tel’Domiel, et s’ils n’avaient pas de couronne sur leur tête, il y avait des lois qu’ils se pouvaient d’ignorer.

Oberyn croyait être au-même niveau et elle l’observa, l’écouta avec attention. Elle haussa un sourcil quand il confessa qu’il était là pour elle. Et à sa mimique, il devait bien s’être rendu compte du faux-pas. Elle n’était pas aussi simple d’esprit que ses ouvriers et elle pouvait parfaitement se rappeler du fil de la conversation. Il avait avoué qu’il ignorait qu’elle était là, une minute auparavant. Il tentait de la manipuler, c’était évident. Il aurait surement réussi, vingt ans auparavant. Elle n’était plus aussi niaise. Mais s’il la considérait comme tel, elle n’aurait aucun mal à se jouer de lui. Surtout qu’il fit notion de son oncle et elle son sourcil resta haussé, alors qu’il tournait autour d’elle. Si elle pensait qu’il serait sa proie…

« Si mon oncle est dans une situation délicate, vous auriez mieux fait de venir me retrouver dans ma demeure. » Elle mit un terme à sa ronde de charogne quand elle pénétra dans son espace personnel et se pencha vers l’oreille de celui qui lui avait un jour fait la cour. « Pour la discrétion de mon oncle. Il y a des curieux dont nous nous passerions bien. » Oberyn le premier. Mais puisqu’il ne semblait pas vouloir s’en aller gentiment. « Suivez-moi. Nous irons dans un endroit plus confortable… autant que les fonderies puissent l’être. » Ce n’était pas un lieu où le luxe existait. Tout était principalement fait de métal brut et mal travaillé. Ce n’était pas le genre d’installation qui méritait le plus grand travail des artisans. Car elle serait folle de l’emmener dans son atelier personnel. Une simple salle de repos ferait l’affaire.

Elle fit signe à l’attroupement de se dissiper, son assistant personnel serait le seul à rester, quelques pas en arrières. « Oh, et s’il-vous-plait. Arrêtez de prétendre que nous sommes amis. » Ce fut dit assez fort, pour que ça n’échappe à personne. Et sur ce, elle se mit en route d’un pas déterminé, potentiellement trop rapide pour l’estropié. Mais il l’avait agacé, grandement.

Revenir en haut Aller en bas

Carnet de Route
✧ Inventaire:
✧ Relations:
✧ Répertoire RP:
Oberyn Merigold
Oberyn Merigold

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 22/10/2019
✧ Orbes : 387
✧ Opales : 1104
✧ Faceclaim : Tom Hiddleston
✧ Crédits : ROSE
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Premier formateur à Fell'Gost, bras droit du chef des Greyhands
✧ Idéologie : Espère prendre sa revanche sur la Couronne et Uriah Tel’Domeil qui occupe la place qui lui revient de droit

once a snake for your heart, now a snake for your steal ○ Oberyn Empty

Once a snake for your heart, now a snake for your steal
 
Les fonderies étaient un endroit bien étrange. Un alliage de bruit, d’obscurité, de fer, de feu et de chair. Ici tout n’était que choc et entrechoc. Oberyn était presque admiratif par ce lieu si peu harmonieux et pour autant très organisé. Un endroit bien loin de son Fell’Gost habituel, bien plus noble et luxueux.
Telle une reine veillant d’une main de fer sur ses sujets, Ëlith trônait au milieu de tous ces ouvriers peu commodes et probablement illettrés. S’était son terrain. Elle avait le pouvoir ici, de l’influence sur ses salariés qui la respectaient et la craignaient. Lui, n’avait plus aucune emprise sur elle ni sur ses anciens contacts ferrailleurs et la tournure que prenait les événements ne lui plaisait pas. Le chasseur devenait peu à peu la proie de son ancienne conquête. Elle était devenue plus prudente, peut-être était-ce là la preuve qu’elle était devenue une femme, une lionne.

Oberyn devait se maîtriser. Reprendre le dessus. Parler d’Uriah était une stratégie facile : il le connaissait suffisamment bien pour pouvoir inventer quelque chose de crédible. Et ça avait marché. Son sourcil haussé trahissait l’intérêt qu’elle portait au sujet. Mais pourquoi ? Quels étaient ses sentiments envers son oncle ?
C’est lorsqu’elle mit fin à sa ronde qu’il pu enfin reprendre ses esprits et retomber sur ses pattes. Le torse bombé, le regard froid et confiant, il l’écouta. Elle avait peut-être compris la supercherie, mais la manipulation et l’influence étaient son domaine à lui. Son ombre allait pouvoir s’étendre dans la fonderie, et envelopper la jeune Tel’Domeil. Il était même prêt à faire usage de ses pouvoirs, au moins pour pouvoir sonder son esprit et anticiper ses actions. Et la tâche serait plus facile que jusqu’à présent : la distance qu’elle marquait en refusant de s’afficher comme « amis » avait réduit à néant le peu de scrupules qu’Oberyn aurait pu avoir à la coincer ainsi.

Traversant les longs ateliers sans un mot, Ëlith le mena jusqu’à une salle angoissante. Nue de tout ornement, ses murs froids de pierre au milieu desquels se trouvaient des paillasses en guise de table rendait l’endroit propice à l’intimidation. Elle était peut-être maîtresse des lieux, mais le mage était maître des arts mystiques et de la fourberie. Le fil de ses pensées ou de ses intentions en étaient la preuve. « — J’irais droit au but. Depuis les événements de la parade royale, Uriah s’est renfermé. Les apprentis de Fell’Gost s’en rendent compte… je fais tout mon possible pour les contenir mais… Il marqua une pause pour insister sur la gravité de la situation. Nombreux sont ceux à penser qu’il n’est plus à même d’occuper ses fonctions. J’ai déjà réussi à convaincre les harpies ainsi que des formateurs de m’aider à faire taire ces rumeurs, mais son absence continue d’intriguer. D’après ce qu’on dit, il passerait des heures à ruminer les événements. Le discours était clair, concis et alarmant. Il parvenait presque à être convaincu par ce qu’il avançait. Il est obnubilé par l’éradication de la Ligue. Après tout, cela n’était pas si différent de la réalité. C’était là tout l’art du mensonge et de la politique : ne jamais mentir, uniquement modifier la vérité pour la rendre plus dramatique. « — Il refuse de nous parler et de nous voir. Mais tu sais qu’aussi bien qu’on ne voyage pas le ventre vide, il y a des guerres que l’on ne peut pas mener seul. Je crains qu’il ne tombe dans une obsession dont il ne pourra sortir sans aide. Sans notre aide. »

Télépathe, Oberyn en profita pour jouer de ses pouvoirs et faciliter l’acceptation de ses arguments dans l’esprit d’Ëlith. La persuasion était un don efficace pour quelqu’un de son rang. Il la transpirait, si bien qu’il avait développé une certaine facilité à faire y faire appel. Il regarda autour de lui. Tout était figé. La pierre, le fer. C’était tout. Seul le bruit des fonderies résonnait. On imaginait facilement les ouvriers marteler l’acier, casser la pierre et assembler des morceaux de fer.

Icons by SIGYN, frost42 et Bambistark.
the opal crown - our stories are not yet legends


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ëlith Tel'Domiel
Ëlith Tel'Domiel

- our stories are not yet legends -
✧ Inscription : 06/10/2019
✧ Orbes : 57
✧ Opales : 456
✧ Faceclaim : Thea Sofie Loch Naess
✧ Crédits : SIGYN
✧ Peuple : Elfe
✧ Profession : Responsable de la métallurgie et des fonderies Tel'Domiel
✧ Idéologie : pro-couronne

once a snake for your heart, now a snake for your steal ○ Oberyn Empty

Ils gagnèrent vite la salle de repos et Ëlith s’appuya contre l’un des murs plein de suie et de poussière, tenant à peine compte de la crasse habituelle de ses fonderies. Cela faisait partie de ces choses qu’elle ne voyait plus, avec toutes ces années passées à diriger son royaume d’acier et de métal brulant. Oberyn faisait tache dans ce décor, les vêtements délicats et la peau trop soignée, trop propre. Il ne portait pas cette couche de cendres qui se déposait sur tous ceux qui passaient leurs vies dans les fonderies, pareille à une peinture de guerre. Ëlith ne s’accommodait même pas de l’effort de la comparaison. Elle croisa les bras et elle ne put que reconnaitre le mérite d’Oberyn d’aller dans le vif du sujet, sans passer par ses propos mielleux qui agaçaient plus qu’autre chose la Tel’Domiel. Elle l’écouta avec attention, et si elle restait sceptique sur ce qu’il se passait à Fell’Gost – ce n’était pas son problème, ça ne l’avait jamais été- la notion de la ligue piqua son intérêt. Ce n’était pas un secret que sa sœur avait péri des mains des sous-fifres de Thylone.

Le pouvoir d’Oberyn n’aurait presque pas été nécessaire, mais là où l’indifférence habituelle aurait été sa réponse, Ëlith plissa son front, qu’elle massa distraitement. « C’est une obsession saine. » Car elle le pensait réellement, elle qui était incapable de sortir du deuil de sa sœur. « Ne restent-ils pas les premiers ennemis du royaume ? » Ce qui auparavant aurait été qualifié de chasse à la sorcière avait une réelle légitimité. La ligue était partout, et pour palier à tout type d’espionnage, la sécurité des fonderies ne laissait pas de place à l’erreur. Lizz ne supportait pas l’idée de l’existence d’espions dans ses rangs. Elle n’en était que plus impitoyable envers ceux qui se détournaient du droit chemin.

Ce n’était pas ce qui aiderait son oncle Uriah. Elle avait encore du mal à voir où voulait en venir Oberyn. Certes, elle était à la tête d’une des branches secondes, mais sa relation avec le chef des Greyhands n’avait rien de particulier. Elle doutait qu’il l’écouterait… et pourquoi devrait-il le faire ? « Qu’attendez-vous exactement de moi ? » Les mots lui écorchèrent la langue, tant ils semblaient étranges dans sa bouche. D’où le scepticisme qui transpirait de ses propos. Ëlith n’offrait pas son aide, elle imposait ses demandes et son opinion. Elle avait assez donné de sa vie, pour continuer de donner. Elle n’avait plus rien à offrir. Son doigt s’écrasa sur sa tempe, comme si cela serait suffisant pour chasser ce mal de crâne qui dansait sous sa peau. « Je doute que je puisse être d’une quelconque aide, s’il ne prend même pas la peine de vous écouter. » Lui, le bras droit en détresse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


once a snake for your heart, now a snake for your steal ○ Oberyn Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
once a snake for your heart, now a snake for your steal ○ Oberyn
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Opal Crown :: Ateliers et industries-
Sauter vers: